FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Modave, en pleine gloire


Château de Modave - 4577 Modave



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • © Philippe Farcy

  • Accès et début de l'aile des communs © Philippe Farcy 10 janvier 2010

  • Cour de la ferme © Philippe Farcy 10 janvier 2010

  • Façade principale, carte postale ancienne, ed. Nels

  • Vue perspective de la façade principale, carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels n° 129

  • Cartepostale envoyée en 1905, ed. E. Medart

  • Carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels n° 128

  • Carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels n° 127

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Nom Officiel Château de Modave
Localisation 4577 Modave
Construction Château actuel: 1653-1685
Style
Architecte 1653-1685: Jan Christiaen Hansche
Occupants Domaine du Château de Modave (Vivaqua)
Affectation Réceptions & mariages
Protection Classé en 1946

Dernière mise à jour : 04/01/2013


Le château de Modave est un des plus beaux endroits de Wallonie, classé en totalité par la Région.

Modave est un endroit exceptionnel. Il est classé depuis 1946, et en totalité depuis peu, c'est dire son importance historique et artistique. Voilà qui fait penser à Corroy-le-Château. Il y a de ces domaines devenus inviolables qui sont une chance pour la nation. Les 400 hectares de Modave sont tenus au bouton par Vivaqua. Depuis le 22 mars dernier, le château est rouvert au public jusqu'à la Toussaint. Modave c'est aussi un ensemble d'art majeur, à commencer par les stucs baroques qui décorent plusieurs salons du rez-de-chaussée. Ils sont l'oeuvre du Brabançon Jan Christiaen Hansche qui travailla ici de 1653 à 1685. Il a aussi travaillé à l'église du Sablon à Bruxelles pour le prince de Tour et Taxis (Lamoral). Ce dernier était voisin de Jean de Marchin dans le quartier des Sablons. Jean était sire de Ramezée et gouverneur du château de Huy sous les ordres du baron de Merode de Jehay.

En 1642, contre 110000 florins Brabant, il acheta Modave à Nicolas de Saint-Fontaine (haut-voué des Avins), héritier des barons de Haultepenne de Barvaux. Ces derniers étaient, depuis 1558, eux-mêmes successeurs de la famille Modave, dont les messieurs étaient sires de Modave depuis 1233 au moins. Les Modave furent, au XVe siècle, sires de Gramptinnes, Skeuvre, Wanzenne et Vignée. Jean de Marchin décéda en 1652. Il avait acheté cette demeure pour son fils Jean-Gaspard-Ferdinand (JGF; 1601-1673) dont la reconnaissance fut telle que celui-ci fit ériger pour ses parents un mausolée magnifique tout en marbre blanc et noir commandé au meilleur sculpteur malinois de ce temps, Lucas Fayd'herbe. L'ensemble est visible dans l'église de Modave. JGF reçut le cadeau mais, en 1652, les troupes du duc de Lorraine passèrent par ici et incendièrent la bâtisse.


Que d'honneurs

JGF qui avait le sens du prestige (les cours royales le lui rendirent bien), fit ériger un nouveau château qui convint fort bien à son épouse française, Marie de Balzac d'Entragues. Par ailleurs, il avait été fait comte par l'empereur germanique Léopold Ier, puis le roi d'Angleterre le fit chevalier de la Jarretière. Il était chef du Suprême Conseil de Guerre des troupes du roi d'Espagne. Il était aussi lieutenant et ami du Grand Condé, cousin de Louis XIV qui n'eut pas le temps de le faire maréchal. Aucun Liégeois n'eut autant d'honneurs.

JGF décéda à Spa en 1673 après que des espions ibères l'ont capturé. Son fils Jean-Ferdinand hérita. Militaire lui aussi, il allait devenir maréchal sous Louis XIV en 1703; il mourra devant Turin en 1706. Toutefois, il avait vendu Modave au prince-évêque de Liège, Maximilien-Henri de Bavière dès 1682 et se défit de Marchin en 1688. En 1684, Bavière vendait le domaine de Modave à son collègue François-Egon de Furstenberg, évêque de Strasbourg qui en fit hériter son frère Guillaume, posé sur le même trône.

En 1704, les Furstenberg se défirent de Modave en faveur de leur créancier, "prince" de l'industrie, le baron Arnold de Ville, métallurgiste, décédé en 1722. C'est lui qui amena à Versailles les plans de la machine de Marly que Rennequin Sualem avait inventée pour Modave, vers 1667. Ville fut couvert d'or par le Roi-Soleil. Sa fille Anne-Marie née en 1713 allait épouser Anne-Léon de Montmorency. Madame mourut en couche en 1731. Son mari détint Modave de 1772, soit à la mort de sa belle-mère, jusqu'en 1785, suivi par son fils, prénommé de même qui reçut ici le comte d'Artois, futur roi Charles X. En 1817, la duchesse de Montmorency vendit les 600 ha du domaine à Gilles-Antoine Lamarche (1785-1865), célèbre maître de forges. Il était le créateur de la Fabrique de Fer d'Ougrée, intégrée par son héritier Paul de Launoit dans le groupe Cockerill-(Ougrée). Des Lamarche, le château fut hérité par les Braconier qui s'en défirent en 1935 en faveur de la baronne Jules de Rosen, née van Hoegaarden. En 1941 la Compagnie Intercommunale Bruxelloise des Eaux (aujourd'hui Vivaqua) en devint maître.


SOURCES:
Philippe Farcy, Modave, en pleine gloire, LaLibre.be 4 avril 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/412516/modave-en-pleine-gloire.html
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel II,  Hobonia 1987