FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Les petits restes de Dieghem


Kasteel Marga - 1831 Diegem (Machelen)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy

  • Dieghem n’est plus qu’une ombre d’un ancien et important château comme l’est aussi Bornival. Mais quel passé ! © Philippe Farcy

  • Carte postale envoyée en 1904, ed. Nels

  • Stella Artois, Année des Châteaux 50



Official Name Kasteel Marga
Location 1831 Diegem (Machelen)
Construction XVIe siècle; 1953
Style Traditionnel brabançon
Architect Inconnu; Charles Roelants après 1953
Occupants Cultureel Centrum "Marga"
Allocation Bureaux
Protection Bien non classé

Last udpate: 04/01/2013


La commune de Machelen se charge avec réussite d’entretenir le vieux château

D’après l’archiviste de la Ville de Bruxelles Alphonse Wauters, il existait un château en ces lieux au XIIIe siècle. Jacques van Brecht qui avait été échevin de Bruxelles en 1475 en aurait fait ériger un autre, plus moderne. À voir la gravure de 1699, la demeure du XVIIe siècle était en vérité assez simple. De ce château, il ne reste que le châtelet en moellons de grès local. Cet appendice a été restauré récemment et les toitures ont retrouvé de leur panache, couvertes qu’elles sont d’ardoises.



Une aile sans étage

L’édifice actuel est longé à l’arrière par une aile d’un niveau façonnée elle aussi en grès et placée sous une toiture mansardée. Jadis et jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette aile enduite comportait deux niveaux et un portail central en plein cintre. Le châtelet est caractérisé par ses deux tourelles latérales coiffées de toitures en poivrières à coyaux alors que la tour est protégée par une toiture en bâtière. Celles-ci sont appuyées sur une sorte de tour massive percée en son centre d’un passage couvert à arc surbaissé. Le bâtiment n’est large que de trois travées et monte sur trois niveaux. La partie nord de la tour est percée par deux baies. Au centre une lucarne répond à l’autre dans l’axe nord-sud. Les tourelles sont en léger encorbellement et elles font penser à celles du château de Boetfort, à Melsbroeck. Elles sont partiellement engagées et elles reposent sur des contreforts plats esseulés par des trompes d’angle aveugles.



Vassaux de Perck

En ce qui regarde l’histoire de cette seigneurie très ancienne, Wauters cite Gilbert de Diedeghem, vassal du seigneur de Perck, comme le plus ancien propriétaire connu. Cette famille Diedeghem contrôlera Dieghem jusqu’au décès de Marguerite de Diedeghem qui avait uni sa destinée vers 1384 avec Jean de Brecht. De génération en génération, les Brecht, alliés avec les plus belles familles des environs, gardèrent le bien jusqu’à ce qu’il passe aux Oudaert, toujours par mariage. L’église Sainte-Catherine conserve une superbe pierre tombale armoriée
où apparaissent les blasons des Oudaert, Brecht, Absolons, Ligne, Wesemael (Cruquenbourg), Douvin, van der Noot (› vol. 2, p. 164 et p. 68) et Caudenberghe. Les Oudaert étaient seigneurs de Rymenant (› vol. 1, p. 54), Millegem, Opstal et Ranst, entre autres. Les mâles Oudaert s’étant éteints sans hoir, le dernier chevalier de cette famille donna ses biens en partie à sa sœur Catherine, épouse de Philippe Happaert (Opstal, Rymenant et un moulin à Bonheiden). L’autre partie dont Dieghem alla à son autre sœur Marie, épouse de Léonard Micault, seigneur de Huyssinghen. Marie releva Dieghem en février 1611. Mais dès 1626, les Happaert reprenaient les différentes justices de Dieghem contre 7.000 florins.


Première vente en 1757

Le 28 septembre 1757, le domaine était acheté pour la première fois par le baron Pierre-Albert de Piermans et sa dame, née Catherine d’Arrazola de Onate de Gomont. Leur fille Françoise convola avec Maximilien de Lanfranchi, seigneur de Cruybeke juste en face de Bazel et de Altena, mort en 1760. Leur fils Charles releva le bien en 1783 puis Dieghem fut repris par la sœur de ce dernier, Marie-Colette, alliée au vicomte Philippe le Boucq de Baudignies (dont la descendance hérita de Skeuvre), colonel dans les régiments du duc d’Orléans, chevalier de Saint-Louis. Il décédera le 13 avril 1837. Le fils de ces derniers, Joseph-Charles (1792-1874) épousa à Saventhem en 1824 Julie della Faille Waerloos (1793-1867), fille de François et de Marie-Thérèse van Paeffenrode. Le château sera ensuite vendu par ces derniers, mais à une date inconnue au baron Jean-Jacques de Gaiffier d’Emeville.
Les Baudignies conservèrent les terres qui touchaient celles de Meerbeke, comme nous le signalait M. Bosman, ancien régisseur ici comme il l’était à Grotenberg. La fille Gaiffier, épouse de Constant d’Orjo céda à son tour le bien à Théodore van Reynegom de Buzet, notables de Herenhout; on les trouverait aussi à Rosenhout en 1846. À partir de 1902, le bien fut repris par la famille Marga qui avait fait du beurre on ne sait ni où ni avec quoi. Après 1945, des soldats anglais négligents provoquèrent un incendie fatal. Les Marga vendirent ce qui restait à la commune le 8 avril 1953. Le châtelet a été restauré par l’architecte Charles Roelants.



Le donjon est visible de la route.



SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel II,  Hobonia 1987