FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Uytbergen, une jolie perle cachée au bord de l'Escaut


Kasteel van Uitbergen - 9290 Uitbergen



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Récemment restauré, ce château est un petit joyau de tranquillité et d’élégance. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Il se dit que les propriétaires actuels vendirent leur villa pour sauver cette belle bâtisse. Ils ont eu raison ! © Philippe Farcy



Official Name Kasteel van Uitbergen
Location 9290 Uitbergen
Construction 1778; 1793; 1840; 1898-1899; 1957; 1996
Style Néoclassique
Architect 1840: Louis Minard; 1898-1899: Joseph De Bosscher
Occupants
Allocation Résidence privée
Protection Bien non classé

Last udpate: 04/01/2013


Du romantisme au respect de la nature.


Entre Termonde et Overmere, sur la commune de Berlaer et juste à côté de Donck, charmante cité balnéaire posée devant un immense plan d’eau, on trouve le château de Uytbergen.

Le village était une dépendance des ducs de Brabant, signale Paul Arren. Le premier seigneur connu était en 1331 une dame : Sophie de Beaufort. Arren évoque le mariage de Sophie avec Guillaume de Nevele. Leur fils Guillaume (II) deviendra seigneur de Uytbergen. À partir de la fin du XIVe siècle et jusqu’en 1673, Uytbergen et Overmere connurent une histoire jumelée. La seigneurie aboutit vers 1380 à Jean de Mamisne (Laerne). Il était le fils de Gérard (IV), sire de Laerne et de Calcken et de Marguerite de Nevele, fille de Guillaume (III). Les Masmine conservèrent le bien jusqu’au début du XVIe siècle.

Alors on vit célébrées les épousailles de Gertrude avec Jean du Bois. Leur descendant Pierre du Bois mourut seigneur de Uytberghen en 1641. Ses biens furent ensuite vendus à Nicolas de Coudenhoven, seigneur de Gentbrugge. Son descendant Antoine, mayeur du Franc de Bruges, s’en alla vers l’éternité en 1684 sans avoir d’enfant. Le domaine fut alors repris par Ferdinand, comte de Lannoy de Hautpont, fils de Jean-Baptiste et de Jeanne de Coudenhoven. Ferdinand (1622-1694), maréchal de camp au service espagnol, épousa en août 1679 à Sainte Gudule de Bruxelles, Marie-Léopoldine de Croÿ, fille d’Eustache et de Marie de Ketteler. Faute d’enfant sans doute, le fief échut dès 1721 à Balthasard de Rosendaele sans que l’on sache comment. En 1728, il était aux mains du chevalier d’Ittre de Caestre suivi par messire Simon-Joseph de Heuvel qui mourut en 1758. Il avait épousé Madeleine de Rosendael. Leur fils Jean-Simon semble avoir vendu le bien car le château actuel fut érigé en 1778 par des Parisiens du nom de Bouilliers. Ceux-ci faisaient commerce de tourbe.


Belles alliances

Un Bouilliers sera le dernier seigneur féodal de Uytberghen. En 1795, nos voisins du sud vendirent ce bien à Ferdinand Beertens. À une date inconnue, ce monsieur se défit du château en faveur d’un Terlinden. Celui-ci allait revendre le domaine à Emmanuel de Kerchove d’Ousselghem (1767-1854). Une vente nouvelle eut encore lieu en 1861, quand le bien arriva dans le portefeuille de Victor, comte van den Steen de Jehay, fils d’Armand et de Charlotte de Grumsel d’Emale. Victor se maria avec la comtesse Victorine de Lichtervelde.

Leur fils Charles-Amand (1811-1888) hérita du territoire et se maria fort intelligemment avec Louise Desmanet de Biesme (1826-1891), issue d’une puissante famille de maîtres de forges des environs de Couvin-Chimay. Ils eurent cinq enfants. Si Marie-Thérèse retourna vers Namur en épousant Ernest Vermeulen, ce qui l’a fit résider dans le magnifique château de Mianoye (détruit), Uytberghen échut à Nathalie. Elle allait épouser en 1884 – elle avait trente-deux ans – Amédée-Charles Visart de Bocarmé (1835-1924), veuf d’Adèle Faignart, fille d’un important industriel et banquier de La Louvière, époux d’une Boucquéau (des laminoirs, futurs établissements Boël) qui avait commandé son château en 1851 à Joseph Poelaert. Détruit à cause des mines, il reste du château Faignart deux pavillons et les grilles. Cet ensemble forme l’entrée du parc de La Louve.

Le second mariage ne donna point d’enfant, mais il en vint trois de la première union. Le château passa alors à Albert-Emile Visart (1868-1947), époux de la comtesse Marie-Thérèse d’Oultremont (1874-1950). De cette union, n’apparut aucun enfant. Uytberghen échut de ce fait à un neveu, le baron Antoine de Crombrugghe de Picquendaele (1900-1975), marié à Léonie van de Walle (1900-1973). Ils eurent ensemble dix enfants. Après 1975, la succession se défit du domaine, ce qui profita à un jeune antiquaire allemand, Günther Kichoff. C’est en 1996 que les actuels propriétaires entrèrent dans ce domaine restauré depuis à la perfection.


Fusion entre parc et château

Le château de briques et de pierre blanche monte sur deux niveaux et demi sous des toitures en bâtières couvertes d’ardoises. Il s’étire sur huit travées et est disposé en U. Les façades sont animées de refends et de chaînages d’angles. Les baies du haut, au corps central, sont surmontées d’un entablement. Vers l’ouest, le château est augmenté d’une aile en retrait de six travées. Sur le côté est, on compte quatre travées. Au sud, les van den Steen ont placé une petite chapelle néogothique.

On ne visite pas.


SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 4, Editions Aparté, novembre 2005
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel VII,  Hobonia 1997