FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Senzeilles, historique et discret


Château de Senzeilles - 5630 Senzeilles (Cerfontaine)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Carte postale ancienne, ed. E. Deuniau, n° 5



Nom Officiel Château de Senzeilles
Localisation 5630 Senzeilles (Cerfontaine)
Construction
Style
Architecte
Occupants
Affectation
Protection

Dernière mise à jour : 12/01/2013


Les restes du château de Senzeilles font partie de ces choses à voir en Namurois. Des personnages célèbres détinrent cette terre de défense du sud du Hainaut.

Des personnages célèbres détinrent cette terre de défense du sud du Hainaut devenu liégeois puis namurois.

Élisabeth Dellis, copropriétaire des restes du château de Senzeilles, a écrit de nombreux articles pour conserver la mémoire de cette importante demeure. Jusqu'en 1712, Senzeilles dépendait du comté de Hainaut.

Les détenteurs de Senzeilles étaient seigneurs bannerets du comté de Hainaut, ce qui explique la présence de leurs armes au plafond de l'hôtel de ville de Mons. Lors du Traité des Frontières de 1771, le territoire de Senzeilles fut donné à la principauté de Liège. Ceci se fit en échange des entités de Jamagne, Philippeville et d'Agimont-Givet, que Liège avait vendu aux Espagnols vers 1554 et que ceux-ci ne payèrent jamais.


Procès multiples

 
On imagine les procès, séquestres et autres misères juridiques auxquelles s'ajoutèrent les conquêtes françaises du siècle suivant. Elles virent Senzeilles annexé par Louis XIV avec Philippeville, Givet et Mariembourg, en 1679. De plus, il y avait, en dehors de ce non-paiement contesté entre Etats, et à la même époque, des disputes sur les héritages d'Antoine III de Croÿ, né au château de Reynel en 1541 et mort à Meudon en 1567, qui était l'époux de Catherine de Clèves, comtesse d'Eu et nièce du roi de Navarre. Madame, qui allait se remarier avec Henri "Le Balafré" de Guise, duc de Lorraine, réclamait son douaire et à défaut de recevoir les sommes espérées, elle fit mettre sous séquestre Chimay, Senzeilles et Halluin.

La polémique dura plus de 200 ans, car Madame fit hériter ses biens (y compris les biens potentiels), par sa nièce la "Grande Mademoiselle", fille de Gaston d'Orléans, frère du roi LouisXIII. En 1787, Senzeilles, par un dernier jugement, entra officiellement dans le portefeuille du duc d'Orléans, Philippe-Égalité, le père du roi des Français Louis-Philippe.


Rumigny

Mais revenons en arrière avec l'aide de l'abbé Auguste Soupart qui a dressé la liste des sires de Senzeilles. Vers l'an mille, la terre qui nous occupe avait appartenu en premier lieu à la célèbre famille des Rumigny-Florennes. La famille de Senzeilles, issue de Pétronille de Roucy, dame de Gosselies, fille de Godefroy de Rumigny, prit ensuite le pouvoir et le garda de la fin du XIIe siècle jusqu'à l'arrivée, via mariages, des Lannoy à la fin du XVe siècle. Charles de Lannoy (1482-1527), vainqueur à la bataille de Pavie contre le roi de France François Ier, fait prince de Sulmone par Charles-Quint, en sera l'un des plus illustres maîtres.

Toutefois, dès juillet 1570, Senzeilles fut acheté par Philippe de Croÿ (1526-1595), comte de Beaumont, prince de Chimay, 3e duc d'Aerschot. Il paya à Horace de Lannoy, fils du précédant, la somme de 24000 livres. En même temps, il acheta la terre de Soumoy. Les Croÿ n'y vécurent sans doute pas mais y placèrent un de leurs baillis.

Senzeilles fut laissé à Charles II de Croÿ (1560-1612), le commanditaire des fameux albums peints par Adrien de Montigny. Ce prince ordonna la vente de ses biens ce qui fut fait à Mons le 8 juin 1613. Son neveu Alexandre de Croÿ-Chimay-Arenberg racheta Chimay, Beaumont, Senzeilles et d'autres biens pour 1 100 000 florins, somme immense. La branche des Croÿ-Arenberg, sires d'Enghien hérita de ce lot et le garda jusqu'en 1787.

   

Incertitudes

A cette date, le duc d'Orléans prit connaissance du jugement qui le gratifiait du titre de baron de Senzeilles. Il n'en avait cure et revendit illico ces terres bien lointaines, y compris Soumoy, la pairie d'Avesnes, la baronnie d'Etroeungt, Esclaibe, Beaufort, Croix et Fontaine-au-Bois. Madame Jacques-Joseph Simonis, née Marie-Anne de Franquinet, native de Verviers acheta Senzeilles. Lors de la Révolution, le château fut saisi.

Vers 1850 signale Madame Dellis, on trouvait ici les Sébille, des Parisiens, dont les héritiers furent les Gobart.

Le domaine fut morcellé en 10 éléments. En 1900, le château lui-même fut divisé en trois lots. Il en est toujours de même aujourd'hui. Le château posé sur une légère pente, est constitué de briques, de moellons chaulés ou peints et de pierre bleue. Il date pour l'essentiel du XVIe siècle. Il conserve trois côtés irréguliers formant une cour large, ouverte vers le sud.

On accède à la cour du château par un donjon porche dissimulé dans la partie droite de la façade est. Le pignon nord, débordant, est aveugle depuis longtemps, mais il fut jadis ouvert. De ce pignon, en léger décrochage, part perpendiculairement l'aile ouest en moellons vers l'extérieur et en briques dans la cour. Cette aile présente une brisure dans son alignement. A la fin se trouve une deuxième tour circulaire qui domine la cour de la ferme. Cette tour privée récemment de sa toiture en poivrière, tombée par manque d'entretien, grimpe sur trois niveaux; le dernier est en léger encorbellement.

Le pignon nord précité se caractérise par ses crénelages que l'on retrouve sur l'extrémité de la bâtière opposée mais seulement à l'est et pas sur le versant donnant sur la cour. Cette première partie de bâtiment s'étire sur cinq travées, dont les fenêtres datent du XVIIIe siècle, et se singularise par une tour octogonale où se trouve une chambrette d'observation.

Le soubassement de pierre bleue réglée est ouvert par le passage charretier en anse de panier, un jour carré et une grande baie. Trois lucarnes passantes animent la toiture couverte d'ardoises. L'aile se poursuit vers le sud toujours sur deux niveaux dont les baies hautes sont partiellement murées. Sept baies sont ici alignées depuis le XIXe siècle. Une tour d'angle arrondie et engagée termine ce flanc. Le château est classé depuis le 3 février 1953.


SOURCES:
Philippe Farcy, Senzeilles, historique et discret, Vie de Château 391, LaLibre.be 27 avril 2007 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/345197/senzeilles-historique-et-discret.html