FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Meylandt, souvenir d'un ministre


Kasteel Meylandt - 3550 Heusden (Heusden-Zolder)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy

  • Vue arrière. © Philippe Farcy

  • L'annexe Louis XIV. © Philippe Farcy

  • Buste du comte de Theux de Meylandt. © Philippe Farcy

  • Les armes des comtes de Theux et des barons Goffinet. © Philippe Farcy

  • Médaille de Numismatica Limburg v.z.w. 1999

  • Médaille de la L.G.M.P. 1988



Official Name Kasteel Meylandt
Location 3550 Heusden (Heusden-Zolder)
Construction 1842
Style
Architect
Occupants Gemeente Heusden-Zolder
Allocation Plan pour maison de repos avec 63 appartements de luxe
Protection

Last udpate: 03/01/2013


Meylandt, souvenir d'un ministre

Depuis 1959, le château de Meylandt appartient à la commune de Heusden. Nous sommes donc tout près du circuit de Zolder, dans une zone riche en patrimoine ancien, à quelques kilomètres de la magnifique abbaye noble de Herckenrode dont les travaux de restauration s'achèvent. Le présent château est situé très près de la voirie qui file vers Beringen et son parc meublé d'un étang qui fait la joie d'une foule de pêcheurs et de beaux arbres s'étire sur de grands territoires vers le nord, nord-est. Au milieu du XIXe siècle, le domaine comptait près de 1000 hectares. Meylandt tel qu'il est aujourd'hui est un édifice de la moitié du XIXe siècle, réaménagé encore à la fin de ce siècle par les Theux-Goffinet. Au début de ce XIXe siècle, le château précédant avait été dessiné par Guillaume-Philippe de Corswarem (1759-1839), hasseltois de naissance, mais dont le père avait été seigneur de Xhénemont près de Herve. On retrouve ses dessins des belles demeures du Limbourg dans Kastelen op papier de Rombout Nijssen et Raf Van Laere (2005). L'auteur raconte que la maison était située sur une terre nommée « Ter Boekt », comprenant ferme et moulin et qu'en 1385, déjà citée, cette propriété était aux mains de Arnold Fabri, au nom de son épouse Béatrice van Boucht. Le bien passa ensuite aux Merxem, puis aux Vilter et en 1574 aux Roest, dont Renier, époux de Elisabeth de Ryckel.

Le jeu des héritages se poursuivant en 1603 les Bentinck devinrent maîtres de l'endroit. Ensuite vécurent ici les barons de Voorst et par alliances, les Stier. Le mariage entre Catherine de Stier (1691-1722) et Arnould-Léon de Theux (1689-1752) célébré en 1715, allait faire entrer les chevaliers liégeois dans cet endroit qu'ils ne quittèrent que le 7 mars 1959 officiellement. Les Theux n'y habitaient plus depuis 1938. Notons qu'Arnould-Léon devint seigneur de Scry au comté de Namur en 1741 par achat à son oncle Bernard de Stier qui, lui, tenait ce lieu de son parent Etienne Uten (seigneur de Strée en Condroz, voir le lien via les Uten avec Marchin, aux comtes de Robiano), depuis 1720. D'identique manière par contrat avec les Villegas en 1734, il devint seigneur de Montjardin sur l'Amblève. Arnould-Léon et Catherine sont inhumés dans la chapelle de Bavière à Liège.


Le château ancien de Meylandt fut plusieurs fois détruit. Il dépendait de la cour de Curange. La personnalité centrale de cet endroit demeurera à jamais le comte Barthélemy-Théodore de Theux de Meylandt et Montjardin, né au château de Schabroek près de Fologne et Hex, en 1794.


Il fut un homme politique de premier plan à l'aube de notre royaume. Léopold Ier le nomma ministre de l'Intérieur à trois reprises, ministre des Affaires étrangères et à ces titres il était chef de cabinet, ministre d'Etat. Il décéda en 1874 après avoir été titré comte en 1840 comme nous le signale Baudouin de Theux. Quand Barthélemy-Théodore hérita du bien de ses parents (son père Joseph-Mathieu mourut en 1825), Meylandt était une petite maison néoclassique érigée vers 1760, longue de huit travées et montant sur deux niveaux égaux sous une toiture en bâtière à croupettes comme en témoigne le dessin de Corswarem. C'est en 1842 que Barthélemy-Théodore fit construire la demeure actuelle précise Paul Arren. Mais personne ne cite le nom de l'architecte qui n'a pas signé son ouvrage par une pierre gravée. Barthélemy-Théodore allait épouser à Ypres le 5 mai 1840 Aline du Parc (1822-1881). Le couple eut cinq enfants dont quatre filles qui ont épousé les sieurs Cornet d'Elzius, Moretus Plantin de Bouchout, Gillès de Pélichy et Powis de Tenbossche comme nous le précise Alfred de Limont-Triest.

Le château actuel compte quatre travées latérales et s'étire sur treize travées posé sur un soubassement ajouré et montant sur deux niveaux égaux. Peint en rose pâle depuis peu de temps, il s'illustre par ses avancées latérales à pans coupés sommées de toitures à cinq pans bombés sur le flanc sud-est. Du côté nord, c'est le corps central qui se trouve en fort ressaut quand les pavillons de côtés sont couverts de toitures en bâtière. Le couvrement d'ardoises viennent d'être renouvellées. Juste à côté du château se trouve un bâtiment annexe qui n'est pas petit et qui développe un caractère éclectique de style Louis XIV. A l'arrière se trouve un bel étang qui fait la joie des pêcheurs des environs.

Sur chaque face du château au centre on trouve les blasons des Theux (Albert 1853-1915) et des Goffinet (Mariette 1860-1938). Le comte Albert, fils de Barthélemy-Théodore avait hérité de Meylandt. Mais le couple n'eut point d'enfant et les neveux Joseph, Emmanuel et Jean de Theux héritèrent de l'ensemble des biens. Le château sert de centre culturel et d'académie d'arts.


Visites possibles. Le château est en bord de voirie.


SOURCES
:
Philippe Farcy
Rombout Nijssen & Raf Van Laere, Kastelen op papier, Limburgse Studies nr 2 2005
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel X,  Hobonia 2003