FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Baudemont, un grand oublié explose à la vie champêtre


Château de Baudemont - 1460 Ittre



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:



Official Name Château de Baudemont
Location 1460 Ittre
Construction 1615; reconstruit en 1885; 1955
Style
Architect Haras: Philippe Decubber
Occupants
Allocation Château: résidence privée; haras: chambres d'hôte
Protection

Last udpate: 03/01/2013


Baudemont est à un kilomètre du golf de la Tournette et huit de Nivelles. Repris par la jeune génération, il a retrouvé couleurs et fonctions.

Le domaine de Baudemont comprend un château ancien, une ferme et un haras du XIXe siècle. La littérature sur cet endroit se limite à un article de 1859 (Sources). A part cela, c'est le désert. Un désert bien vert pourtant qui vaut à ce lieu-dit d'avoir été apprécié pour la grandeur de ses espaces. On doit être au début du XIVe siècle quand apparut Gérard le Clercq, fils de Gilles et de Marie d'Enghien, dame de Bautersbrugge. Gérard est qualifié de sire de Baudemont.

Par suite de divers héritages un peu complexes puis via une vente, le bien arriva en mai 1500 à Jacques d'Ittre. Ce domaine passa à plusieurs reprises dans des mains féminines laissant alors quelques noms de maris qui relevaient les terres pour leurs épouses. On vit ainsi arriver les Baillencourt (en 1535 puis en 1566; ils étaient apparentés aux Rifflart), puis les Honoret-Strainchamps, des sires de Nossancourt, en 1579. A l'extrême fin du XVIe siècle les d'Ailly sires d'Oisquerque en détenaient une partie avec leurs cousins T'Seraerts de Hadock et avec les Witzleben, vicomtes d'Upigny et sires de Neuville (Tihange ?), sur la Meuse. En avril 1612, par achat auprès des T'Seraerts-Merode (branche de Frentz-Houffalize issue des Argenteau), se présentèrent Hélias Hille et Pauline de Angela sans que l'on sache la dimension du territoire à acquérir.



Monde nouveau


Six générations plus loin, voilà qu'arrivèrent dans leur descendance les barons de Bouchel, sires de Bienne et de Happart, près de Binche. Par l'intermédiaire de François-Adrien qui releva la terre en 1777, Baudemont quitta l'Ancien Régime pour entrer dans un monde nouveau où le sens des affaires allait permettre à certains de s'imposer dans le paysage économique. Ce fut le cas des t'Serstevens. A travers Jean-Baptiste, ils achetèrent la propriété en 1815. Baudemont fut toutefois habité de 1809 à 1818 par le marquis Gillion de Trazegnies, avant qu'il ne parte en Bohême. La descendance t'Serstevens possède toujours le château qui nous occupe.



Ittre


Le fils de Jean-Baptiste, Gustave, qui détenait le vieux château d'Ittre que son père avait acheté en 1855 à Charles de Trazegnies époux de la comtesse Marie-Anne d'Argenteau, eut l'usage de Baudemont et y consentit des travaux. Mais c'est son frère Auguste qui hérita finalement de Baudemont. Son petit-fils le suivit dans ce devoir de tenir le domaine. Il s'agissait de Georges t'Serstevens, époux d'Emerence (des vicomtes) Jolly. Décédés tous deux sans hoirs, le bien fut alors laissé à une nièce, Marie-Anne Jolly, épouse du comte John de Lichtervelde. Depuis peu d'années, le domaine est géré par Pilar de Lichtervelde et son mari François-Xavier de Mahieu. Attachés d'abord à l'exploitation du haras, ils viennent de terminer la restauration du château. Comme ces derniers nous le confiaient naguère : "L'activité agricole s'est maintenue et le haras attenant au château a gardé son activité équestre. Mais pour faire vivre ce site trop méconnu encore et pourtant superbement situé à 30 km de Bruxelles, nous avons développé d'autres activités. Ainsi nous avons installé des chambres d'hôtes au haras, nous organisons des séminaires (au haras et dans l'orangerie du château), et nous louons une partie des bâtiments pour des fêtes de familles et d'entreprises. En plus, très prochainement nous allons aménager des gîtes dans une ancienne ferme près du château". Cela bouge donc à Baudemont, endroit plein de charme qui mérite d'être connu.



Decubber


Le haras est un superbe complexe de style néorenaissance imaginé par l'architecte bruxellois Philippe Decubber (plans datés de 1893). Quant au château, il est de style classique pour le corps de logis principal. Léon t'Serstevens faillit le démolir pour reconstruire un château néogothique. Les plans dataient de 1899 et étaient semble-t-il l'oeuvre de Paul Saintenoy. La mort de Léon, empêcha la réalisation du projet. On aborde le château construit en U en venant du golf de la Tournette par un beau chemin en pavés; il contourne un étang placé au creux de la vallée. Le château domine son monde, normal, avec le sourire de ses façades ravalées, sommées d'une toiture à brisis et à coyaux dans le Mansart desquelles s'alignent cinq lucarnes. La maison compte sept travées et monte sur deux niveaux inégaux. Elle est reliée aux ailes de retour par des ailerons en retrait d'un seul niveau sous toitures à brisis et d'égales longueurs malgré le raccord à l'orangerie. La transparence de celle-ci ajoute au charme de la cour d'honneur à droite. L'orangerie fait face à une aile plus ancienne et d'esprit traditionnel de cinq travées sur trois travées de large au pignon.



SOURCES:
Marquis de Trazegnies, Un personnage secret : Gillion, deuxième marquis de Trazegnies d’Ittre (1772-1847) époux de Constance-Amélie, comtesse de Nassau et de Corroy, Le Parchemin, 77e année, n° 400, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, juillet-août 2012
Philippe Farcy, Baudemont, un grand oublié explose à la vie champêtre, LaLibre.be 6 juin 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/425980/baudemont-un-grand-oublie-explose-a-la-vie-champetre.html
Jules Tarlier, Alphonse Wauters, La Belgique ancienne et moderne. Geographie et histoire des communes belges, Culture et Civilisation, Bruxelles 1859