FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Classicisme bon teint du côté de Lesve


Château de Lesve - 5170 Lesve (Profondeville)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Le château est posé perpendiculairement à la pente. Il s’arrête sur un mur aveugle qui annonce la partie réservée à la ferme. © Philippe Farcy 2 septembre 1999

  • Les communs et l’entrée de la haute-cour sont soignés avec délicatesse © Philippe Farcy

  • Depuis la basse-cour, le château de Lesve annonce déjà l’élégance de ses lignes et le joli rythme de ses façades © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy 2 septembre 1999

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy 17 avril 2002



Official Name Château de Lesve
Location 5170 Lesve (Profondeville)
Construction XVIIIe siècle
Style Néoclassique
Architect
Occupants
Allocation Résidence privée & mariages, anniversaires, fêtes familiales, évènements, réunions
Protection Bien non classé

Last udpate: 10/05/2013


Vraie maison de campagne pour gentlemen.



Dans l’agréable village de Lesve disposé autour d’une belle église tapissée de toiles de maîtres anciens principalement flamands, se niche un château-ferme néoclassique de la meilleure apparence. Nous sommes dans les terres du comté de Namur, à proximité des abbayes de Brogne et de Maredsous. Posée à flanc de colline, perpendiculairement à elle, la maison regarde vers les châteaux de Bioul (barons Vaxelaire) et de Neffe (prince Amaury de Merode). Le château construit en moellons de grès conserve les traces anciennes d’un chaulage blanc. Il est sans véritable prétention et c’est sans doute de là que se dégage son charme. Sa discrétion, vieille de plus de deux cents ans, a été conservée malgré des aménagements ultérieurs. Son parc, partiellement disposé en terrasse, complète un décor agreste.



Château-ferme


Lesve est connu depuis un acte de 1021. On ne sait de quand date le premier château. En tout cas, Lesve était une seigneurie hautaine. On y trouvait de 1503 à 1548, la famille Goblet suivie par celle des d’Oultremont. Engagée en 1626 en faveur de Jean de Souhay, le bien fut vendu en 1700 à Denis-François baron de Retz de Brisuela de Chanclos. En 1779, les Chanclos vendirent les territoires de Lesve à Jean-Michel Raymond, maître de forges namurois. Il était par ailleurs propriétaire du château d’Andoy, non loin de Erpent.

Ces deux demeures passèrent par héritages aux d’Hoffschmidt puis aux barons de Jacquier de Rosée. Entré dans le patrimoine des Henry de Frahan en 1947, Lesve poursuit son bonhomme de chemin entre les mains de la jeune génération des Hemptinne, héritière des Frahan.

L’habitation seigneuriale se présente comme un L. La ferme est placée en contrebas du château. Elle jouit d’un portail d’entrée assez élégant cantonné de hauts pilastres en pierre bleue creusés de panneaux et couronnés de vases en guirlandes.



Le beau jeu des toitures


Le corps de logis du château était jadis composé de deux niveaux. On lui en ajouta un troisième en demi-hauteur au XIXe siècle mais seulement sur la façade arrière donnant sur la terrasse. On profita d’ailleurs des travaux pour allonger la bâtisse d’une travée en prenant la place sur le logis de la ferme. Cela donna un joli alignement de vingt et une baies encadrées de pierre bleue, bombées, à clé et limitées par des montants harpés. Les baies sont de hauteurs dégressives. Jadis, ils étaient porteurs de volets. Un fin oriel a été ajouté à la dernière travée.

Celle-ci est poursuivie par deux éléments de la ferme dont les murs sont aveugles du côté résidence. Le jeu habile des toitures qui s’alignent en cascade donne un surplus d’animation à l’édifice. La bâtière est couverte d’ardoises; elle s’appuie sur une corniche de pierre en gorge. La toiture est en outre ornée de deux œils-de-boeuf et d’une lucarne à croupe, du côté du parc. On remarquera que les arêtes de l’élévation sont ceinturées d’une frise dentée sur denticule. Le parc est encore orné d’une belle orangerie érigée vers 1760 et par un bel escalier d’époque Louis XVI d’où émergent des vases de même époque.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002