FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Leeuwergem,  reflet de France en terre flamande


Kasteel Leeuwergem - 9620 Leeuwergem (Zottegem)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • La maison, les fleurs, les arbres se reflètent dans les douves, ce qui double notre plaisir. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Les dépendances du château, dont l’orangerie sont d’une délicatesse extrême. © Philippe Farcy

  • Au-delà de l’étang, un petit canal s’enfonce dans la forêt. © Philippe Farcy



Nom Officiel Kasteel Leeuwergem
Localisation 9620 Leeuwergem (Zottegem)
Construction Entre 1760 et 1764
Style Classique
Architecte Parc (1761): Jean Baptiste Simoens
Occupants
Affectation Résidence privée
Protection Bien classé

Dernière mise à jour : 11/01/2013


Leeuwergem traverse le temps avec une élégance extrême.


Cet endroit est un pur chef-d’oeuvre de la première moitié du XVIIIe siècle. Certes, le domaine est très connu des amateurs de vieilles pierres, mais on ne peut bouder son plaisir face à ce moment de grâce conservé presque intact. Il y a là comme un miracle qui s’éternise. Cette seigneurie débuta une carrière sans trop d’histoire au XVe siècle. Un château fort fut érigé dans le vallon. L’un des maîtres du lieu, porteur du nom de Leeuwergem, fut tué en 1420 lors d’un affrontement avec des Liégeois. On n’en connaît point la raison. À partir de là, le bien passa par les femmes de la famille des Hornes vers les van der Aa, des van Loo aux Lannoy, des Heyne de Waterdyck aux Hane-Steenhuyse puis des van den Hecke vers les Nieulandt et enfin aux barons della Faille d’Huysse, présents depuis trois générations.




Drève de hêtres

De la nationale 42, on aborde la propriété par une longue drève bordée de hêtres verts. Le château apparaît dans sa rigueur Louis XV. Il est d’une fraîcheur mordorée en ce mois de mai heureusement ensoleillé. Alignées comme des escadrons de hussards sabres au clair, les pensées sont bordées de buis bien taillés et se montrent heureuses. Si d’aventure elles se lassent, alors elles se mirent dans les reflets dormants des miroirs d’eau. Depuis 250 ans, Leeuwergem est un paradis pour les yeux, pour les oiseaux, pour les crapauds et autres bestioles qui chantent entre les roseaux. On y entend souvent les rainettes chanter et on y vit, dit-on, moult princes et aussi un roi, Gantois pour cent jours. Quant aux arbres, sans doute à de tels visiteurs tiennent-ils leur vénérable majesté. Il ne faut pas manquer le théâtre de verdure, planté semble-t-il dès 1760 et les sculptures devenues rares; elles donnent aux allées des airs de Ménars.


Digne de la Pompadour

Le château fut construit entre 1760 et 1764 comme une résidence de chasse. Il est une copie du château de Bellevue à Meudon offert par Louis XV à la marquise de Pompadour. La demeure se présente sur un plan presque carré. Un étang ceinture ses quatre côtés. La maison principale est précédée par une demeure de jardiniers, une superbe orangerie qui se loue pour des fêtes, d’anciennes écuries et, ailleurs, par une élégante ferme. Le potager est magnifique. Deux ponts enjambent les douves vers les façades d’accès au parc. Les façades se présentent sur deux niveaux et neuf travées. Les trois travées centrales, en léger ressaut et limitées par de faux pilastres, constituent le corps central. Il est animé d’un perron, d’une porte à deux vantaux dans un encadrement de pierre bleue. L’architecte, inconnu, n’y a pas placé de balcon, alors que les façades latérales en possèdent. Dans la toiture à la Mansart animée de belles lucarnes à consoles et sur chaque façade, s’inscrivent de larges frontons peu aigus. Ils sont percés par des baies chantournées encadrées de motifs végétaux en bas-relief. La façade orientée à l’est, quoique de sept travées, comporte cinq baies; les autres travées du corps central sont ornées d’encadrement de fenêtres ce qui permet d’alléger la structure et de mettre en évidence la porte-fenêtre du rez-de-chaussée et le balcon qui la somme sans jamais ennuyer le regard. Leeuwergem, palais d’Armide, est une des perles de notre royaume; on pourrait juste lui opposer Nokere, près de Waregem et Viane près d’Enghien qui, lui, s’éternise dans le désespoir.



SOURCES:
Aaike De Saedeleer, Trots troef op Zottegems kasteel, Nieuwsblad.be 7 augustus 2011 http://www.nieuwsblad.be/article/detail.aspx?articleid=DMF20110807_099.
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel V,  Hobonia 1993