FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Chièvres et ses effets princiers


Château des Comtes d'Egmont - 7950 Chièvres



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Jean-Pol Grandmont 24 February 2005

  • Carte postale ancienne, ed. G. Delzenne-Constant & Artcolor



Official Name Château des Comtes d'Egmont
Location 7950 Chièvres
Construction 1560
Style
Architect
Occupants Résidence Comte d'Egmont
Allocation Maison de repos
Protection Classé le 31 décembre 1945

Last udpate: 03/01/2013



Petit château de ville, Chièvres perpétue la mémoire des Croÿ. Devenu maison de retraite, le château est un beau témoin des temps anciens.

Outre les rares livres qui parlent un peu du "château" de Chièvres, il est fortement conseillé d'aller voir le site www.chateauxduhainaut.be pour comprendre l'importance de cette demeure. On y apprend qu'entre Ath et Beloeil, Chièvres est une cité qui, jusqu'au XXe siècle, était restée enfermée dans ses murs d'enceinte. Des murs qui remontent au XIV e siècle quand le comte de Hainaut, Aubert de Bavière, fit en sorte de doter la petite bourgade de moyens propres à son développement, freinée qu'elle avait été par l'érection encore récente de la cité d'Ath, créée par Baudouin IV de Hainaut.


Ville de monuments

Chièvres, moins dotée juridiquement que sa proche voisine, put organiser un marché de draps entre autres, comme le signalait Maurice Arnould en 1943. De là vint une certaine aisance communale et les murs fleurirent entre 1365 et 1410. Il en reste la Tour de Gavre (classée le 12 novembre 1954) qui semble avoir poussé sur la place d'un premier château construit par la famille des Chièvres à moins que ce ne soit par une branche de la famille des Avesnes. Les plus beaux monuments, comme l'église Saint-Martin du XVe siècle, puis la pose d'un petit château sur la Grand-Place, ne vinrent que plus tard.

Il occupe un angle, sur cette belle place caractérisée par ses enfilades de maisons parallèles à la chaussée. L'édifice de briques et de pierre bleue qui nous intéresse, n'est plus qu'une grosse maison. Le bâtiment remonterait aux années 1560.

Ses parois furent montées sur ordre du prince Charles de Croÿ (celui des "Albums"). Le corps principal a été augmenté dans le style traditionnel d'une travée à droite, vers 1700. On y voit encore les chaînages d'angles. Il fut prolongé à l'arrière, dès l'origine, par une courte aile perpendiculaire. Cette aile de trois niveaux comporte une galerie couverte animée de cinq fines colonnettes, réunies à présent par des baies vitrées. Une autre aile à gauche, d'une seule travée et caractérisée par ses bandeaux plats, fut ajoutée au XXe siècle. Ces deux ailes, comme les pignons et les façades arrières, ont été récemment enduites d'un rouge sang de boeuf à la mode mosane.

Cela permet d'isoler mieux encore le massif central, animé en hauteur par des pignons débordants à gradins. La toiture de ce dernier a perdu voici quelques décennies ses trois lucarnes tandis que l'avant-corps désaxé perdait lui son rehaussement d'un niveau assorti de trois pignons.

L'avant-corps est précédé d'un petit perron. La porte à imposte est surmontée d'un triple jeu d'arcatures en encorbellement. Les baies actuelles, à petits-bois, étaient jadis à croisée comme sur l'aile droite de 1700.



Illustres familles

Pour en revenir à la dévolution des propriétaires, il faut démarrer au début du XIIe siècle. A cette époque, Guy de Chièvres épousa Ide d'Ath (elle était fille d'Ade de Roucy, veuve de Godefroid, sire de Guise, et ensuite remariée à Thierry, sire d'Avesnes). La fille de Guy et Ide, Eve, dame de Chièvres, allait imiter sa mère et fut mariée trois fois. En effet, elle fut successivement l'épouse de Gilles, sire de Chin (l'ancêtre des Berlaymont), de Rasse III de Gavre et enfin de Nicolas III de Rumigny. Des Gavre, Chièvres passa aux Montmorency-Laval, dont était issu le fameux Gilles, sire de Rais. Puis Chièvres fut vendu au XVe siècle à Antoine de Croÿ.

En 1627, Marie-Claire de Croÿ, duchesse d'Havré, dame de Chièvres, épousa Charles-Philippe de Croÿ-Solre, marquis de Renty, dont elle eut un fils, évêque de Valence en Espagne et une fille Marie-Ferdinande. Elle épousa Philippe-Louis, comte d'Egmont et de Berlaymont, prince de Gavre et vice-roi de Sardaigne, terre lointaine où il mourra en 1682, à Cagliari. Le comte et la comtesse d'Egmont eurent deux fils (privés de descendance) et trois filles. L'aînée des filles, en épousant Nicolas Pignatelli, duc de Bisaccia, neveu du pape Innocent XII, offrit le titre de comte d'Egmont à son vénérable époux. La deuxième fut chanoinesse de Nivelles et la dernière, Jacqueline, dame de Saint-Albain-en-Douai, épousa Albert-Louis de Trazegnies, vicomte d'Arnemuiden, comte de Fléchin, seigneur de Bomy, etc., chef de ce qui était alors la branche cadette des Trazegnies. Les princes Pignatelli garderont Chièvres sans doute jusqu'à la Révolution.

Pour la suite, le directeur de la maison de retraite installée ici, Jean-Marc Hendrick nous précisa ceci : "J'ai acheté le bâtiment en avril 1992. Il appartenait à Madame Jeanne Breda, veuve de Monsieur Florent Declercq. Jusqu'en 1980, une brasserie était en exploitation sur le site du château du Comte d'Egmont. C'était la brasserie Declercq-Breda, déjà en activité avant la construction en 1905 de l'aile gauche. Madame Jeanne Breda est décédée en 1990, laissant pour recueillir sa succession deux filles, Mesdames Janine et Elisabeth Declercq, et deux petits-enfants représentant leur père prédécédé, Monsieur Jules Declercq, autre fils de la défunte". Du XIXe siècle, on ne sait rien. Le château a fait l'objet d'un classement par arrêt royal du 31 décembre 1945. La demeure abrite donc une maison de retraite la s.a. Résidence Comte d'Egmont.


On ne visite pas, mais tout ceci se voit parfaitement de la Grand-Place.


SOURCES:
Philippe Farcy, Chièvres et ses effets princiers, Vie de Château 393, LaLibre.be 11 mai 2007 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/347700/chievres-et-ses-effets-princiers.html
Maurice-Aurélien Arnould, La Ville de Chièvres et sa draperie: (XIVe-XVIe siècle), G. van Campenhout 1943

HOMONYMIES:
Palais d'Egmont, 1000 Bruxelles
Egmontkasteel, 9620 Zottegem