FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

La Roche, fierté ardennaise


Castle of La Roche-en-Ardenne - 6980 La Roche-en-Ardenne



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy

  • Entrée de l'esplanade, carte postale ancienne, ed. Henri Georges n° 2

  • © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, Café Bon Accueil Yvonne Neumers, ed. Ern. Thill & Nels

  • © Philippe Farcy

  • Entrée du vieux château, carte postale ancienne, ed. Ch. Dewalque-Seignac Bazar de La Roche en Ardenne & Nels (Small)



Official Name Château de La Roche-en-Ardenne
Location 6980 La Roche-en-Ardenne
Construction VIIe siècle: villa de Pépin de Landen; 844; XIVe siècle; 1681-1688; incendié en 1721; démantelé fin du XVIIIe siècle; bombardé en décembre 1944
Style
Architect
Occupants Château Féodal de La Roche-en-Ardenne
Allocation Site touristique
Protection

Last udpate: 12/01/2013


Les ruines, superbes perpétuent une seigneurie de premier ordre. Stratégique militairement, le château l’est devenu touristiquement.

La Roche-en-Ardenne est une ville privilégiée. Comme Bouillon sans doute, elle porte son château comme un prince porte sa couronne, avec dignité, grandeur et fierté. Le château fort en ruine n’est pas une ruine, c’est un esprit, une force, une part d’éternité face aux méandres sournois des pratiques humaines.


Ceci dit c’est grâce à ces pratiques que ce superbe amas de pierre existe. Mais La Roche n’était pas un château pour attaquer les voisins, mais un lieu de défense et de protection. De nos jours, le château protège le peuple qu’il a toujours sommé, des aléas des crises et le tourisme local le regarde comme un joyau. A raison car une fois gravies les marches qui mènent au portail, on entre dans un autre monde. On s’absente du XXIe siècle et au détour d’un mur de la ville, au quartier du Faubourg, on pourrait la nuit croiser le fantôme de la noble Berthe de la Roche, poignardée et jetée du haut des murailles.

Le château a été le 11mai une des vedettes de l’émission “Ma Terre” sur la première chaîne de la télévision publique francophone RTBF. Cette émission est soutenue par l’Institut du Patrimoine Wallon (IPW), dirigée par Freddy Joris. Sans l’IPW, ce type d’émission, passionnante, n’existerait pas.

Mais venons-en à l’histoire, écrite pour une large part sous la plume du docteur Thiry en 1941 quand cet auteur traita d’Aywaille et des territoires entre Ourthe et Amblève. Tandel et de Leuze écrivirent eux aussi sur cette seigneurie importante dont les immenses forêts étaient rentables. La Roche était un comté indépendant puis il devint partie du comté puis duché de Luxembourg. La Roche avait comme frontières l’abbaye de Stavelot-Malmédy, le comté de Montaigu dont il ne reste que des débris de murs au sommet d’une haute colline, et le comté de Durbuy. Par ailleurs, vers l’est on trouvait les deux seigneuries de Wampach jusqu’à l’Alzette et vers le sud c’était Bastogne. Le comté possédait des terres jusqu’aux environs de Beauraing. Il dominait Houffalize, Han-sur-Lesse, Humain. Mais aussi Beausaint, Daverdisse, Grune, Jemeppe, Montjardin, Rolley, Sohier, Vervoz, entre autres.


La
terre de La Roche appartint à l’empereur Henri III qui l’échangea en 1046 avec Frédéric de Limbourg, duc de Basse Lotharingie. Le château passa aux Namur puis après des conflits arrivèrent les comtes de Bar, aux XIIIe et XIVe siècles.

Mais des soucis financiers obligèrent Wenceslas Ier, fils de Jean l’Aveugle (roi de Bohême, mort à la bataille de Crécy en août 1346), à faire comme son père : vendre les bijoux de famille. Jean avait déjà cédé en 1343 Mirwart, Orchimont, Lomprez, Villance, Nassogne et d’autres au prince-évêque de Liège Adolphe de La Marck. Ici, celui qui était comte de Luxembourg et marquis d’Arlon, engagea La Roche et Durbuy à Regnier de Schonau contre 20000 réaux d’or. Il n’en prit le contrôle qu’en 1354. Il avait épousé Jeanne de Brabant. Leur fils Wenceslas II hérita mais son règne fut pénible pour les populations. Lui aussi ressentit des problèmes d’argent. Il avait engagé le château de La Roche en 1400 à Jean et Huart d’Autel qui le gardèrent jusqu’en 1431 quand le frère de Wenceslas II, Sigismond, le céda en totalité auxdits frères d’Autel.

La Roche revint partiellement aux Domaines et en 1465, Philippe le Bon, duc de Bourgogne confia la charge de La Roche à son fils Antoine qui décéda en 1504. En 1511, les derniers droits détenus par les d’Autel furent repris par la couronne. Albert de Ligne engagea le bien en 1618 mais cela ne dura pas. Les armées de Louis XIV passèrent par ici et contrôlèrent le duché de Luxembourg. La Roche fut renforcé. Mais au XVIIIe il périclita, à cause d’un incendie causé par la foudre en 1721. A la fin du siècle, le fort fut démantelé. Au XIXe siècle il fut abîmé par des vandales divers. Puis il y eut 1944 et l’offensive von Runsdtedt lui causa de graves dommages.



SOURCES:
Philippe Farcy, La Roche, fierté ardennaise, Vie de château 623, La Libre Belgique 10 mai 2012
Dr Louis Thiry, Histoire de l'ancienne seigneurie et commune d'Aywaille (5 tomes) 1937
Emile Tandel, Les communes luxembourgeoises, 10 vol., Institut Archéologique du Luxembourg, rééd. 1889-1894
Abbé Am. de Leuze, Histoire de Laroche et de son comté, impr. de P.A. Bruck 1881