FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Huyenoven, miroir pictural de la Belle-Époque


Kasteel Huyenoven - 1800 Peutie (Vilvoorde)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • © Philippe Farcy

  • Les effets décoratifs de cette demeure lui donnent de la joie de vivre. © Philippe Farcy



Nom Officiel Kasteel Huyenoven
Localisation 1800 Peutie (Vilvoorde)
Construction 1860
Style Éclectique
Architecte Trappeniers; paysagiste : Fuchs
Occupants
Affectation Résidence privée et galerie de tableaux
Protection Bien non classé

Dernière mise à jour : 30/06/2012


Une demeure éclectique pour un enfant malade.



Peutie abrite trois châteaux. Le plus ancien est celui de Batenborch. Les deux autres se situent côte à côte, à 500 mètres le long de l’autoroute Bruxelles-Anvers, via Malines. Il s’agit du château de Huyenoven et de celui de Ravaart.
 
Le château qui nous occupe a été construit en 1860, selon Jos Lauwers. Les plans avaient été dressés par l’architecte Trappeniers. Le maître d’œuvre était le docteur Charles-César Rayé, né à Bruxelles le 24 juillet 1811. Le médecin, son épouse et leurs trois enfants habitaient à Vilvorde. Mais un de leurs fils, Félix, né le 1er août 1835, souffrait d’insuffisance respiratoire. Pour le préserver, son père décida de s’établir à la campagne et de construire un château éclectique à la fois classique et néoroman. Félix devenu adulte épousa Aglaé Panvier dont il eut une fille, Hélène, née le 26 septembre 1866. Mais la gamine n’eut pas le temps de profiter de son père. La maladie emporta Félix le 6 août 1867. Dès le 14 octobre de la même année, le domaine était mis en vente. Lors de l’adjudication définitive, Huyenove entra dans le patrimoine du sénateur comte Prosper Christyn de Ribaucourt (1796-1882). Prosper était le fils de Philippe, vicomte de Tervueren et de Duysbourg et de Marie de Vilsteren, des barons de Laerne. La petite-fille de Prosper fut Gaétane de Ribaucourt (12 mai 1877 - 15 août 1963). Elle hérita du château et des 18 hectares qui l’accompagnaient. Ravaart lui appartint également. Juste avant la guerre 40-45, Madame s’occupa de sauver plusieurs poneys Shetland rachetés au cirque Sarasani tombé en faillite. L’élevage des poneys, dû au hasard, se poursuit à Perck.


Revitalisé par un antiquaire

Sur le plan historique, Huyenoven abrita des aviateurs italiens puis allemands (proximité de Melsbroeck oblige). Les militaires installèrent, sans doute aux frais de la commune, le chauffage central. Au décès de la comtesse, le domaine passa à son neveu, comte Daniel de Ribaucourt, châtelain de Perck, à qui nous devons ces petits éléments d’histoire. Daniel de Ribaucourt décida de se défaire de la propriété en 1987. Il céda le bien au vétérinaire Van Rossem. En 1993, celui-ci s’en défit à son tour, au profit des négociants de tableaux anciens et du XIXe siècle, Van de Ven. Le château est cimenté. Il se présente comme un quadrilatère exposé nord-sud et sommé d’une toiture en bâtière couverte d’ardoises. Il s’élève sur deux niveaux posés sur un soubassement de pierre bleue percé de jours rectangulaires. La façade nord accueille les visiteurs sur une largeur de quatre travées inégales. Celle de gauche, ajoutée au XXe siècle, compte trois niveaux. La travée centrale, en léger ressaut, s’étire elle aussi sur trois niveaux sous un pignon à crénelage. Elle est précédée par un perron. Deux lucarnes accentuent la verticalité de la bâtisse. Toutes les baies sont sommées d’arcs surbaissés à l’exception des lucarnes ornées d’arcs en plein cintre. La façade ouest compte trois travées. En son angle sud-ouest, se profile une fine tour circulaire engagée dont l’encorbellement reçoit diverses baies verticales. Elle est couverte par une belle toiture en poivrière animée de lucarnes.




Une terrasse bienvenue

De l’angle part une élégante terrasse à balustres de style Louis XIV récente car elle fut installée par les nouveaux propriétaires. La face sud apparaît comme la plus enviable avec sa tour circulaire et son bow-window d’un seul niveau offrant ainsi une terrasse à la chambre de l’étage supérieur. On y voit encore la haute tour carrée de quatre niveaux, ajourée par deux frises d’arcatures. Elle se termine elle aussi en une terrasse. De là, on admire le paysage et le parc de 18 hectares qui conserve quelques traces des interventions du célèbre paysagiste Fuchs déjà rencontré au château de Louvignies entre autres.


Visite possible sur rendez-vous.



SOURCES
:
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel X,  Hobonia 2003
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002 
Jos Lauwers, Peutie en zijn voormalig begijnhof van Steenvoort, Gemeentebestuur Peutie,  Drukkerij Veys 1976