FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Housse, un reste des barons de Haultepenne


Château de Housse - 4670 Housse (Blégny)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy octobre 2008

  • © Philippe Farcy octobre 2008

  • © Philippe Farcy octobre 2008

  • © Philippe Farcy octobre 2008



Official Name Château de Housse
Location 4670 Housse (Blégny)
Construction Ailes: XVIIe et XVIIIe siècles
Style
Architect
Occupants
Allocation Résidence privée
Protection

Last udpate: 06/01/2013


Quelque part dans les premiers hectares du «Pays de Herve», dans le canton de Dalhem, le domaine de Housse se cache derrière une courte mais belle allée de hêtres et de tilleuls sur la rue Wérihet.

Dans la descente vers la demeure on se dit que le site est remarquable et que derrière le porche se cache peut-être un castel aussi beau que passionnant. Mais arrivé à la tour-porche, point de château. Il fut détruit en 1827 ou en 1829 et à une époque inconnue on a construit un logis en long sous une toiture en bâtière avec sans doute des éléments de la grande maison disparue. Le château fermait la cour et était trois fois plus profond que la bâtisse actuelle, nous dit André Jacquet, actuel propriétaire. On n'en connait aucune image, mais il existe des plans.

Derrière ce long édifice point laid mais sans caractère, il y avait voici dix ans un à-pic de six mètres de murs mal tenus qui ne demandaient qu'à s'affaisser, un reste d'eau vaseuse, et un cruel manque d'entretien qui finit par avoir raison du pignon occidental de la grange de 1747 du côté nord. Le tout a été comblé dès 1995. Plus de deux milles camions de trente tonnes sont venus déposer leurs offrandes de caillasses pour colmater les brèches. La grange est toujours veuve de sa façade latérale. Le terrain qui ne ressemblait plus à rien a été remodelé et les deux pièces d'eau bordant la ferme et le château au nord ont été comblées à leur tour. Il reste deux hectares de l'ancien domaine. Il y en eut au moins deux cents voici près de cent ans. Une partie des terres a sans doute été intégrée dans le domaine d'Argenteau car les champs et les bois filant vers Visé sont au château d'Argenteau qui appartient à un citoyen hollandais.


Une source d'eau claire

Sous la grange effondrée se trouverait le départ d'une source avec une cuve et un bouchon énorme en liège qui permettait de remplir les douves à volonté ou de les vider, nous dit André Jacquet. Après la petite maison, dans la forte déclivité, a pris place la suite des canalisations. Cette partie se ferme aussi avec un bouchon important en liège. Sous les frondaisons au nord se cachent les pierres bleues de l'ancien pont du Val-Benoît détruit à la guerre 40. D'après Etienne Florkin qui connut la ferme quelques années avant l’arrivée des Jacquet: «Il y avait une source qui donnait dans le «fossé», reliquat de l’ancienne douve, qui se trouvait au fond de la cour à droite … Je me souviens qu’elle venait d’un petit «souterrain» dont on apercevait l’entrée dans le mur de soutènement au droit du fossé. Toutefois ce n’est pas sous la grange mais dans la cave du logis (accessible autrefois par deux escaliers: un dans ce qui était la laiterie, à droite du logis et un donnant dans le petit hall derrière la porte d’entrée principale) que coulait la source où on mettait à rafraîchir les cruches à lait».


Héritages nombreux

Housse était une propriété de la comtesse Marie de Villegas (1842-1918), épouse du marquis Edouard de Trazegnies (1839-1910). Elle en avait hérité de sa mère, la baronne Caroline de Woelmont (1808-1843), dont la mère en avait été propriétaire. Cette dernière était Françoise-Philippine, baronne de Haultepenne (morte en mars 1833), seconde épouse depuis le 14 décembre 1803 du baron Frédéric de Woelmont de Brumagne (1769-1829). Françoise-Philippine était la fille de Philippe-Claude de Haultepenne et de Caroline de Roose. Depuis le Moyen Age, nous dit un descendant des Haultepenne (famille éteinte en 1841), « Housse n’avait jamais été vendu. Juste à la fin de la Grande Guerre, Marie de Villegas a très bien négocié près de 250 hectares de terres sur le domaine de Housse afin de rembourser les dettes anciennes faites par son mari vers 1875. Mais le petit château et une bonne partie des terres sont restés sa propriété et ont ensuite été attribués à Caroline de Trazegnies (1867-1949), épouse d’Edwin Case of Redhazels (1850-1937), cadet d’une famille anglaise qui fut richissime au XVIIIe siècle, puisque c’est elle qui créa l’essor de Liverpool ». Une de leurs filles, Clotilde Case, épousa le général baron Antoine dit Tony del Marmol (1904-1980). Elle se partagea le bien avec son frère Charley Case (dont le petit-fils Charley est un artiste contemporain très apprécié). Les Case ont vendu la ferme à la famille Florkin dont est issu Etienne, past-président de la section liégeoise du CdH (parti politique social-chrétien francophone); mais c'est l'oncle d'Etienne Florkin qui possédait cette propriété. Depuis 1995, André Jacquet et son épouse en sont les heureux propriétaires.


Version Ryckel

Toutefois, selon Amédée de Ryckel, en 1892, on peut se demander si il n'y avait pas à Housse deux terres distinctes, voire deux seigneuries. En effet cet auteur dit que le 28 avril 1672, le roi d'Espagne Charles III, vendit à Jean-Jacques de Frongteaux (parfois écrit sans le e) les trois justices de Housse contre 2.400 livres brabant. Cette famille possédait déjà le château de Housse dès 1490. Guillaume de Frongteaux en fit le relief en 1648. Il releva en même temps une cour allodiale appelée « de Tresegny », ce qui pourrait sans peine se comprendre comme Trazegnies. D'après l'auteur, la seigneurie foncière était restée dans les mains de l'abbé du Val-Dieu qui la tenait depuis des temps immémoriaux. La vente royale ne portait donc que sur les droits de justice.

Les Frongteaux conservèrent Housse jusqu'au 4 mai 1753 quand Ermeline-Françoise de Woelmont, fille de Charles, seigneur d'Hambraine et de Soiron décéda. Elle était née à Liège le 4 septembre 1709 des oeuvres d'Anne-Ermeline de Marbais. Elle allait épousé Charles-Joseph de Frongteaux le 24 février 1727 mais l'élu retourna au Père dès le 25 juillet suivant. Triste sort dont se remit difficilement Madame qui attendit le 25 septembre 1735 pour convoler à nouveau avec Charles-Innocent de Malliard, baron de Landres en Champagne. Lui mourut en 1738. Le testament d'Ermeline-Françoise daté du 27 septembre 1752 donnait Housse à son neveu Jean-Nicolas-Ignace, baron de Woelmont. Celui-ci le vendit illico à son beau-frère le baron de Haultepenne. Alors on retrouve la lignée historique précitée.


Ferme en U

La bâti actuel reste toutefois important. Il a été l'objet de restaurations diverses par les Jacquet dont une partie des toitures et particulièrement celles de la tour circulaire et du porche. Les trois ailes érigées en moellons de grès de la région et en partie en briques forment un U. Le logis inférieur en long est isolé. Les ailes datent des XVIIe et XVIIIe siècles. Le portail est imposant avec son grand arc en plein cintre bordé de pierre bleue en chaînage. La partie haute monte sur trois niveaux dont un colombier et possède une petite baie. Le tout est sommé d'une toiture en pavillon à brisis et à coyaux, posée sur des blochets. L'aile d'accueil si on puis dire de la sorte est presque totalement aveugle ce qui ajoute à son effet défensif.

Car on sait que le château était totalement entouré d'eau ce qui créait une césure entre la basse-cour et la haute-cour. L'aile sud est elle aussi relativement aveugle en sa face extérieure; elle reçoit une tour circulaire de très bel effet esthétique joliment coiffée récemment à l'ancienne. L'aile nord datée de 1744 comportait trois arcades. Il n'en reste qu'une. Sur la cour, le logis est situé du côté est. Il est éclairé par des baies à meneaux et jadis à croisées. Il monte sur deux niveaux inégaux.

On ne visite pas.



SOURCES:
Philippe Farcy, Wérihet, aux Haultepenne, Vie de Château 463, LaLibre.be 5 septembre 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/443478/werihet-aux-haultepenne.html
Amédée de Ryckel, Les communes de la province de Liège, Ed. Culture et Civilisation 1979