FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Ardenne, le grand oubli d'un castel royal


Château d'Ardenne - 5560 Houyet



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • L’actuel club-house du Royal Golf Club d’Ardenne est tout ce qui reste d’un admirable ensemble castral.

  • Avant l'incendie de 1968, carte postale envoyée en 1932, ed. Ern. Thill & Nels



Official Name Château d'Ardenne
Location 5560 Houyet
Construction De 1875 à 1891; destruction 23 août 1968
Style Beaux-Arts
Architect Alphonse Balat; annexes par Alban Chambon; paysagiste : Lainé
Occupants Royal Golf Club Château Royal d'Ardenne
Allocation Golf
Protection Site non classé

Last udpate: 18/04/2013


Un palais d’un luxe inouï


Le château d’Ardenne était une des perles de la Donation Royale. Mais le vendredi 23 août 1968, vers 15 heures, le château fut pris de flammes et disparut presque totalement. Les annexes allaient suivre sous les pelleteuses. La Donation Royale y opérait des travaux de réfection aux toitures. Le ballet des flammes foudroya les regards consternés du roi Léopold III et de la princesse de Réthy, venus de Ciergnon dès 16 heures. A lire la prose de Xavier Raguet dans Ardenne, splendeur et oubli, « un projet de reconstruction fut mis en place dans les mois qui suivirent le drame. Ce projet fut jugé trop coûteux et il fut alors décidé d’abattre le bâtiment latéral qui abritait jadis les écuries ». Seule la chapelle échappa à ce nouveau drame. Il ne reste de tout cela que la curieuse Tour Léopold, piquée au sommet de la vallée en surplomb de la Lesse. La tour sert de club-house au golf créé en 1895.

La seigneurie d’Ardenne faisait autrefois partie du ban de Houyet. Au début du XVIIe siècle, le domaine entra chez les comtes d’Argenteau d’Ochain, seigneurs de Vierset. Puis il passa dans la famille de Harroy en 1789 à laquelle succéda le sieur Orban. Le 21 mars 1837, M. Conway, intendant de la Liste civile, obtint de M. Orban qu’il cédât au souverain les 708 hectares de sa propriété. Il en obtint 600.000 francs. Le roi Léopold Ier en profita pour prendre possession des fermes de Sanzinne, postées à l’entrée du domaine, de Harroy et de Ferage.



Sobriété éclectique

D’après Xavier Raguet, Léopold Ier contracta pas moins de 520 actes notariaux pour acquérir bois et terres entre 1837 et 1865. Voilà qui devait faire de son fils un émule dans l’esprit d’achats forcenés. Si le roi Léopold Ier fit ériger en ces lieux un joli manoir, Léopold II ne voulut point s’en satisfaire. Il allait doter Ardenne d’un véritable palais de style Beaux-Arts. Le pavillon de son père fut détruit en 1874. Le château, conçu sur les plans de Balat était achevé en 1891.

Le château offrait 4.175 m2 habitables, sur deux niveaux placés sous une bâtière mansardée couverte d’ardoises. Le château était érigé en T, sur deux niveaux. Le massif central était constitué de onze travées dont trois pour le petit avant-corps qui, lui, s’élevait sur trois niveaux. La façade donnant sur la cour était limitée à ses angles par des fausses ailes d’une travée sous frontons triangulaires soutenus par des piliers à refends. Du côté du parc, l’architecte avait installé deux tours d’angles coiffées de très belles toitures à bulbes campanulées de style mosan du XVIIe siècle. Elles surmontaient une élévation agrémentée de bandeaux en pierre blanche. Une galerie couverte menait aux deux ailes perpendiculaires dont l’une possédait deux tours d’angle carrées.

Le bâtiment annexe était en contrebas. Il avait été imaginé par l’architecte Chambon et construit entre 1897 et 1898; il était à peine moins prestigieux que son voisin. Construit en équerre, il s’ouvrait par dix travées sur ses faces longues et sept sur ses petits côtés. Les lucarnes y alternaient de leur sommet en frontons triangulaires ou en arcs surbaissés. Plus de mille lampes à incandescence illuminaient château et annexes.



140 chambres

Contre toute attente, le roi décida de convertir ce qui ne sera jamais devenu une résidence royale, en un hôtel de luxe en 1898. Ardenne devint le pendant de celui qu’il contrôlait à Ostende, mais ici le roi ne touchait qu’une location. Le preneur était la Compagnie Internationale des Grands Hôtels. Le château comptait dans ce premier temps 140 chambres. En 1927, leur nombre était passé à 200. Elles étaient d’un luxe incomparable, avec salles de bains, chauffage central, eau courante et téléphone dans chacune d’elle. Le restaurant était lui aussi de grande qualité.

En 1909, le roi défunt laissait à la Donation Royale un domaine de 4.200 hectares. Quelques centaines avaient été utilisées par Laîné, paysagiste français, pour dessiner un parc à l’anglaise. Laîné avait travaillé à Laeken et Balat de même; mais fallait-il l’écrire ? Le parc fut alors doté de diverses fabriques, de fontaines, de bassins, d’une glacière et de sculptures dont celles de la cour et celles qui sont du côté de la terrasse étaient sorties des ciseaux du maître Vinçotte. Le mobilier de jardin a été transféré à Laeken après 1968. Il existait un chenil et la maison du garde, nommée « La Flige », non loin de l’entrée.


On ne visite pas. Le golf, d’où les vues sur les vallées de la Lesse et de son affluent l’Ywoigne sont splendides, est un territoire privé.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002



REMERCIEMENTS:
Henri Lemineur, 17 avril 2013.