FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Le Ham un joyau sottement étêté


Kasteel van Ham - 1820 Steenokkerzeel



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Malgré son territoire étroit le Ham ne manque pas d’allure. © Philippe Farcy

  • Le Ham a perdu la tête depuis soixante ans. La lui rendre serait un beau travail de charpentier comme on le fit il n’y a guère aux Vieux-Joncs. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Le château avant 1943, carte postale ancienne

  • Les fossés, carte postale ancienne, ed. Nels série 11 n° 400

  • Le château avant 1943, ed. Nels, nieuwe reeksen kunstfotos Ken Uw Land, reeks 48-3, aangeboden door F.C. Jacobs Cichorei

  • Le château après 1943, Stella Artois, Année des Châteaux 49



Official Name Kasteel van Ham
Location 1820 Steenokkerzeel
Construction Vers 1520; 1646
Style Forteresse de plaine
Architect
Occupants Vlaamse Gemeenschap
Allocation Bureaux & événements de la Commune de Steenokkerzeel
Protection Bien classé le 4 avril 1944

Last udpate: 03/09/2012


De grandes familles « régnèrent » à Steen-Ockerzeel jusqu’à l’impératrice d’Autriche-Hongrie Zita de Habsbourg

Malgré le lotissement du parc, le site du Ham demeure remarquable. Forteresse de plaine le Ham est toujours entouré de douves mais il a perdu deux colliers d’étangs comme on en trouvait jadis à Fallais. Privé de son pont-levis, très malheureusement amputé de ses hautes toitures d’ardoises le Ham ne manque pourtant pas d’allure. D’après de Seyn (1921) qui reprend Alphonse Wauters (1855), en 1280 cette terre de Steenockerzeel appartenait aux Berthout, de Malines, déjà rencontrés à Grimbergen, à Rethy et à Merckem, entre autres.


Nombreuses ventes


En 1322, voici le Ham aux mains des seigneurs de Leefdael, par vente des Berthout. Les Leefdael que l’on trouve à Perck y restèrent deux générations avant de vendre et céder la place, au propre comme au figuré, à Jean van Ham (+ 1382), d’où le nom du château, conseiller et chambellan du roi d’Angleterre Edouard III.

Les van Ham furent seigneurs durant plus d’un siècle. À nouveau vendu, le domaine passa à Philippe Hinckaert, écuyer tranchant de l’archiduc Philippe de Habsbourg, mais dès 1511 le fils Hinckaert allait vendre son domaine. Steenockerzeel tomba alors dans l’escarcelle de Charles de Lannoy (1488-1527), seigneur de Senzeilles, chevalier de la Toison d’Or dès 1516, futur gouverneur de Tournai (1521), vice-roi de Naples en 1522, célébrissime auteur de l’arrestation du roi de France François Ier à Pavie le 24 février 1525. Devenu ensuite comte de La Roche et prince de Sulmone en 1526, d’après certaines sources contestées, et marié à Françoise de Montbel, il édifia la bâtisse que l’on voit de nos jours. Le petit-fils du vice-roi vendit ses domaines en 1577 à Catherine de Brandebourg, dame de Gentinnes et veuve de Jean de Cottereau, seigneur d’Assche (Asse) et de Jauche.


Fief démembré

En 1695 la seigneurie fut coupée en deux. La première part échut au comte Charles de Limminghe; l’autre part fut reprise par Pierre Fariseau (Meerbeke). Celui-ci réunit à nouveau l’ensemble dès 1698. Les héritiers Fariseau vendirent le Ham en 1723 à l’avocat Nicolas De Plecker, homme de paille du comte de Salm (Yssche). En 1754, le prince Jean-Dominique de Salm cédait ses affaires contre 120.000 florins à Jacques-François, comte de Groesbeeck ce qui crée un lien avec Franc-Waret, baron de Schuren et de Hagoort, sire de Heyndonck et de Wemeling, selon sa pierre tombale conservée à Prague. Les marquis de Croix d’Hechin héritèrent des Groesbeeck et conservèrent le bien jusqu’en 1953, date de la vente à la commune.


Résidence des Habsbourg

De 1931 à 1940, l’impératrice Zita et ses enfants trouvèrent ici un refuge confortable. Occupé par les Allemands, le Ham fut privé de ses magnifiques toitures en 1943. Vide jusqu’en 1964, il passa sous le contrôle des pouvoirs publics flamands. Jamais on ne reconstruisit les couvertures en prétextant la grande proximité des avions arrivant à Zaventem qui pourraient s’accrocher aux toitures (or le château n’est plus dans l’axe des pistes et les églises des environs possèdent toutes leurs flèches...). Ô désolation !


Bloc central carré

Le château est constitué d’un bloc central de pierre blonde sur quatre niveaux posés sur un soubassement de caves percé de rares jours. Les trois flancs, plats, sont composés de trois travées et cantonnés à chacun des coins par une tour circulaire engagée. L’accès au château s’effectue par un pont dormant précédé d’un emmarchement de six degrés. La façade principale offre au regard une tour centrale en avancée décorée d’un portail en pierre bleue sculptée prolongée vers le deuxième niveau jusqu’à un fronton aveugle. Entre les deux niveaux se trouvent les armes des Groesbeeck. On arrive dans la cour du château par un portail baroque daté de 1646 et orné du blason des Cottereau.



Visites extérieures possibles.



SOURCES
:
Comte Baudouin d’Ursel, Princes en Belgique : Lannoy : Prince de Sulmone, 1526 Prince de Rheina-Wolbeck, 1840, Le Parchemin, 77e année, n° 398, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, mars-avril 2012
Deur Kasteel Van Ham op een kiertje, Nieuwsblad.be 2 maart 2012 http://www.nieuwsblad.be/article/detail.aspx?articleid=713MUFKM
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel III,  Hobonia 1989
Eug. de Seyn, Dictionnaire Historique et Géographique des Communes Belges, Etablissement Brepols, Turnhout, 3e édition non datée (après 1945)
Alphonse Wauters, Histoire des Environs de Bruxelles ou description historique des localités qui formaient autrefois l'ammanie de cette ville 1855


HOMONYMIE:
Château Fort de Ham, F-80400 Ham, Somme, France