FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACT FAQ CHATEAU OWNER LOGIN

La nouvelle jeunesse de Sorghvliedt paré de rouge


Kasteel Sorghvliedt - 2660 Hoboken (Antwerpen)



Contact

Category : Information Business Events
First Name
Last Name
E-mail
Phone
Please enter CASTLE in the below field:

  • La façade principale de Zorgvliet est justement célèbre pour ses fantaisies baroques. Voilà qui confine à l’art allemand. Un régal pour les amateurs de virtuosité architecturale. © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, ed. Nels série 71 n° 30

  • Zorgvliet dans une vue arrière moins célèbre. La preuve est faite que l’on peut opposer baroque et anti-baroque. © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels

  • Carte postale ancienne, ed. Wwe Van Den Merendonck

  • Carte postale, ed. Gebr. Spanjersberg



Official Name Kasteel Sorghvliedt
Location 2660 Hoboken (Antwerpen)
Construction XIVe siècle; 1745-1750; 1937-1940; 1972-1973
Style Rocaille
Architect Jean-Pierre van Baurscheit le Vieux (1669-1728)
Occupants Stad Antwerpen, District Hoboken
Allocation Bureaux, salles de conférences, mariages, réunions politiques
Protection Bien classé le 17 septembre 1968

Last udpate: 05/01/2013


Rouge comme le feu, Zorgvliet est un point cardinal du patrimoine anversois.


Restauré et réouvert depuis le mois de février 2003, le château de Zorgvliet à Hoboken a revêtu des habits d’un rouge vif qui évoque les princes de l’Église. Ce rouge rappelle la tradition des façades « sang de boeuf » de la vallée mosane; cela lui sied fort bien et renforce son côté grâcieux. Mais le château n’est pas réduit à sa seule et célèbre façade de style rocaille où le sculpteur et architecte Jean-Pierre van Baurscheit le Vieux (1669-1728) a imaginé des décors de fenêtres, un balcon et un fronton aux armes du Bois et Vecquemans (Zevenbergen) dignes d’un caprice en vogue dans les cours allemandes. Il est vrai que l’architecte était né à Wümersdorff, près de Bonn. Le reste du bâtiment se résume toutefois à un grand quadrilatère assez plat et peu mouvementé. Zorgvliet devient alors l’expression du baroque et de l’anti-baroque presque classique qui s’épanouissaient de concert à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

Grille rocaille

L’entrée du parc annonce déjà la joie de vivre que véhicule le bâtiment principal. Pour accéder au domaine on passe par un pont dormant qui aboutit sur une magnifique grille aux piliers très élaborés ornés de pots couverts. Cette grille relie deux corps de dépendances dont les murs sont aveugles vers le fossé. Une plaine mène ensuite à l’édifice que Jean-Joseph du Bois, mort en 1732, avait hérité au décès de sa mère Marie Tholincx (1626-1708). Le père de Jean-Joseph était Gilles du Bois (1618-1687). Marie avait reçu ce domaine de ses frères Jean et Barthélemy qui vivaient au château du Pulhof à Berchem. Ces trois enfants étaient nés de l’union consacrée entre Embert et Marguerite van Colen en 1613. Les van Colen devinrent plus tard propriétaires du château de Bouchout. Les Tholincx, marchands en gros de laine et de soie, étaient originaires de Bois-le-Duc. Ils avaient acheté Zorgvliet en 1635 par l’intermédiaire de Embert (1589-1656) déjà cité et de son frère Jean-Baptiste (1586-1658). Ils étaient les fils d’un autre Embert et d’Anne Pellicorne. On ne sait trop qui était le vendeur en 1635. Le repère le plus ancien pour cette terre date seulement de 1560 quand le « Winckeleynde », comme on le nommait jadis, entra en possession de Jean Plaquet.

Fief des du Bois

Pour remonter dans le temps et en revenir aux du Bois, Arnoud-Martin du Bois (1674-1745), époux de Marie-Catherine Vecquemans depuis 1701, hérita du château ancien par la grâce de l’oncle Jean-Joseph précité. La date du transfert n’est pas établie mais, sitôt dans ses murs, Arnoud-Martin fit moderniser la bâtisse par Baurscheit, père d’un autre à qui on doit le château de s’Gravenwezel. Arnoud-Martin devint seigneur d’Aische-en-Refail (Eghezée) en 1725. Il laissa ce bien en 1732 à son fils aîné, Louis, époux d’une van Halmale. Son second fils, Jean-Joseph, hérita de Zorgvliet en 1743 mais ne fit pas d’enfant.

Le troisième fils, Arnold (1706-1757), seigneur de Vroylande, hérita du domaine. Il avait épousé en 1739 sa cousine Catherine van Colen (+1745), fille du seigneur de Bouchout et de Marie-Catherine Vincque. La tante de Catherine-Louise, Anne-Thérèse Vincque, avait épousé Melchior Roose qui fut baron de Bouchout à Meysse, en 1732.

À la mort d’Arnold, sa fille Jeanne hérita. Elle défuncta en 1768 célibataire. Zorgvliet fut repris par un neveu Charles-Joseph du Bois (1757-1828). Celui-ci hérita de son oncle qui était aussi son beau-frère Jean-Charles della Faille le château de Oydonck et la baronnie de Nevele. Charles-Joseph mourut en 1828 sans hoirs après avoir émigré et tout perdu. Le château fut vendu en 1815 avec 39 ha à Jean Kramp-Reyniers (+1840). En 1856 ses descendants remirent le domaine en vente avec 30 ha. Les acheteurs furent Charles Moretus de Bouchout et Anne du Bois de Nevele qui emportaient le lot contre 192.680 francs aux noms de leurs cinq enfants. La famille récupérait ainsi son bien. Le 25 août 1864 le château fut attribué avec 15 ha et demi à Ludovic Moretus (1848-1910). Ludovic allait hériter du château d’Aische en 1897 puis en 1902 il hérita en plus du château Ten Bosch à Heist-op-den-Berg où il décéda. Zorgvliet resta en indivision avant d’être vendu en 1923 au docteur Louis van den Wildenberg. En 1937 le docteur céda le domaine à la commune de Hoboken contre 4,5 millions de francs.


Architecture 


La demeure de briques et de pierre bleue s’élève sur deux niveaux posés sur un soubassement aveugle sous des toitures en bâtière. La façade d’entrée, chargée de décors feuillagés ciselés comme de l’orfèvrerie, offre neuf travées groupées trois par trois. Les ailes latérales sont en avancée et centrées chaque fois sur une double porte-fenêtre en arc en plein cintre couronnées par des lucarnes à volutes. Les moulures de pierre bleue sont très travaillées. On remarquera la qualité des boiseries qui ornent les impostes et le jeu dynamique des petits-bois. La porte du haut est devancée par un balcon ouvragé. Au centre la façade est décorée en totalité par de la pierre bleue. Deux colonnes circulaires soutiennent un balcon rocaille admirable. Les faces latérales s’étirent sur huit travées. Les baies sont privées de décors sauf la troisième où l’art rocaille retrouve droit de cité. La façade arrière est composée de sept travées plus sobres que sur la face sud. La partie centrale en très léger ressaut est assortie d’un fronton triangulaire animé d’un oculus et sommé d’un clocheton.

Visites extérieures libres très conseillées. Entrée par la Marneflaan.


SOURCES:
Xavier du Bois de Vroylande et Christophe de Fossa, La famille du Bois de Nevele, d'Aische et de Vroylande, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, Recueil LVIII 2006

Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté 2004
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel I,  Hobonia 1985

HOMONYMIE:
Kasteel Sorghvliet, 2860 Sint-Katelijne-Waver