FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Royeghem, résidence de plaisance des évêques de Bruges


Kasteel Rooigem - 8310 Sint-Kruis (Brugge)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Royeghem est un délice pour les yeux, par sa grâce et ses murs tapissés de glycines © Philippe Farcy

  • Le parc est décoré depuis le XVIIIe siècle de diverses sculptures importantes © Philippe Farcy

  • Toute la beauté classique issue de France dans cette terre brugeoise © Philippe Farcy



Nom Officiel Kasteel Rooigem
Localisation 8310 Sint-Kruis (Brugge)
Construction Vers 1720-1730; XVIIIe siècle; après 2000
Style Louis XV
Architecte Après 2000: Pol Salens
Occupants Jean-Philippe Demeyer - Frank Ver Elst - Antiques
Affectation Résidence privée
Protection Bien classé le 14 juillet 1974

Dernière mise à jour : 11/01/2013


L’art rocaille aux portes de la Venise du Nord.


Royeghem est un de ces petits bijoux d’esprit français qui caractérise ces belles maisons construites au XVIIIe siècle en Flandre. Le château est resté « dans son jus », amélioré par les ans qui, ici, ne lui firent pas outrage.

Installé en bordure de la Venise du Nord, Royeghem est la perle de Sainte-Croix. L’accès à la demeure épiscopale s’effectue par un « canal » d’arbres voluptueux qui étirent leurs branches allègres sur plus de 750 mètres. Ce sont des chênes, plantés vers 1760 sur quatre rangées. Il y en eut six à l’origine. Cette arrivée en majesté avait été voulue par Jean-Robert Caïmo (1711-1775), seizième évêque de Bruges. À cette époque, l’allée était beaucoup plus longue puisqu’elle reliait le château sinon au carillon de la tour des Halles, actuel beffroi, du moins aux fossés qui isolent la cité.



Ancienne forteresse

Sur ses ultimes 10 hectares, ce qui est considérable dans un endroit si proche du centre ville, Royeghem n’a guère bougé depuis le début du XIXe siècle. La résidence est toujours accompagnée d’une vieille ferme qui date sans aucun doute du XVIIe siècle quand Royeghem était une forteresse. Le parc, jadis à la française, a été transformé vers 1840 dans un aspect britannique. Le jeu des bosquets et l’importance de l’étang donnent du rythme à cet univers de verdure. L’ancien jardin devait toutefois être superbe car les gouverneurs des Pays-Bas, Marie-Christine de Habsbourg et son mari Albert de Saxe-Teschen vinrent le visiter les 10 et 11 août 1785. Leurs Altesses étaient accompagnées par l’évêque Brenart; ils passèrent ensuite en revue le régiment des Gardes Wallonnes de Vierset, financé par le baron de Billehé.

La demeure que l’on admire encore de nos jours est l’œuvre d’un troisième évêque, quatorzième dans l’histoire de Bruges. Il se nommait Henri van Susteren (1716-1742). Il acheta la terre à la succession de Charles Cobrysse mort en 1720. Le château fort était toujours là, entouré de douves.



Les charmes d’une glycine

La façade latérale de la maison, que l’on voit en arrivant, est d’une certaine discrétion. Large de quatre travées, percées de dix hautes baies égales, agrémentée d’un fronton triangulaire percé d’un œil-de-boeuf, elle ne laisse pas voir l’étendue des lieux. Elle bénéficie toutefois d’un très beau balcon ouvragé de style rocaille. La façade principale s’étire en effet sur plus de 35 mètres. Elle est animée par douze baies (fenêtres et portes-fenêtres). Deux frontons scandent la corniche moulurée; elles sont aussi percées d’un œil-de-boeuf ovale à petits-bois. Cette élévation profite d’une vieille glycine qui est un ravissement.

Lors de la Révolution, le bien fut confisqué. Il entra dans le patrimoine de Pétronille van Outryve. Sa petite-fille Adèle Stappens, épousa un citoyen britannique du nom de Chantrell. Ils vendirent le domaine au comte Amédée Visart de Bocarmé (1794-1855) en 1835 (voir Capelle-Saint-Ulrich). Par héritage, le bien arriva ensuite aux frères Jean et Didier de Pierpont. Les héritiers de Pierpont ont vendu en l’an 2000.



On ne visite pas.



SOURCES:
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel XI, Hobonia 2005

Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté 2002