FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Ordange coincé par des villas


Kasteel van Ordingen - 3800 Ordingen (Sint-Truiden)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Official Name Kasteel van Ordingen
Location 3800 Ordingen (Sint-Truiden)
Construction XIe siècle; après 1391; fin XIXe siècle; 1903; restaurations depuis 1997
Style Néorenaissance flamande
Architect XIXe siècle: Joseph-Henri Schadde; 1903: Paul Saintenoy
Occupants Bemas n.v.
Allocation
Protection

Last udpate: 06/01/2013


Par la faute d'un ancien propriétaire, le château d'Ordange manque d'air. Le parc a été loti il y a près de cinquante ans. L'anachronisme est évident.

De petites et moyennes villas enserrent le château d'Ordange et son reste de parc qui ne doit pas dépasser les deux hectares. "Le territoire était très grand" , nous confie la baronne Brigitte de Pitteurs-Hiégaerts, nièce d'Antoine de Pitteurs-Hiégaerts, précédent propriétaire de cet endroit jadis illustre. Ordange souffre de cette proximité qui permet toutefois de voir le château sous presque tous ses angles depuis les voiries publiques. L'actuel propriétaire Richard Sleurs travaille, depuis son achat en 1997, à rendre à cette demeure chargée d'histoire chevaleresque un aspect plus glorieux. Des travaux sont en cours, depuis longtemps il est vrai, mais le chantier était considérable. Grâce à ce passionné du patrimoine ancien, Ordange retrouve sa prestance.

Ordange se situe dans la proche périphérie de Saint-Trond. Rombout Nijssen et Raf Van Laere ont donné naguère dans Kastelen op Papier un bref historique de la demeure. La terre de Ordange (Ordingen) est des plus anciennes du comté de Looz et ensuite de la principauté de Liège. Dès le XIIIe siècle, elle est signalée dans les mains de la famille Harduemont devenue Ordange puis de Duras de Ordange, pour choir, finalement, chez les Horion dont on connaît la grande puissance auprès de la cour de Liège. Les Horion y entrèrent en 1421.

Sous leur "règne", en 1467, le château fut détruit lors de la célèbre bataille de Brusthem qui opposa les Bourguignons aux Liégeois.

Transfert

Le 2 décembre 1610, la descendance de cette famille Horion fit transport du territoire à la commanderie teutonique des Vieux-Joncs (Alden Biesen), dirigée alors par le comte Edmond Huyn van Amstenraet (en poste de 1605 à 1634). Le cédant était Jean de Vyenhorst, signale Bormans en 1867. Ce Jean était l'époux de Herberta Hoen d'Amstenraet. Or, Herberta était la nièce du comte Guillaume de Horion dernier de sa famille en ce lieu, et proche parente du grand-commandeur des Vieux-Joncs. Ce faisant, Ordange devint une commanderie du baillage qui comprenait par ailleurs Gemert (en Hollande), Becquevoort, Gruitrode, Bernissem, Fouron-Saint-Pierre, Siersdorf, Ramersdorf et les Joncs de Maestricht et de Cologne.

Une contestation du contrat par Evrard d'Ans, époux de Mechtelde de Horion, n'empêcha pas le transfert de propriété qui fut confirmé dès le 2 décembre 1611. Pour compléter son accroissement de bien, Huyn se porta acquéreur en 1622 de la terre de Holt à Cortessem qui dépendait d'Ordange. Les Teutons restèrent maîtres du château jusqu'à la Révolution française. Le domaine fut vendu et une source indique que les barons de Libotton (rencontrés à Stevoort) s'en portèrent acquéreurs avant de revendre aux Pitteurs.

Une autre version signale que les Pitteurs de la branche Hiégarts acquirent ce bien, dès 1790, par l'entremise de Charles-Lambert. Ce personnage s'était fait une très belle
fortune dans l'agroalimentaire (le sucre). Son fils Léon (1833-1902) hérita du domaine et fit bientôt appel à l'architecte Joseph Schadde d'Anvers pour transformer la demeure de style renaissance mosane en un temple de la néorenaissance flamande.

Pour continuer les très lourds travaux entrepris, l'architecte Paul Saintenoy fut engagé en 1903. L'épouse de Léon, née Isabelle de Cartier d'Yves (1853-1932), conserva le bien. Leur fils aîné Antoine vécut en 1940 la perte d'une partie de bâtiments anéantis par une bombe allemande. Antoine avait, par ailleurs, hérité du vieux château de Brusthem. A Ordange, il permit le lotissement du parc dès les années cinquante et il vendit le château en 1960 à monsieur Beckers, fils d'un docteur de Saint-Trond. Ce nouveau propriétaire garda la maison plus d'une vingtaine d'années, nous dit la baronne Brigitte de Pitteurs-Hiégaerts.

Avant l'arrivée de M. Sleurs en 1997, Ordange fut un moment transformé en taverne. Tout l'intérieur fut lui aussi vendu, précise Bruno Van de Velde à la demande d'Antoine de Pitteurs-Hiégaerts. Quant au second château, Antoine le détruisit pour ne plus en supporter les charges et aller vivre en Espagne.



SOURCES:
Philippe Farcy, Ordange coincé par des villas, LaLibre.be, Vie de Château 432, 8 février 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/400742/ordange-coince-par-des-villas.html 
Rombout Nijssen & Raf Van Laere, Kastelen op papier, Limburgse Studies nr 2 2005



HOMONYMIE:
Château d' Ordenge, 4101 Jemeppe-sur-Meuse (Seraing)