FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Val-Dieu, la quête de sens


Abbaye du Val-Dieu - 4880 Aubel



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • © Jean-Pol Grandmont 23 June 2005

  • Carte postale ancienne, ed. Philippens

  • © Jean-Pol Grandmont 23 June 2005

  • © Jean-Pol Grandmont 23 June 2005



Nom Officiel Abbaye du Val-Dieu
Localisation 4880 Aubel
Construction 1216
Style
Architecte
Occupants Communauté Chrétienne de Val-Dieu
Affectation Centre spirituel & brasserie dans la ferme
Protection

Dernière mise à jour : 06/12/2014


L'ancienne abbaye bénédictine a perdu ses moines mais pas ses prières. Une communauté laïque et pieuse y continue la mission des moines. Le Val-Dieu vit !

Le Val-Dieu aurait pu passer à la trappe du monde religieux quand en 2001 les derniers moines, vieux comme leurs pierres, quittèrent ce site admirable de la vallée de la Berwinne, au pays d'Aubel.

Mais le Val-Dieu n'est pas mort. Il n'eut même pas le temps de ressusciter. Sitôt partis, les moines furent avec une intelligence bénie depuis Rome par les hauts responsables de l'Ordre de Cîteaux, remplacés par une communauté de laïques pétris des mêmes intentions que leurs aînés. L'avenir du Val-Dieu fut soutenu alors par les bénédictines de Liège, sises au boulevard d'Avroy. L'union fait la force bien sûr. Ici elle a vaincu. Le Val-Dieu vit avec modestie mais il évolue dans le bon sens, celui de la quête du divin, du service de Dieu, du service des hommes et de la maintenance d'un passé considérable. Grâce à cela la région d'Aubel et tout le plateau de Herve qui doit tant à cette communauté de Bénédictins installée depuis 1216, conservent un pôle à multiples têtes.


Commerce béni

D'abord il y a les résidents, regroupés sous la bannière de la Communauté Chrétienne du Val-Dieu a.s.b.l. Ce sont eux qui donnent un avenir à ces murs immenses et antiques. Ils sont une vingtaine. Et ils ne sont pas nécessairement installés en permanence sur place. Puis il y a le pôle religieux fait de célébrations, de bénédictions et de réunions diverses.

Puis il y a le pôle d'accueil des "pèlerins", un peu comme à Brialmont. Ensuite il y a le pôle touristique qui fait subsister dans le domaine une ambiance particulière. Enfin, il y a encore et toujours une production de produits chers aux abbayes de jadis, à l'instar de la bière, du cidre et du fromage. Un magasin installé sur place "Le Rameau d'Olivier" permet de faire tourner le commerce qui s'élargit aux livres et aux bougies. Puis il y a aussi un restaurant "Le Casse-Croûte", installé dans une partie des étables, ce qui montre que l'essor est possible si la volonté est bien affirmée et que la qualité des services répond aux attentes.

Un article récent de notre confrère Dominique Nahoé (18 juillet 2006, Gazette de Liège), donna en détail la vocation actuelle des personnes qui gèrent ces édifices de belle ampleur, totalement classés. Un site Internet permet aussi d'appréhender les lieux et de préparer une petite visite.

Le Val-Dieu est conservé parfaitement, ainsi de ses bâtiments que de son parc et de son potager.

Le domaine abbatial possède encore son château inscrit dans l'axe d'accès une fois passé le porche monumental visible ci-contre en bas. Cet effet castral est une curiosité quand même car pour tous ceux qui entrent ici, cela ressemble aux accès de divers châteaux parmi les plus imposants.  


 

Luxe des pèlerins

Le visiteur est comme appelé vers l'édifice central qui est, à dire vrai, le lieu de résidence des pèlerins. Il évoque une montée en puissance menant le regard et les pieds de la basse-cour constituée par les éléments de la ferme qui ceignent la cour jusqu'à la demeure dessinée en U. Il ne lui manquerait qu'une grille pour bien en limiter le statut. De basse-cour à haute cour il y avait sous l'Ancien Régime une sacrée marge. Toutefois, si ici tout est sacré, il n'y a pas d'espace entre ce château et le reste des implantations. Au demeurant, l'allée prise de front vous rappelle bien vite par la haute stature de l'église gothique, que l'on n'est pas dans un lieu civil. L'abbé Jean Dubois (siège de 1711 à 1749) qui reconstruisit le Val-Dieu fit comme nombre de ses collègues dans une période de grande prospérité. Il reconstruisit tout ou presque et opta pour le goût le plus moderne possible et des plus classiques.

Cela nous offre un quartier des étrangers (le château) aux allures nobles d'un seul bloc de deux niveaux et neuf travées sur le parc. Tout le château est monté en moellons de grès sous une toiture en bâtière couverte d'ardoises et à coyaux. La partie avant est élégante avec ses ailes de retour, ses cinq travées et son fronton.

Visites très souhaitées.

SOURCES:
Philippe Farcy, Val-Dieu, la quête de sens, Vie de Château 459, LaLibre.be 8 août 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/438183/val-dieu-la-quete-de-sens.html
Dominique Nahoé, Le rêve cistercien entre au XXIe siècle, A voir ou à revoir, LaLibre.be 18 juillet 2006 http://www.lalibre.be/actu/gazette-de-liege/article/297218/le-reve-cistercien-entre-au-xxiesiecle.html