FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Bernalmont fait son petit trou


Château de Bernalmont - 4000 Liège



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy juillet 2010



Official Name Château de Bernalmont
Location 4000 Liège
Construction
Style
Architect
Occupants Hôtel Château de Bernalmont
Allocation Hôtel & golf
Protection Domaine classé le 24 mars 1986

Last udpate: 03/01/2013


Le château est le siège d’un golf ; on y termine un petit hôtel pour les joueurs


Sur les hauteurs de Liège, au quartier de La Pralle qui domine Vivegnis, on serait surpris de voir se dégager tout à coup ou presque (il faut encore trouver l’endroit) un site de 27 ha donnant de bien belles vues sur la vallée de la Meuse. C’est le cas du château de Bernalmont, siège d’un golf jeune encore, de neuf trous, nom d’un lieu-dit de Liège, section du village de Vottem. Il perpétue le patronyme d’une famille chevaleresque liégeoise dont plusieurs alliances furent de belle qualité comme on peut le lire chez Hemricourt (Miroir des Nobles de Hesbaye).  


Louis XIV 

Le lieu était si avantageux que Louis XIV lors du siège de Maestricht vint voir par ici la capitale principautaire où il n’entra point. Vottem était à la frontière d’Herstal, ville habsbourgeoise héritée ensuite par les Hohenzollern. Bernalmont est une aubaine pour les amateurs de golf tant le terrain est proche de la Cité Ardente. Comme ont peut le lire sur ‘madeingolf.be’, Bernalmont est situé ‘à 5 minutes su centre ville, à proximité du réseau autoroutier. Son site est une ancienne friche industrielle qui était un charbonnage, celui de la Grande Bacnure, avec ses mines, son terril. Au début des années 80, la Ville de Liège et les copropriétaires imaginèrent de créer un golf tout public, accessible à chacun. Les travaux se terminèrent à la fin de juin 1993 et le golf fut opérationnel dès juillet 1993 et inauguré le 29 mai 1994. Le site s’étend sur une superficie de 27 hectares dont une partie se trouve dans le parc classé du château. Outre le parcours de 9 trous, homologué par la Fédération Royale Belge de Golf, le territoire est doté d’un superbe driving range ou practice qui se compose d’une vingtaine d’aires couvertes de départ, de terrains d’entraînement, d’une cafétéria et d’un club house aménagé dans une dépendance classée et restaurée du château.  


Quatre tours d’angle jadis 

Le domaine est en effet classé comme site depuis le 24 mars 1986. Le terril est toujours là ; il bouche une partie de la vue ancienne. Notons qu’il y avait dans ce périmètre deux châteaux. Le plus ancien était celui du Bouxthay construit à la Renaissance dont il ne reste rien depuis le milieu du XIXe siècle sauf les pans de murs de l’ancienne chapelle castrale romane et une motte boisée qui indique le lieu de cette place forte (sur la chaussée de Brunehaut).  Il semble que Bernalmont ait été également une maison bien défendue et d’après certains on y compta quatre tours d’angle.

Raymond Smeers signalait en 1985 que les archives du Val-Benoît attestaient de l’existence du domaine dès le XIVe siècle. A. Collart en 1937 à propos de Herstal indiquait que Bernalmont possédait au XIIe siècle un château fort.
 Aujourd’hui, le château est composé de deux ailes. La plus longue regarde vers le nord et date du XIXe siècle finissant. Elle a été construite par les Braconier qui étaient propriétaires majoritaires du charbonnage précité mais aussi de ceux de Horloz à Tilleur et de la Petite Bacnure. La plus ancienne aile est orientée sud-ouest et date de la fin du XVIIIe siècle. A l’époque, il s’agissait d’un petit manoir sans grande prétention de seulement trois travées séparées par des pilastres chaînés dont le fronton central est orné d’un blason inconnu de nous. Peut-être s’agit-il de celui des Bernalmont. Ce nom apparaît sous un bandeau placé sous l’écu.  Il y a contre ces deux éléments une grange de ferme castrale en moellons de grès. Les éléments du château sont essentiellement érigés en briques, le côté manoir étant paré d’un peu de moellon de grès également. Les encadrements des baies sont en pierre bleue, sans aucun décor particulier. Tout cela faillit disparaître dans un violent incendie d’origine inconnue qui prit dans la partie inoccupée du club house dans la nuit du 29 au 30 décembre 2003. C’est l’année où le château de Seraing-le-Château et celui de Grivegnée situé dans le clos d’ue usine (anciennement Cuivre et Zinc) brûlèrent aussi.

Grivegnée pourrit toujours, Seraing-le-Château si magnifiquement restauré par les barons de Raditzky juste après la guerre 40 n’est plus qu’une ombre, mais Bernalmont lui a été sauvé et fait l’objet d’une restauration/réaffectation intéressante. Il s’agit de terminer des travaux déjà largement entamés portant sur la transformation des lieux en un petit hôtel. L’avis d’enquête du Code wallon de l´Aménagement du territoire, de l´Urbanisme, du Patrimoine et de l´Energie (Cwatupe) expira le 26 mai 2010 concernant la pose de deux verrières, une côté cour et l’autre plus petite côté parc, comme on les trouvait au XIXe siècle.
  


Les Braconier 

Un XIXe siècle dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est que l’exploitation était aux mains des Braconier depuis déjà les années 1820, 1827 pour être précis, transformée en société anonyme en 1885 et en liquidation encore au début de ce siècle. La Petite Bracnure était dirigée par Frédéric Braconier signale René Leboutte. Mais Frédéric n’était que le petit-fils de Léon Braconier, (1830-1907), qui avait racheté le château de Plainevaux aux Vivario. Léon Braconier avait épousé Fina Mouton (1839-1921). Il fut bourgmestre de Tilleur puis de Plainevaux. Sous sa présidence, les Braconier dirigeaient les deux Bracnure et le charbonnage du Horloz à Tilleur. Le fils de Léon, Albert (1870-1968) lui succéda. Il avait épousé Caroline Timmerhans (1873-1951), apparentée aux Paquot, Kraft de la Saulx et du Monceau entre autres. C’est sans doute eux deux qui firent agrandir Bernalmont. Mais y habitèrent-ils ? Dans un annuaire de châteaux de 1899, on lit que monsieur G. Tilman, bourgmestre de Herstal y réside. Il s’y trouve comme locataire de toutes évidences.

Le fils d’Albert et de Caroline, Léon II Braconier (1896-1988) devint maître des lieux. Mais il y eut de la location aussi sous son temps car nous signale Michel Mikolajczak en cette fin mai 2010,
«
mes grands-parents Victor (1887-1962) et Marthe Mikolajczak née Sepulchre (1890-1977) ont été locataires de Bernalmont à leur retour de Londres en 1919. Je ne suis pas certain de la date de départ du bail mais bien de l'échéance. Ils y ont vécu avec leur huit enfants d'alors (ils en eurent onze) jusqu'en 1924, année du décès à l'âge de 10 mois de leur dernier-né Stanislas Mikolajczak. Ils se sont installés ensuite en ville jusqu'en 1932 au coin de la rue Rouveroy et de la place Emile Dupont, passant leurs week-end et leurs vacances jusqu'en 1939 au château de Fayembois, propriété datant de la renaissance liégeoise que François Sepulchre (leurs beau-père et père respectifs) avait acquise des barons de la Rousselière en 1923 ». 
 

Denise Courant Bellefroid qui dirige l’excellente maison de chocolat « Charlemagne », y a vécu également avec sa mère qui y est d’ailleurs décédée en 1999, à 95 ans. Il s’agissait de Mme Tinlot, créatrice du musée d’Herstal, historienne de l’art et bibliothécaire à l’Académie de Liège. Léon II Braconier, ingénieur civil des mines avait épousé Denise Dallemagne (1910-2003). Nicole Braconier, épouse de John W. Mouton, son cousin, y a vécu des étés magnifiques auprès d’arbres majestueux dont un hêtre rouge placé derrière le green du 9, a été récemment coupé, laissant un vide immense. Ces arbres avaient été plantés nous dit Denise Courant Bellefroid par G. Tilman, voici cent ans au moins.

Léon II avait un frère Frédéric (1901-1985), docteur en sciences physico-chimiques qui avait épousé Louise Baudry (1904-1970). Ce sont les parents de dame Nicole précitée. Il y avait encore une sœur, Marie-Louise (1900-1985) et un dernier frère, Albert-Robert (1902-1982), ingénieur agronome, marié à Hélène Dallemagne dont est issu entre autres Albert-Guy Braconier, auteur d’une étude sur sa famille, éditée en mars 2008 dont John W. Mouton nous a aimablement communiqué certains reflets.



Il reste donc aux golfeurs à essayer le terrain de Bernalmont en attendant que l’hôtel ouvre ses portes. Ce n’était toujours pas le cas au printemps 2011.    


SOURCES:
Philippe Farcy

Jacques de Hemricourt, Miroir des Nobles de Hesbaye c1353-c1398