FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

La puissante fierté de Ciergnon


Château de Ciergnon - 5560 Ciergnon (Houyet)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Vu depuis la vallée, le château royal domine un univers sauvage.

  • Placé comme un château de Louis II de Bavière, Ciergnon se voit de très loin. Sa blancheur contraste avec les frondaisons.



Official Name Château de Ciergnon
Location 5560 Ciergnon (Houyet)
Construction 1842; 1888; 1948
Style Éclectique
Architect Henri Duvinage & Alphonse Balat
Occupants LL.MM. le Roi et la Reine/HH.MM. de Koning en de Koningin/TT.MM. The King and The Queen
Allocation Résidence privée
Protection Bien non classé

Last udpate: 22/03/2014


Le château royal domine toute la vallée de la Lesse, comme un fort imprenable du Moyen Âge


Ciergnon est la place forte de la Donation Royale dans nos provinces. Sa configuration altière et son implantation constituent un rappel constant du pouvoir des seigneurs qui la possèdent. L’idée n’est pas neuve en l’espèce. Ciergnon, tel qu’il apparait aujourd’hui, est le dernier chaînon d’une histoire qui remonte aux Romains. Tous les propriétaires de cette terre eurent la même attitude de domination. Celle de nos rois, motivée par des désirs de retraite, de repos, de chasse et de vie de famille est évidemment la moins fière et la moins guerrière.
Ciergnon est désormais un havre de paix. Sa frontalité dans le paysage participe finalement d’une certaine transparence. Celle d’une royauté qui s’abrite certes, mais sans se cacher comme on le voit si souvent pour des propriété de moindre importance.


Fort romain

La littérature est relativement rare mais on y apprend quand même que jusqu’au milieu du XIXe siècle, à Ciergnon, on pouvait encore voir les restes d’un fortin romain, construit sur un édifice gaulois. Cette présence antique est suivie par celle d’un cimetière mérovingien. La continuité historique du site et conséquemment la présence humaine en ces lieux ne furent jamais interrompues.
Voilà déjà un rare privilège dans notre pays. Peu de domaines peuvent prétendre à cette ancienneté. De plus, outre l’importance stratégique de Ciergnon, le pays peut compter sur une présence céleste, par l’entremise de l’abbaye de Rochefort, dite de Saint-Rémy, lieu de pèlerinage déjà au Xe siècle. Pendant une grande partie du Moyen Âge, le castel de Ciergnon dépendait juridiquement de celui de Poilvache, puissante construction posée sur la vallée de la Meuse en aval de Dinant. Il y avait une famille de Ciergnon au XIVe siècle. Vers 1450, le fief passa aux mains des Salmier, bonnes gens de Dinant. Ils donnèrent semble-t-il le domaine à l’abbaye de Saint-Rémy le 20 mars 1559. Celle-ci le conservera jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.
Au XIXe siècle, les sources se tarirent. Qui fut propriétaire de ce domaine ? Même à la Donation Royale, on ne le sait pas. Léopold Ier acquit les 1.500 hectares de Ciergnon vers 1840 et redonna aux lieux une visibilité littéraire, artistique et dynastique.

Gâteau néogothique

Dès 1842, il demanda à l’architecte Duvinage d’édifier une maison. Celle-ci sera totalement remodelée à partir de 1888 par Léopold II. L’incontournable Balat est le créateur de ce gros gâteau néo-gothique. De la bâtisse primitive subsistent le corps de logis principal et les deux tours d’angle qui donnent sur la vallée. Des chemins descendent jusqu’à la rivière, à partir de la terrasse.

Vers le parc nord, grand de 70 hectares, Balat ajouta deux tours carrées, un frontispice central et une galerie. En 1948, le Régent laissa ici une des rares traces de ses soucis architecturaux. Il fit obturer la galerie et édifia deux étages par dessus.
On admirera les grilles d’entrées placées en 1891. Des écuries terminent l’édification de cette imposante demeure en moellons de calcaire complétée d’une chapelle où la princesse Elisabeth reçut naguère le baptême. Vu de très loin, le château de Ciergnon apparait comme un domaine néo-gothique digne de Cendrillon.


On ne visite pas. Le château se voit de la vallée.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002