FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Grotenberg à l'ombre de son parc


Domein Breivelde - 9620 Grotenberge (Zottegem)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Grotenberg est posée tout en long presque au sommet d’une haute butte. De là, on domine un parc magnifique planté d’arbres bientôt deux fois centenaires. © Philippe Farcy

  • Un escalier à vis et une terrasse en fonte de style éclectique donnent de l’animation à cette maison de campagne. © Philippe Farcy



Nom Officiel Domein Breivelde
Localisation 9620 Grotenberge (Zottegem)
Construction 1879; 1904
Style Éclectique, néogothique et un peu d'Art nouveau
Architecte
Occupants Stad Zottegem, sinds 1970
Affectation Restaurant, arboretum et parc public
Protection Site classé comme site le 2 juillet 1982

Dernière mise à jour : 11/01/2013


Dans un site très vallonné, un parc de 14 hectares a de quoi surprendre.


Rien n’est bien grand par ici, ni très vieux. Mais tout est plaisant au regard. Le site est devenu public depuis 33 ans. Il est parfaitement tenu par les édiles locaux. C’est en effet en 1970 que la commune de Zottegem fit l’acquisition d’un très beau domaine qui appartenait à Mlle Geneviève van Male de Ghorain. L’achat s’est effectué sous la forme d’une expropriation de manière à offrir à la population un espace de verdure. Il n’y eut donc pas d’acte, car le mayeur officia comme officier ministériel. Mademoiselle van Male de Ghorain, née en 1913, est la fille du chevalier Walérand (1876-1954) et de Caroline Moretus Plantin de Bouchout.

C’est précisément Walérand van Male qui aurait fait l’acquisition du château et de son parc admirable quoique petit, en 1918 ou en 1919, à en croire le régisseur de la famille Hubert Bosmans. Cela nous a été confirmé par Mlle Geneviève van Male de Ghorain. Mais Danny Lamarcq, historien local, cite la date de 1907. Et 1907 semble la juste date de transfert. Walérand van Male de Ghorain a acheté cette demeure à Philippe Plancquaert-van Exen, époux d’Anne Michaux, en 1907 comme nous l’a confirmé l’actuel Philippe Plancquaert. Ce Plancquaert de jadis avait reçu le domaine en cadeau de sa mère née van Exen et il avait fait restaurer profondément le château édifié en 1879. Qui fut l’architecte de cette bâtisse en long, datée 1904 comme en témoigne une pierre bleue gravée au sommet du pignon latéral de la façade principale ? Personne ne le sait. Qui se cache derrière ce très beau parc, planté de nombreux arbres rares disséminés entre onze étangs ? Là se situe un autre mystère de Grotenberg.



Superbe balcon

August De Rouck, l’édificateur le plus ancien du château, avait hérité du domaine en 1852 alors que le premier embryon du parc actuel se trouvait dans les mains de Joseph-Jean De Rouck depuis 1830. Le parc avait été agrandi par August puis aménagé à la demande de celui-ci dès la fin des années septante. En 1887, il y eut d’autres améliorations apportées à la requête de Georges Henry, nouvel acquéreur du bien. Parmi ces repères chronologiques, et outre la date de 1904, celle de 1913 est reconnue pour le placement du balcon à arcades en fer forgé peint en blanc. Les éléments décoratifs du balcon sont de style éclectique. On y trouve de l’Art nouveau et des influences Louis XV et Louis XVI. Les arcs surbaissés sont décorés de petits cercles comme jadis on en trouvait d’immenses au pont routier de Namêche. En ce qui concerne le parc et ses arbres, le site Internet de la commune donne à la rubrique Breivelde les différentes essences qui peuplent les 14 hectares de ce jardin paysager.


Long vaisseau rectangulaire

La maison essentiellement construite en briques se compose de neuf travées et se présente comme une suite de trois éléments de plus en plus large à mesure que l’on va du nord au sud. D’une tour ronde engagée le regard se déplace vers la droite en direction d’un pignon débordant sommé d’un pinacle de trois degrés. Les pignons ne sont percés que par deux baies à chacun des étages. Du fait de la déclivité du terrain, le pignon sud monte sur trois niveaux. On lui a adjoint un édicule de trois travées qui n’affecte pas l’ensemble. La façade principale de la bâtisse ne s’élève que sur deux niveaux et demi, séparés par divers bandeaux plats cimentés. Au centre, se situe une tourelle à usage d’escalier, sommée d’une toiture en poivrière à coyaux, couverte d’ardoises. Elle n’est percée que par deux jours verticaux et sa partie haute est élargie par un léger encorbellement. La toiture de la tour principale, elle aussi en poivrière et profitant d’une courbe soutenue par les coyaux, est couverte de zinc.


Cette tour est agrémentée d’un réseau d’arcatures que l’on retrouve à la troisième travée de la face principale. Cette travée est bien singularisée par deux pilastres supportant le pignon droit, ce qui divise la corniche en deux parties.

Le château est loué par la commune à une taverne-restaurant. L’accès au parc s’effectue devant la place de l’église. Il faut y passer sous un porche à tourelles et crénelages. L’église renferme deux obiit de la famille van Male. Le premier porte la date de 1908, ce qui confirmerait la date d’achat de 1907, et on y trouve les noms suivants : Maleingreau, Horion, Villers, Versmessen; Werve, Geelhand, Bistrate, Gillès. Le second, sans date reprend les patronymes: Male, Cloeps (d’Heernesse), Popelaire (de Terloo), Delmotte; Moretus, Colen, Bois, Oultremont.



Visites souhaitées.


SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel IV,  Hobonia 1991

Danny Lamarcq, Drieduizend jaar Zottegem. Het bewogen verhaal van elf dorpen in Zuid-Oost-Vlaanderen 1989