FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Grand-Jamine a fort belle mine


Château de La Motte - 3800 Groot-Gelmen (Sint-Truiden)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • La grande façade est perpendiculaire à la rue. Trois frontons crénelés et deux tourelles à encorbellements donnent du rythme. © Philippe Farcy

  • La tour-porche est la partie la plus ancienne de Grand-Jamine. © Philippe Farcy



Official Name Château de La Motte
Location 3800 Groot-Gelmen (Sint-Truiden)
Construction 1342-1367; XVIe siècle; après 1690; 1758; 1863 à 1869
Style Éclectique, classique et Tudor
Architect
Occupants
Allocation Résidence privée & restaurant exploité par le chef, M. Bayens et sa soeur
Protection Bien non classé

Last udpate: 04/01/2013


Un parc d’où jaillissent sept sources d’eau claire et pure.



Dans le Patrimoine monumental, on apprend que Grand-Jamine (Groot-Gelmen) était occupé par un château dès 1342. Son édification dura jusqu’en 1367. Le maître de l’ouvrage était Henri de Brouckhom dont les droits dépendaient du comté de Looz. Le baron Léon de Herckenrode indique en 1845 qu’il s’agissait d’un fief liégeois relevant du prince-évêque. Les Rijckel régnèrent à La Motte de 1430 à 1589. On sait que les bases de la tour, la porte-cochère et le pont-levis visible du côté de la ferme ont été construits entre 1531 et 1589 par Jean de Rijckel, époux de Marie Van den Creeft. Mais d’après Robert de Borman, « la partie la plus ancienne se situe à la base d’un tiers droit du château actuel où de magnifiques caves remontent au XIVe siècle. La tour d’accès où se voient les glissières du pont-levis est plus récente. Avant un incendie de 1690, cette tour était enserrée entre deux ailes ».



Une grande famille : les Herckenrode

Après 1690, le château a été reconstruit puis il fut agrandi en 1758 par le baron Antoine-Théodore de Herckenrode, cousin des Rijckel. Les Herckenrode étaient d’origine allemande, installés à Trèves dès l’an 1.000. Au service des Habsbourg, ils donnèrent un général. Wolfroid de Herckenrode receveur sous Charles-Quint, fut le premier baron de la lignée en 1523. Son descendant Jean-Lambert de Herckenrode était échevin de Saint-Trond en 1560. Il avait épousé Anne de Rijckel. Les Herckenrode eurent Grand-Jamine par échange entre Jean de Rijckel et son cousin germain, Jean, mayeur de Tongres en 1583. Il était fils de Jean-Lambert alors que son fils Thierry était bourgmestre de Saint-Trond. Pour situer la puissance des Herckenrode, on signalera que Simon de Herckerode était en son temps seigneur de Geest-à-Gérompont et de Offus. D’autres Herckenrode furent seigneurs à Mettecoven et à Mulcken. Plusieurs furent sénateurs de Louvain. Jean-Baptiste, seigneur de Steenberge et de Valbeeck (hérité des Corbeeck), était bourgmestre de Louvain de 1752 à 1758 date de son décès. Son fils Joseph-Antoine, seigneur de Waenrode (Lubbeek), occupa la même charge. Il décéda le 16 août 1801 en son château de Grand-Jamine. Son épouse était Jeanne-Marie d’Udekem (des barons de Mally), fille de Ferdinand et de Marie-Barbe de la Bawette. On voit leurs armes sur la tour actuelle.



Parc mitoyen avec Fologne


Jeanne s’en alla 20 ans plus tard mais entre-temps, elle avait convolé à nouveau en 1811. L’élu de son cœur fut Antoine-Victor de Jamblinne de Noville (Jamblinne), marié précédemment à Anne Le Gillon (Coloma), dont il était veuf. Cette union de 1811 fut complétée par le mariage de deux enfants issus des premières noces respectives. En 1817, Charles de Jamblinne allait épouser Amélie de Herckenrode. Entre les sept enfants Herckenrode, dont Amélie, le château fut laissé à son aîné Théodore (1787-1829), époux de Marie-Thérèse Ulens. Ceux-ci n’eurent qu’une fille. Le château passa alors en vente et Jean-Guillaume Ulens, frère de Marie-Thérèse en devint propriétaire. Son neveu Paul-François Ulens, marié à Léontine de Donnéa de Fologne, les domaines de Fologne et de Jamine se touchent ce qui permit à un garde-chasse de faire se rencontrer les futurs époux), donna à la demeure son aspect actuel de style Tudor. Les travaux eurent lieu de 1863 à 1869. Ensuite le bien passa à son fils Robert puis au neveu de celui-ci René de Borman, fils du baron Frédéric de Borman (1871-1952) et de Gabrielle Ulens. Les de Borman conservèrent ce beau château deux générations puis le vendirent en 1986 à une société américaine qui s’en sépara en 1991 en faveur d’un citoyen hollandais, M. Van Vlooten, spécialiste en catering. C’est ce dernier qui aménagea la ferme en un restaurant très stylé exploité par les Bayens.



Éclectisme plein de fantaisie


Le château a été érigé en pierre de Marne, en calcaire, en schiste pour le soubassement et en briques. Il s’élève sur deux niveaux et demi séparés par de larges bandeaux et il s’étire sur six travées. La toiture en bâtière couverte d’ardoises est animée par trois pignons à gradins. Ils accentuent l’effet de séparation en trois éléments de la façade sur le parc. Les deux pignons extérieurs reçoivent des baies en plein cintre. Au centre, entre deux avant-corps d’un seul niveau à toit plat, on trouve une terrasse aménagée par M. Ulens en 1903. Les avant-corps sont joliment décorés d’oculi et d’une frise d’arcatures. On retrouve celles-ci sur les bâtiments de la ferme et sur la tour carrée d’accès. Par ailleurs, le château est caractérisé par quatre tourelles octogonales de cinq niveaux dégressifs placées aux angles. Vers la ferme, le logis est centré autour d’un large escalier central et d’un autre placé au sud. La distribution de la façade est presque identique à celle donnant sur le jardin. La tour carrée grimpe quant à elle sur quatre niveaux. Elle est soutenue par plusieurs contreforts et décorée à la base de quatre pierres armoriées qui proviennent de Gelinden. Des tourelles crenelées limitent les angles entre des lucarnes à croisées. Les ailes de la ferme sont elles aussi en brique et animées d’arcs brisés et de pignons crénelés. Le site est superbe.


Visites souhaitées.


SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel VII,  Hobonia 1997 


HOMONYMIE:
Kasteel La Motte, 1700 Sint-Ulriks-Kapelle (Dilbeek)
Château de la Motte, 4500 Huy
Château de la Motte, 5530 Dorinne (Yvoir)
Château Lamotte, 5580 Ave-et-Auffe (Rochefort)
Manoir de la Motte, 5660 Boussu-en-Fagne (Couvin)