FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Dhuy se mire dans ses eaux tranquilles


Château Bayard - 5310 Dhuy (Eghezée)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Le château de Dhuy est caractérisé par un longue façade orientée à l’est percée de très nombreuses baies vitrées.

  • Du côté de la cour, le château en L laisse apparaître une tour carrée et à l’avant-plan la chapelle castrale. Jadis, la cour était fermée.

  • Poésie et romantisme servent Dhuy et les jeunes mariés qui y célèbrent leurs noces.



Official Name Château Bayard
Location 5310 Dhuy (Eghezée)
Construction 1613
Style Classique
Architect
Occupants Château Bayard
Allocation Résidence privée; séminaires, réunions, mariages ou autres réceptions
Protection Bien non classé

Last udpate: 04/01/2013


Bayart n’est pas Bayard.


Cet aimable castel, connu par les sources dès le XIVe siècle, était jadis une forteresse. Il en reste une tour d’accès remodelée en 1613. Surplombant son large miroir d’eau dans lequel il se mire depuis 250 ans, Dhuy voit l’avenir avec simplicité et bonhomie. La bâtisse se donne des airs de jovialité, entourée de ses quarante hectares de parc piqués de quelques beaux bouquets d’arbres.


Histoire ancienne

La seigneurie de Dhuy fut donnée en 1273 par Guy de Dampierre, comte de Flandre et de Namur à Libert de Dhuy. Cette terre aurait ensuite été donnée en 1364 par Guillaume Ier, dit le Riche, à un certain Jean de Harduel. Ensuite, Guillaume II, vers 1391, en gratifia Jean III, comte de Namur, seigneur de Béthune, qui lui avait succédé au comté. Avec ce Jean III, s’éteignirent les comtes de Namur de la Maison de Dampierre.
Mais ce Jean III fut aussi contraint de vendre son comté. Le duc de Bourgogne Philippe le Bon s’en porta acquéreur en 1421 pour la somme dérisoire de 132.000 couronnes d’or. De cette vente quelque peu forcée pour cause de dettes, étaient exclues les terres de Mirwart, Lompré, Villance, Trivières, Chevetogne, Dhuy, Bayart, Lierneux et Maillen, considérées comme terres privées. Depuis lors, Dhuy n’a plus été vendu et est passé par héritage, souvent par les dames, jusqu’aux comtes de Brouchoven de Bergheyck de Namur d’Elzée. On notera encore que Jean III était par ailleurs seigneur de Wijnendael, de Renaix, de Walcourt, de Béthune, de Beaufort-sur-Meuse et de Petegem. L’un des descendants de Jean III fut Philippe V de Namur, signataire du « Compromis des Nobles ». Avec les comtes de Hornes et d’Egmont, il fut exécuté le 2 juin 1568. En 1559, il s’était vu confier la garde du château de Samson, près de Namèche.


Exit le chevalier Bayard

Les Namur, vicomtes d’Elzée, s’éteignirent en 1914 en la personne de la veuve du dernier vicomte. Un petit-neveu, comte de Bergeyck, hérita du domaine et du nom... l’histoire continue. Et ce doit être sans le chevalier Bayard (1476-1524) et les Quatre Fils Aymon qui n’ont ici rien à faire. Château Bayart, oui, mais avec un T.
Ceinturé d’eau, posé sur son île, le château s’étire en longueur sur quinze travées. De style mosan, en briques et pierre bleue, la façade principale donnant vers le parc se compose de deux niveaux de fenêtres agrémentées de leurs volets. Les baies sont placées sous une bâtière d’ardoises percées de douze lucarnes en mansarde. Sur la gauche, émerge la vieille tour-porche de 1613. On y accède par une sorte de pont passerelle précédé par deux petits lions portant les armes des Namur-Beaufort. Une fois passé sous la voûte, on entre dans la cour, ouverte, alors qu’elle était complètement fermée jadis. Il subsiste une aile en équerre dans laquelle est inscrite la chapelle. Une seconde tour, intérieure, plus décorative que défensive, anime l’élévation très horizontale de la demeure. Cet axe vertical évoque la tour-escalier du château d’Alden Biesen (Vieux-Joncs). L’ensemble castral compte encore des communs et une belle ferme en carré.






SOURCES:
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel XI, Hobonia 2005

Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002