FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Les heures paisibles de Kwatrecht


Kasteel De Bueren - 9090 Melle



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Le château est toujours isolé sur son île depuis trois siècles. Seule la tour d’angle, à droite fut un cadeau au XIXe siècle éclectique. © Philippe Farcy

  • Les dépendances du château de Kwatrecht se signalent par leurs influences françaises et les joiles courbes des toitures. © Philippe Farcy



Nom Officiel Kasteel De Bueren
Localisation 9090 Melle
Construction XVIe, XVIIIe et XIXe siècles
Style Classique
Architecte
Occupants Wim Delvoye
Affectation Résidence privée
Protection

Dernière mise à jour : 11/01/2013


Un château pour défendre Gand.


Le XIXe siècle romantique et nostalgique des temps passés a frappé avec justesse en ce manoir de Kwatrecht. La demeure, que l’on devine aujourd’hui avec difficulté depuis la petite route communale, n’est que la nième bâtisse placée ici en bordure de Gand et de l’Escaut. Il est vraisemblable que l’origine du château se situe quelque part au Moyen Âge et que l’édifice ancien servait de tour de garde. L’épaisseur des soubassements et l’importance des douves suggèrent cette fonction. Rien ou presque n’a été écrit sur cette demeure. Exception faite de Sanderus et d’une courte étude publiée très récemment en 1998, cette terre n’a point inspiré les auteurs. Réginald de Hemptinne, heureux résident de cette maison, nous conta l’histoire citée plus haut. Il ajoutait qu’un document de 1408 signalait un château-ferme nommé Ter Elst. Le propriétaire en était Jan van Buxtale.


Héritage féminin

Dans sa Flandria Illustrata Sanderus évoque un propriétaire du nom de Van den Berghe. Depuis cette image, la masse globale du château n’a guère bougé. On y retrouve le pont à trois arches et les communs. En 1748, un autre document signale que le domaine est aux mains de Jean-Baptiste Baut de Rasmon. La fille de celui-ci vendit le bien à un sieur Borluut dont héritèrent les Kervyn. En 1771, les Kervyn s’en défirent au profit de Christophe de Bueren, marié à Anne-Françoise van de Woestyne, dans la descendance de qui il est toujours. On sait en effet que le comte Léonce de Bueren avait épousé Elisabeth Fortamps, fille de Frizt. La mère d’Elisabeth se prénommait Octavie et elle était la fille de Jean-Baptiste Prévinaire et de Marie-Aldegonde de Hemptinne. Or, en 1892, l’arrière-petite-fille des Prévinaire, Berthe de Bueren épousait Gaston Behaghel, sénateur. Et de leurs six enfants, Anne-Marie épousa Ernest de Hemptinne (1902-1932), parents des actuels propriétaires. Affaire de famille donc, autour des Hemptinne.


Posé comme sur un plateau

Le château se présente comme un quadrilatère oblong élevé sur trois niveaux, en comptant les caves percées de jours carrés à chaînages, elles-mêmes posées sur un soubassement de grès. Le château est installé comme celui de Libermé, sur une sorte de terrasse peu débordante, comme un plateau sortant de l’eau. Un long pont à trois arches surbaissées donne accès à la résidence. La façade d’entrée est large de sept travées, dont une reçoit le portail inscrit dans une sorte de faux avant-corps sommé d’un pignon à gradins. Cet élément central décoré de bandeaux rompt l’horizontalité du bâtiment.

Sur la droite de l’édifice, le comte Léonce fit construire, voici plus de cent ans, une puissante tour de quatre niveaux et de deux travées, destinée peut-être à évoquer la carrière chevaleresque du château mais surtout à recevoir une nouvelle cage d’escalier. La corniche est précédée d’une jolie arcature. Les deux autres façades ont conservé leur doux alignement du XVIIIe siècle, exception faite d’un petit bow-window. Le corps central dont les niveaux sont dégressifs, est couvert d’une toiture d’ardoises en bâtière à coyaux. Deux lucarnes à croupettes y animent chaque façade. La façade latérale ouvre par cinq travées. L’entrée du domaine est précédée par un beau portail et par deux bâtiments de communs fort élégants.


On ne visite pas. 


SOURCES
:
Wim Delvoye verkoopt kasteel, De Standaard Online, zaterdag 18 juni 2011 www.standaard.be/artikel/detail.aspx?artikelid=DMF20110615_069
Guy Duplat, Delvoye furieux vend son château, La Libre Belgique, 17 juin 2011 www.lalibre.be/culture/global/article/667526/delvoye-furieux-vend-son-chateau.html
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002 

Antonius Sanderus, Flandria Illustrata, chez De Vos 1735