FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Les tours du Collège Saint-Joseph à Ternat


Kasteel Kruikenburg - 1710 Ternat



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • La longue façade de Ternath est plus légère qu’il y a 300 ans; mais quelle impression de puissance ! © Philippe Farcy

  • Les tours en briques et pierre bleue campent Ternath dans un air d’éternité. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, ed. Rom. Van Cauwelaert



Nom Officiel Kasteel Kruikenburg
Localisation 1710 Ternat
Construction XVIe siècle
Style Forteresse mâtinée d'esprit Louis XV
Architecte
Occupants Sint-Jozefinstituut
Affectation École catholique
Protection Bien classé le 12 juillet 1951

Dernière mise à jour : 22/03/2012


Un château destiné à élever l’esprit.

Ternat (ce qui signifie « lieu humide ») est une petite cité non loin de Bruxelles, dont la seigneurie existait déjà au XIIe siècle, quand elle dépendait de celle de Wambeek. L’église gothique est l’œuvre des moniales de Nivelles qui étaient les suzeraines de la localité. Le château est relié à l’édifice religieux par une très belle drève de quatre rangs de chênes. En 1299, Cruquenbourg était dans les mains de Arnoud de Wesemael, maréchal de Brabant. En 1380, Jean et Guillaume de Wesemael vendirent Ternat à Everard de t’Serclaes qui avait repris Bruxelles aux Flamands de Louis de Male en 1356. Son fils Everard II, ancêtres des princes de T’Serclaes-Tilly, sera moins aimé des Bruxellois qui le décapiteront en 1421. Vers 1550, Catherine de t’Serclaes épousa Jean de Ghyn, trésorier de Marie de Hongrie. Leur fille Marie épousa Charles de Fourneau, échevin de Bruxelles de 1579 à 1582. Leur fils Théodore est enterré à Capelle-Saint-Ulric; on voit sa superbe pierre tombale au mur extérieur de l’église locale. En 1662, Cruquenbourg est érigé en comté en faveur de Philippe-François de Fourneau, fils du précédent. La dernière dame à porter ce nom célèbre fut la baronne Pauline de Fourneau (1831-1924). Elle était la seconde épouse du comte Camille de Lichtervelde (1824-1901). Elle était aussi la fille du comte Henri et d’Eulalie de Foestraets.


Entouré d’eau

Le château, construit en briques et moellons de grès, abrite depuis 1927 l’Institut Saint-Joseph et depuis, des colonnes de jeunes y élèvent leur esprit. La demeure se présente en L et est totalement entourée d’eau. Gravé par Harrewijn à la fin du XVIIe siècle, Ternath semble n’avoir guère bougé. Les principales différences se situent dans le percement de nombreuses baies entre les trois tours rondes engagées de la façade principale. Les deux niveaux d’habitation sont posés sur un léger soubassement. Celui-ci est nettement plus épais quand il reçoit les tours. On compte 24 baies d’égales hauteurs et aux arcs surbaissés sur la longue façade qui se mire dans les reflets de l’étang. Les fenêtres du deuxième étage ont conservé leurs volets. En bas, une porte-fenêtre donne accès à une étroite terrasse herbeuse. La haute tour d’angle située au sud compte trois niveaux, séparés par des bandeaux en grès et animés de baies à chaînages. Elle est sommée d’une toiture en poivrière à coyaux terminée par un petit bulbe. Quatre lucarnes en bâtière animent sa pente. On accède à la cour par un pont dormant de trois arches et en passant sous une tour-porche comme à Dhuy. Elle compte quatre niveaux. L’aile en équerre poursuit son chemin sur sept travées et deux niveaux.




On ne visite pas, mais les lieux sont accessibles.



SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel II,  Hobonia 1987