FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Léternité retrouvée de Reinhardstein


Château de Reinhardstein - 4950 Ovifat (Waimes)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • Vu d’en haut ou d’en bas sur son flanc le plus large, Reinhardstein apparaît comme un vrai miracle de justesse historique. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • En arrivant depuis Waimes, on aperçoit le château et son univers particulier et étrange. Le Moyen Âge a retrouvé une présence forte en ces terres lointaines. © Philippe Farcy



Official Name Château de Reinhardstein
Location 4950 Ovifat (Waimes)
Construction XIVe siècle; reconstruction XXe siècle
Style
Architect
Occupants Reinhardstein a.s.b.l.
Allocation Ouvert au public
Protection Site classé depuis le 19 septembre 1977

Last udpate: 04/12/2012


Reinhardstein a été relevé par des gens passionnés


Reinhardstein, dit aussi « Burg Metternich », francisé en « Château Renaud » n’est pas un château comme les autres. D’abord parce que son type architectural est unique en Belgique. Placé non loin des frontières de l’Allemagne, on comprendra aisément qu’il fut plus redevable des habitudes germaniques que des édifices militaires conçus par les architectes de la principauté de Stavelot-Malmédy. Ensuite parce qu’il était depuis le XIXe siècle un amas de ruines et qu’un groupe d’hommes un peu fous s’est mis en tête de le relever.




Overloop


L’aventure eut lieu dès les années 1965-1969 sous la direction du professeur Overloop. Ce mécène et ses adjoints n’avaient guère de moyens financiers et le professeur vendit même sa maison des environs de Bruxelles pour pouvoir financer des travaux que l’on devine gigantesques. M. Overloop décéda le 30 octobre 1994.

Le domaine, classé comme site depuis le 19 septembre 1977 (mais pas comme monument), est composé de cinq bâtiments différents; ils dominent la Warche et sa très belle cascade, à plus de 60 mètres de hauteur. Le château a été remeublé avec des antiquités et de la brocante évoquant la Haute époque et l’art baroque. On croirait que rien n’a bougé depuis des centaines d’années; et pourtant.

Le site est plein de magie et de vieux souvenirs qui confinent aux légendes. Des quatre fils Aymon en passant par la fée Mélusine jusqu’à la châsse de saint Hubert que l’on aurait caché par ici sous la Terreur, les lieux ne manquent pas de sujets pour attirer les touristes en mal de rêveries d’un monde éteint.

Reinhardstein est une a.s.b.l .et ses statuts obligent qu’il soit habité. L’un des bras droits du professeur Overloop, Clément Defossa est donc en charge de faire vivre l’ensemble de ce patrimoine. Il y réside avec femme et enfants, dans le bâtiment érigé par Renaud de Waimes en 1354, avec l’autorisation de Wenceslas de Luxembourg qui deviendra en 1356 duc de Brabant et de Limbourg. C’est sous Jean de Zievel que fût créé en 1430 la seigneurie et la cour de justice de Reinhardstein. Agnès de Zievel succéda à son père.



Nassau-Vianden

Elle épousa successivement Jean de Brandscheit (vers 1470) et Henri de Nesselrode. Sa fille aînée Catherine, ayant épousé Adrien de Nassau, hérita à son tour du château. Adrien de Nassau était grand bailly de Vianden, burgrave de Bütgenbach et fils du comte Jean II de Nassau-Vianden. Il permit à Guillaume de Manderscheidt, prince-abbé de Stavelot menacé par Everard de la Mark à qui il réclamait la forteresse et le comté de Logne, de se réfugier pendant plus d’un an dans le Burg de la Warche. Henri et Jehan de Nassau succèdent à leur père. Jehan fut podestat de Malmédy et participa activement à la vie principautaire aux côtés de Guillaume de Manderscheidt. Il récupéra aussi tous les biens des Waimes dispersés lors des successions féminines. Anne, soeur de Jehan, fut désignée comme héritière. Elle épousa en secondes noces Guillaume de Metternich, bailly de Neuernach et Sintzig.

Le comte Théodore-Adolphe, baron de Metternich-Winneburg-Bellstein, chambellan de Sa Majesté Impériale hérite de Reinhardstein. En 1695, son neveu, Philippe-Emerich comte de Metternich-Winneburg, lui succède. Après François-Ferdinand, comte du Saint Empire Romain et de Metternich, Philippe-Adolphe puis Jean-Hugo héritent tour à tour des bien familiaux, malgré un procès qui ne se terminera qu’en 1753 au profit des Metternich contre les Wachtendonck. Jean-Hugo mourut en 1750 laissant le château à son fils François-Georges-Charles, comte de Metternich-Ochsenhausen, dernier ministre plénipotentiaire de l’empereur d’Autriche à Bruxelles, délégué impérial à Rastatt. Ce sera aussi le dernier seigneur de Reinhardstein et de Poulseur et le dernier mayeur héréditaire de Waimes.



Visites très souhaitées.



SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002 
Professeur Overloop, Propos généalogiques autour de nos beaux châteaux. Le passé oublié. Les Metternich et la Belgique, Le Parchemin, n° 196, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, juillet-août 1978