FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

Vierset, la passion de Jacky


Château de Vierset - 4577 Vierset-Barse (Modave)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • © Philippe Farcy avril 2008

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Official Name Château de Vierset
Location 4577 Vierset-Barse (Modave)
Construction XIe siècle; 1775
Style
Architect
Occupants Château de Vierset
Allocation Seminaires & évènements
Protection Classé le 14 février 1968

Last udpate: 19/09/2013


Jacques Delattre (dit Jacky) était l'historien de ce lieu privilégié dont il a défendu la mémoire.


Il faut être hutois pour sentir au mieux cet endroit superbe, reconstruit par un général des Gardes wallonnes vers 1765. Et pourtant, c'est un couple de Gantois qui en ce début de XXIe siècle est venu pour lui rendre son prestige d'antan, par amour du Beau et sens du patrimoine. Depuis 2001, les sauveteurs de cette demeure naguère encore en péril, sont les Bruggeman, Marleen et René pour les nommer. Gloire à eux, tant le travail était immense. René est architecte ce qui aide à maîtriser l'angoisse des murs épais rongés d'humidité et des toitures à coyaux dont la courbe allait en augmentant sous le poids des ans.

Avant cela, on trouva ici des Gendebien qui y installèrent des chambres d'hôtes et plus avant encore à partir de 1955, ce furent « Les Maisons familiales », a.s.b.l., dont les activités étaient sociales, on le devine. « Il y avait ici 250 lits pour des jeunes » nous dit le propriétaire qui montre les effets des pieds de métal sur les parquets. L'a.s.b.l. avait acheté ces lits à l'organisation de l'Expo de 1958. Certains parquets furent brûlés ? « C'est à cause des flammes des convecteurs à gaz », renchérit René Bruggeman. Le maître de céans peut être fier de son travail de remise en vie de ce château plein de noblesse que Norbert Bastin attribue à Chermanne, l'auteur des châteaux de Morialmé et de Franc-Waret. Jusqu'aux caves tout est remis en situation ancienne.


« Week-end après week-end, depuis huit ans » avoue ce forcené du travail mû par l'amour du respect des ouvrages anciens, je travaille au château. Cette demeure a un message à offrir. Et le propriétaire de s'avouer admiratif «devant un tel ensemble élaboré par un architecte de qualité qui a oeuvré avec un étonnant respect des normes écologiques. A tel point que beaucoup de théories actuelles qui semblent neuves, sont en fait très anciennes. A l'instar des douves qui ne sont pas là que pour défendre les lieux mais aussi pour chauffer les façades en agissant comme un réflecteur ». René et Marleen Bruggeman terminent leur immense chantier. Il y a déjà des chambres d'hôtes dans les dépendances ouvertes toutes l'année. Le château pourrait ne plus servir que pour des séminaires et quelques fêtes privées.

En remontant dans le temps, aux origines, on apprend par Jacques (Jacky) Delattre que Vierset était aux mains de la famille de Barse, nom d'un hameau piqué d'un autre château situé dans la vallée du Hoyoux, toute proche. Huy est à une lieue et demi d'ici. Les Barse eurent à subir les foudres du prince évêque de Liège, Henri de Gueldre, qui mit la demeure de Vierset à sac en 1267. Du château-fort de jadis signale Albert Lemeunier, on devine encore sur l'aile sud, une souche de tour d'angle circulaire. Les deux seigneuries de Barse et de Vierset eurent des destinées partiellement communes. Ce fut le cas lorsque Wauthier de Beauffort, cousin de Wauthier de Barse décédé en 1292, hérita des deux domaines. Beauffort s'en alla en 1345, privé d'enfant, mais il avait une soeur Agnès. Elle devint dame de ces lieux. Elle épousa d'abord Gérard de Ramelot puis Gilles de Strée (vous avez dit esprit de clochers??; les deux villages sont en effet voisins de Vierset).



Albert Lemeunier lui aussi a vanté les charmes et l'importance de cette seigneurie.

Vierset fut alors séparé de Barse pour entrer dans le patrimoine de Conrard de Bombaye vers 1450 affirme Amédée de Ryckel, puis il fut à nouveau réuni à Barse  via les Crissegnée en 1496. Il s'agissait de Gilles de Crissegnée, sire par ailleurs de Royseux et de Limet (où se trouve une très jolie chapelle romane). En 1606 signale Albert Lemeunier, toujours par des effets d'alliances, Vierset échut aux descendants de Charles de Billehé. Les Billehé donnèrent un général d'infanterie, Charles-Albert, propriétaire du régiment Vierset aux Gardes wallonnes, qu'il mit au service de la France puis de l'Autriche. Grand Bailli du Condroz, il mourra en 1792. C'est à lui que l'on doit le renouvellement des bâtisses vers 1765 et la construction de la ferme (1763). Avant cela il s'agissait comme le montre le dessin non gravé de Remacle Le Loup pour Les Délices du Païs de Liège, d'un petit château-ferme dont le logis se trouvait vers l'orient. A cette époque et depuis les Ramelot, les seigneurs de Vierset étaient haut-voués de Huy et ils possédaient un droit sur les barques et coches d'eau qui traversaient, montaient et descendaient la Meuse jusque Namur et Liège. En 1794, malgré l'ambiance, Jean de Valensart, baron de Billehé, hérita du territoire.


Puis en 1818, il vendit son bien à son voisin, le comte François-Joseph d'Argenteau devenu Mercy-Argenteau (1780-1869), fils de Joseph et de la comtesse régnante Marie-Josèphe de Limburg-Styrum-Bronckhorst et de Globen, baronne d'Argenteau. Le nouveau maître avait épousé la princesse Thérèse de Paar. Leur petit-fils Carl vendit Vierset à son cousin le baron Louis d'Overschie de Neerysche (1829-1896), époux de la marquise Blanche de Trazegnies; elle était la fille d'Octave et par sa mère née Dubois elle cousinait avec l'impératrice Eugénie. Leurs descendants vendirent Vierset en 1917, à Jules Lamarche (1869-1952). Jules se maria avec une des filles Dumont, des carrières de Sclaigneaux. A la mort de ce dernier, le domaine fut vendu à l'a.s.b.l . « Les Maisons familiales », de Arlon, précitée. Cela dura jusqu'aux années nonante durant lesquelles des Gendebien se retrouvèrent ici pour tenter de développer un projet qui n'aboutit point. Le château ne possède qu'un hectare et demi de territoire. Les restes sont en mains des héritiers Lamarche dont les Delattre. Le château est classé depuis le 14 février 1968.



SOURCES:
Philippe Farcy, Vierset, la passion de Jacky, LaLibre.be, Vie de Château 442, 11 avril 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/414153/vierset-la-grande-passion-de-jacky.html
Amédée de Ryckel, Les communes de la province de Liège, Ed. Culture et Civilisation 1979
Pierre Lambert de Saumery, Les Délices du Pais de Liège ..., chez Everard Kints 1738