FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Sobre, le "Wolvenbosch"


Kasteel Wolvenbos - 2950 Kapellen



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy



Official Name Kasteel Wolvenbos
Location 2950 Kapellen
Construction 1919-1920
Style Néoclassique
Architect Paul Smekens
Occupants
Allocation
Protection

Last udpate: 05/01/2013


Wolvenbosch est une rareté d’un maître peu connu, Paul Smekens (1890-1983). Le style Louis XVI domine dans cette maison de famille récente, érigée en 1919-1920.

Dans le grand parc qui mène "toujours tout droit" au Wolvenbosch, "on trouve encore dans un petit sous-bois non loin de la maison, un "bunker" qui avait été érigé par les forces armées belges dans le cadre de la défense d’Anvers avant 1914", nous dit la baronne (Paul) Kronacker. La ceinture des nombreux forts qui enserre la Métropole était en effet reliée à intervalles réguliers par ces édicules supplémentaires de surveillance. C’est dire si la plaine devait être dégagée. Elle ne l’est plus.

Nous sommes à Kapellen dans une des parties les plus boisées des environs de la cité portuaire où les grands domaines jouent presque à touche-touche. D’une ceinture de feu, Anvers s’est finalement dotée d’une ceinture de résineux, comme on le voit à partir d’une même origine militaire, à Cologne.

L’architecte Paul Smekens connu pour ses maisons ouvrières est l’auteur de cette élégante demeure, rare dans son œuvre. L’auteur fait heureusement l’objet d’une notice dans le Dictionnaire de l’architecture en Belgique de 1830 à nos jours parue au Fonds Mercator. Le maître y apparaît comme un défenseur du style moderniste, un artiste préoccupé par les considérations sociales, un suiveur de l’esprit hollandais de son jeune temps. Sans doute fut-il un admirateur de Henry van de Velde. Il fut aussi entre 1926 et 1927 l’exécuteur de la maison du peintre René Guiette (1893-1976), dessinée par l’illustre architecte suisse Le Corbusier. Celle-ci est sise sur la Populierenlaan à Anvers. Elle est classée depuis 1978. Le château de Smekens ne l’est pas.

Pourtant la recherche de qualité, ici comme dans ses cités ouvrières, est évidente. L’éclectisme comme tant de bâtiments inspirés par les styles anciens est encore et trop souvent l’objet du mépris des décideurs institutionnels.

Smekens a conçu un édifice de plan massé long de neuf travées centrées sur un avant-corps débordant en hauteur et sommé d’un fronton percé d’un oculus. L’idée prévaut sur les deux façades d’accès et vers le parc. De part et d’autre furent installés des patios. Vers le nord il s’agit de recevoir les visiteurs via une rampe carrossable. Quatre colonnes soutiennent la terrasse de ce côté. Vers le sud, quatre paires de colonnes soutiennent une tribune couverte de forme arrondie.

Les façades latérales sont limitées à trois travées. Du côté cuisine les baies sont d’origine. Par contre, vers l’autre flanc, un grand salon fut installé ultérieurement, sous une magnifique verrière; on n’y compte que trois baies vers la drève menant à Kapellen. Cet élément bas offre lui aussi une terrasse aux occupants. Notons encore l’élégante toiture mansardée animée de six lucarnes de style Louis XV sur les grands côtés et trois sur les profondeurs. D’après Paul Arren, le terrain appartenait à François Lievens dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le bien fut vendu en juin 1914 au couple formé par Robert Fester et Alice Good. Trente-neuf hectares le composaient alors. Ce couple eut une fille Marie-Louise qui déménagea avec son mari, Raoul Verhaegen au Congo. Après le décès des parents de Marie-Louise, le château fut vendu en février 1952 au baron Paul Kronacker (1897-1994), homme d’affaires, planteur au Congo (huiles et sucre), plusieurs fois ministre (libéral), ministre d’Etat et chargé de l’approvisionnement au retour de la paix. Marié en secondes noces à Elisabeth Good, il recréa de la sorte un lien avec le passé du château. Depuis le décès de celui que Willy De Clercq qualifia de "monument", le domaine est resté dans sa descendance.

On ne visite pas cette propriété très habitée et très surveillée.



SOURCES:
Philippe Farcy, Sobre, le "Wolvenbosch", Vie de Château 480, LaLibre.be 16 janvier 2009 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/475069/sobre-le-wolvenbosch.html
Anne Van Loo, Dictionnaire de l'architecture en Belgique de 1830 à nos jours, Fonds Mercator octobre 2003
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel IX,  Hobonia 2001