FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Provedroux renaît


Château de Provedroux - 6690 Vielsalm



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy



Official Name Château de Provedroux
Location 6690 Vielsalm
Construction 1810; 1827
Style Louis XIV
Architect
Occupants
Allocation
Protection Classé en 1976

Last udpate: 29/05/2012


Nous voici à quelques encablures de Vielsalm et plus encore de Salmchâteau. Le petit village abrite une délicieuse maison dont l’esthétique est lorraine.

La simplicité des lignes est de mise à Provedroux, tant pour les fermes que pour le petit château. La demeure s’inscrit dans le hameau comme les autres maisons, en bordure de voirie alors que les hectares situés derrière lui auraient permis un peu d’isolement. Cette position tient peut-être d’un "réflexe" social car on sait que Provedroux fut érigé par le fils d’un ingénieur qui travailla pour la France et qu’il fut couvert de quelques honneurs par les Autrichiens de Léopold Ier. Il s’agit des Paul. L’édificateur de Provedroux fut Julien Paul, natif de Stavelot, à qui l’administration de Louis XIV demanda de veiller à la restauration du port de Dunkerque. Après cela, il fut en charge du creusement du canal de Mardyck vers la mer, à côté de Dunkerque, à la demande de l’Intendant des Flandres, M.Le Blanc. Ce Julien Paul avait épousé Marie-Anne Josy qui lui donna cinq fils. Annobli en 1746, Julien devint de Paul quand ses enfants ajoutèrent des signes distinctifs selon leur rameau en de Paul de Saint-Paul ou de Marceau ou de Mortière, et plus tard de Maibe puis de Barchifontaine. Un Paul de Saint-Marceau devint même maire de Reims.

Seul le rameau des Barchifontaine perdure. Julien s’installa à Provedroux vers la fin du premier tiers du XVIIIe siècle selon le patrimoine monumental. Après Julien, son fils Jean-Baptiste de Paul, né à Lierneux le 25juin 1702 reprit le domaine. Il attendit pour ce faire que son père s’en aille, chose qu’il fit le 26 janvier 1749, âgé de 87 ans. Jean-Baptiste qui était aussi entrepreneur avait convolé avec Marie-Agnès Renson, dame de Maibe (sur Schaltin-Frisée). Les Paul semblent avoir conservé Provedroux tard dans le XIXe siècle. D’après l’historien local Potelle, décédé voici près de quinze ans, il est probable que ce soit Perpète de Paul, fils de Jean-Baptiste, qui reprit le bien. Il était né à Dinant en 1744 et était devenu sire de Barchifontaine et bourgeois de Namur en 1770. C’est cette année-là qu’il épousa Anne-Thérèse de Rasquin.

La Paix


Perpète décéda en 1813 au château de la Paix à Fleurus. Les liens familiaux de cette époque montrent presque tous des affinités industrielles avec les du Pont d’Ahérée (Scry), les Cartier d’Yves (Gomezée), les Philippart, là où les maîtres de forges étaient au cœur du tissu matrimonial.

Potelle signale ensuite que Provedroux échut au général Gernache. Puis vinrent au cours du XXe siècle des Gendebien, puis Louis de Montpellier qui résidait ici en 1913. Une famille de fermiers venus de Bastogne l’occupa dès 1918. On y comptait onze enfants et c’est celui qui devint curé qui prit le flambeau à son compte. A sa suite, les Dale relèvent la charge de la bâtisse depuis 1979. Le 4 novembre 1976, le bâtiment fut classé avec son environnement; il est en cours de restauration.
 

Contre le château se trouve l’ancien relais de poste. Le château est précédé par une cour close d’un muret sommé de grilles anciennes. Les ailes de communs qui campent de part et d’autre sont datées à gauche de 1810 et à droite de 1827. Le bâtiment central est de plan massé un peu comme à Assenois (Sibret) où feu le château des Berlo-Suys présentait cette même disposition de tours carrées engagées. Ici, elles sont plus minces qu’à Assenois et il y en a quatre. Le logis monte sur un seul niveau posé sur un haut soubassement. Il s’étire sur cinq travées de baies à arcs bombés à chaînages dont les montants sont gréseux. Les faces latérales sont percées de deux baies. Les tours grimpent sur deux niveaux. Elles comportent une baie dans l’axe quand les autres flancs, sauf sur un seul, sont aveugles. Le bâtiment érigé en moellons de grès est enduit et peint en rose pâle. La toiture d’ardoises en bâtières à croupes du logis répond aux quatre toitures pyramidales à coyaux des tours.


SOURCES:
Philippe Farcy, Provedroux renaît, Vie de Château 471, LaLibre.be 7 novembre 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/458271/provedroux-renait.html
Le patrimoine monumental de la Belgique, sous la direction de Danielle Sarlet & André Matthys, Direction Générale de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine,Volume 17, Luxembourg/arrondissement de Bastogne, Pierre Mardaga 1993