FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Hardelingen aux sources modernes des Schaetzen


Kasteel Hardelingen - 3730 Sint-Huibrechts-Hern (Hoeselt)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Construit en L, le château profite depuis sa position dominante d’une vue magnifique vers le château de Schalkhoven © Philippe Farcy

  • Perdue dans les campagnes limbourgeoises, cette maison historique pour les de Schaetzen est plantée dans un très beau parc © Philippe Farcy



Official Name Kasteel Hardelingen
Location 3730 Sint-Huibrechts-Hern (Hoeselt)
Construction 1840; transformations vers 1927-1928
Style Classique
Architect
Occupants AV Vastgoed
Allocation Résidence privée
Protection Bien non classé

Last udpate: 04/01/2013


Tout près de notre arbre, nous vivions heureux.


Au nord-est de Tongres, dans les vallons qui mènent vers Maestricht, Hern-Saint-Hubert est un petit village sans histoires. L’ancien domaine de Hardelingen s’y dissimule dans un parc de 40 hectares, superbement planté où s’ébrouent quelques chevaux. L’un des plus beaux spécimens d’arbres dit le « Franc-Picard », était le lieu de retrouvailles des enfants déjà au XIXe siècle. Il existe toujours. Hardelingen est depuis 1990 la propriété de M. Eugène Stefels et de son épouse, née van Geijn. Ils sont citoyens hollandais, originaires de Laren. Les Stefels ont acquis leur bien de Jean Boes (des brasseries Alken), qui tenait cette maison depuis 1978, pour l’avoir achetée au chevalier Hubert de Schaetzen van Brienen et à son épouse, Elisabeth de Grady de Horion. La seigneurie de Hardelingen était jadis le plus important bien allodial que le chapitre Notre-Dame de Tongres possédait.



Saisie et vente publique

Le chapitre contrôla ce territoire jusqu’à la Révolution française quand la saisie entraîna une vente publique en avril 1798. Le territoire de 43 bonniers fut vendu pour moitié au chanoine Paul-Eustache van der Maesen, mort en 1836, et pour moitié à son beau-frère, Georges-Frédéric Schaetzen. Par voies successorales, le bien fut reconstitué dès 1841.

Les Schaetzen forment une très vieille famille de la principauté de Liège. La plupart d’entre eux sont issus d’Oscar Schaetzen (1836-1907). Celui-ci fut fait chevalier en 1876 pour lui et sa descendance. Des onze enfants qu’il eut de son second mariage avec Marie-Thérèse de Corswarem (1845-1919), trois des six garçons seront élevés au titre de baron en 1929, puis en 1939. Tous furent autorisés à se nommer de Schaetzen le 23 mai 1923 par arrêt de la Cour d’Appel de Liège. Les Schaetzen conservèrent Hardelingen 180 ans. Ce n’est là qu’une de leurs nombreuses propriétés dans la région.



Ancienne ferme

Comme l’indique le chevalier Hubert de Schaetzen van Brienen dans un livre consacré à son arrière-grand-père Oscar : « il n’est pas possible de savoir exactement de quand datait le corps de logis. De la fin du Moyen Âge au début du XVIIIe siècle, il est toujours fait mention d’une ferme ». En 1825, un géomètre-expert estime que les bâtiments sont en très mauvais état. Et l’auteur de reprendre : « Ce qui est certain, c’est que Louis (Schaetzen) ne reconstruisit que l’aile de la ferme qui longeait le chemin public et qu’ensuite toute la ferme fut supprimée. Il est probable qu’il remania le corps de logis lors de ces travaux ».

Quoi qu’il en soit, le bâtiment a été fortement remanié une nouvelle fois dans les années 1927-1928. On lui a alors supprimé sa lourde toiture mansardée pour lui préférer à juste titre, une toiture en bâtière. Elle allège la structure du bâtiment.

Celui-ci, en briques et pierre bleue pour les rares éléments décoratifs, se compose d’un corps central en L montant sur deux niveaux inégaux. Une tour carrée placée au midi ponctue le lien de la maison avec les dépendances à usage partiel de garage. Ces annexes s’élèvent sur un seul niveau sous une toiture en bâtière, à croupes. Deux lucarnes en plein cintre et une autre passante animent la toiture. La belle façade de la maison où se trouve le perron d’accès, regarde vers l’est. Elle s’étire sur cinq travées dont une sert de porte-fenêtre. Les baies présentent des linteaux droits sans décor particulier.



Schaetzen-Udekem

L’aile de retour est ornée des armes du chevalier Charles-Alfred de Schaetzen et de Mathilde d’Udekem d’Acoz, fille d’Arnold et de Thérèse (des barons) du Bois de Vroylande. La façade donnant vers le nord comprend trois larges portes-fenêtres précédées par une terrasse dont le garde-corps est orné de balustres de style baroque.


On ne visite pas; le berger allemand défend son territoire avec une efficacité à vous faire frémir.




SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 
Chevalier Hubert de Schaetzen van Brienen, Biographie du Chevalier Oscar J. de Schaetzen (1836-1907), 1983