FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Bautersem, un gâteau saupoudré de fantaisie


Kasteel Bautersem - 3370 Boutersem



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Bautersem illustre les goûts de la bonne société de la fin du XIXe siècle. © Philippe Farcy

  • L’architecte, inconnu, a travaillé sur les volumes, les lignes courbes et droites, les ombres et les lumières. Voilà qui donne du mouvement. © Philippe Farcy



Official Name Kasteel Bautersem
Location 3370 Boutersem
Construction 1890
Style Néorenaissance
Architect Inconnu; Claes ? Schadde ?
Occupants
Allocation Résidence privée
Protection Bien non classé

Last udpate: 06/01/2013


Un palais de la haute couture.


À proximité de la nationale reliant Tirlemont et Louvain, non loin de Vertryck, fut érigé en 1890 un petit château néo-Renaissance plein de fantaisie. L’architecte n’est pas connu mais il pourrait s’agir de Claes, architecte louvaniste réputé. Par contre on sait qui fut le commanditaire de ce gâteau un peu sucré et pour cause. Il s’agissait de Joseph Bertrand, époux de Marie-Louise Janssens, dont le père, Joseph Janssens, était patron d’une sucrerie à Tirlemont : la firme Vanden Bossche-Janssens. Les Janssens possédaient une grosse ferme (Moelenhoeve) à Bautersem (Boutersem), entourée de cinquante hectares. C’est sur une partie de ce domaine que les jeunes époux se firent construire ce château.

Mise en location

Dès la fin des années 1890, les Janssens louèrent leur bien au vicomte (1925) Auguste de Lantsheere, fils de Théophile, ministre de la Justice et de Léonie Beekman de Crayloo (1836-1918), héritière en partie du château de Meldert. En 1906 le château fut loué par Eugène Beauduin, fils du mayeur de Tirlemont et co-propriétaire de la Raffinerie Tirlemontoise. Eugène finit par acheter le château. Mais il mourut assez tôt, en 1920 ce qui poussa son épouse et veuve (Marie Leurs) à vendre le domaine. Le bien passa alors dans les mains d’Alix de Pierpont (1874-1955), épouse de Georges de Kerchove d’Exaerde (1869-1937), fils de Charles et petit-fils de Pauline de Lemède. Quelques années après le décès de la propriétaire, ses deux filles, Clary (unie à Louis Holvoet) et Marie-Louise, vendirent le château à M. De Jode. Enfin, suite à une vente publique du 8 novembre 1993, le domaine réduit à 1,33 ha est passé dans les mains du jeune Johan-David Lambrechts, né en 1965. Ce jeune homme est un créateur de vêtements de luxe en cuir et peaux diverses. Le château a été restauré en 2002.



Fief ducal


En ce qui regarde l’histoire ancienne de cette propriété brabançonne, Paul Arren signale qu’elle fut aux mains des Corsselaer, de l’illustre maison des Witthem, issue d’un fils naturel de Jean II, duc de Brabant. Les seigneurs de Bautersem (Boutersem) étaient une des plus puissantes familles du Brabant médiéval. Henri VII de Bautersem devint seigneur de Berghes (Bergen-op-Zoom) en 1352. Son arrière-petite-fille, Jeanne de Bautersem épousa en 1418 Jean, seigneur de Glymes, dont les descendants devinrent marquis de Berghes, princes de Grimberghen (Grimbergen) puis princes de Bergues, etc... La fille aînée de Jean de Glymes et de Jeanne de Bautersem, Jacqueline, épousa son « cousin », Henri II de Witthem. Leur fils Henri III de Witthem, seigneur de Beersel, acheta Bautersem en 1512. Son descendant, Jean de Witthem, vicomte de Sébourg, épousa la fameuse Marguerite de Merode.



Trois filles


Ces Witthem eurent trois filles: la première était Mencie. Elle épousa Herman de Berg s’-Herenberg, comte de Berg (en Gueldre) puis Guillaume de Melun, prince d’Epinoy. La deuxième était Marguerite de Witthem, épouse de Henri de Berg (frère d’Herman). Elle hérita de Bautersem. Enfin Ernestine, épouse de Claude de Cusance, baron de Belvoir (leur fille Béatrice devint la fameuse épouse du duc Charles IV de Lorraine). La fille unique d’Henri de Berg et de Marguerite de Witthem épousa en 1630 Eitel-Frédéric, prince de Hohenzollern-Hechingen. Elle vendit Bautersem en 1647 à Jean-Jacques van Caestre, dit « d’Ittre de Caestre » (en souvenir de sa mère Adrienne d’Ittre, fille d’Antoine d’ Ittre, cadet de cette famille), devenu l’unique représentant de l’ancienne famille féodale du même nom quand la branche aînée s’éteignit dans les Baillencourt dits Courcol, eux-mêmes éteints dans les Rifflart – créés marquis d’Ittre au XVIIIe siècle – eux-mêmes éteints dans une branche des Trazegnies.


Baronnie

Sa terre de Bautersem fut érigée en baronnie par Philippe IV le 8 mars 1650. Caestre avait épousé Anne-Adolphine de T’Serclaes, dame d’Obberghem. Leur deux fils aînés, Jean-Jacques (mort en 1716) et Jean-François portèrent successivement le titre de « baron de Bautersem ». Des années 1650, date un très beau château Renaissance gravé en 1696. En 1719 le bien fut laissé à Guillaume van Weerdensteyn avant d’être repris en 1728 par la famille van der Meere. Jusqu’à l’arrivée des Bertrand, l’histoire de cette propriété démembrée demeure obscure.



Style en vogue


En 1890 sort alors de terre cette fantaisie dont le style était en vogue dans tout le pays. La maison haute de deux niveaux est posée sur un épais soubassement en pierre bleue percé de jours. Elle se compose d’un large quadrilatère de trois travées par côté. Elle est construite en briques et pierre blanche sableuse; cette dernière est utilisée pour les habituels décors d’encadrements de baies et les bandeaux qui animent les façades. La face d’accès est prolongée par une large travée qui sert de terrasse. On entre dans la demeure en empruntant un perron central limité par une petite terrasse semi-circulaire à gauche et par un patio couvert à deux arches à droite. Le porche en nette avancée sert lui de balcon à la chambre susdite. On remarquera la qualité des décors trilobés surplombant les trois baies. Les baies sont de plus surmontées par des pinacles dont deux font office de lucarnes. Hautes cheminées, tourelles, tours circulaires en échauguette, tour carrée à toiture en pavillon achèvent de donner du mouvement à cet édifice dont la variété des décors accrochent parfaitement la lumière et les ombres, ce qui ajoute au dynamisme désiré par l’architecte.
 


Il ne se visite pas et n’est pas classé.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004

Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel VII, Hobonia 1997