FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Peteghem a fait son trou


Kasteel van Peteghem - 9790 Petegem-aan-de-Schelde (Wortegem-Petegem)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Ampleur, symétrie, lignes droites et coloris vifs caractérisent le château de Peteghem construit pour le baron Pycke. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Carte postale envoyée en 1930, ed. Nels, photo Van Léaucourt



Nom Officiel Kasteel van Peteghem
Localisation 9790 Petegem-aan-de-Schelde (Wortegem-Petegem)
Construction Après 1847
Style Éclectique
Architecte Désiré Limbourg ou E. Coppens (selon les sources)
Occupants Golf & Countryclub Oudenaarde
Affectation Golf
Protection Bien classé

Dernière mise à jour : 04/01/2013


Peteghem, lieu de rencontre distingué en bordure d’Escaut.


À une encablure des « Ardennes flamandes », dans la vallée d’un bras mort de l’Escaut, Peteghem coule à nouveau des jours heureux et mène une vie intense. Accueil et bien-être sont ici les maîtres-mots. Le château construit par Auguste Pycke qui deviendra le premier baron de Peteghem (en 1842), sert de cadre idyllique à un club de golf réputé pour son élégance. Le choix de ce site pour ce personnage sans doute enrichi par ses possessions terriennes, était logique puisque Auguste, fils de François et de Marie van der Straten, dame de ten Aerden et de Stavel, avait épousé en 1822 Pauline Limnander de Nieuwenhove. Or, Pauline était l’héritière par sa mère des Clemmen, barons de Peteghem.
 
À propos des terres, il faut savoir que les rentes foncières rapportèrent dès le début du XIXe siècle des sommes considérables. Le cloisonnement économique qui empêchait les importations de céréales et l’augmentation fulgurante de la population allaient permettre aux propriétaires de vivre comme des nababs. Un historien namurois nous révélait que « dès le Premier Empire, 400 hectares donnaient assez de revenus pour construite chaque année un château affublé de 45 tours; c’est une image bien sûr, mais oh combien révélatrice. Or, les grandes familles possédaient régulièrement 2.000 à 4.000 hectares de terres et de bois ». Dans ces perspectives, on imagine aisément que les mariages allaient servir à asseoir des positions sociales. Les Pycke, famille discrète au XVIIIe siècle, émergent avec vigueur dès le début du XIXe siècle et concluent des alliances illustres, comme le firent les Demanet.



Des mariages bien pensés

À travers les femmes, le domaine arriva aux de la Croix d’Ogimont, derniers propriétaires « privés » de cette prestigieuse propriété. Les de la Croix sont les héritiers directs de Oscar Pycke de Peteghem (1823-1903) et de Mathilde (1834-1916) (des comtes) de Robersart, ce qui amena dans la corbeille des Pycke le château de Nouvelles près de Mons, passé ensuite aux comtes d’Oultremont. Pour l’anecdote, leur fille Clémentine épousa deux fois un comte de Robiano. Veuve du premier (Alphonse) dès 1882, elle émut le second en 1887 (Gaétan), fils de Victor et d’Elise de Stolberg-Stolberg, comtesse et altesse illustrissime, qui habitaient au château Robiano de Tervueren.

Maximilien, né en 1870, dernier frère de Clémentine, fils d’Oscar et de Mathilde, hérita de Peteghem. Il épousa la baronne Edith de T’Serclaes de Kessel, née le 18 août 1878. Ils eurent trois filles. L’aînée, Christiane hérita à son tour de Peteghem mais elle n’eut point d’enfant de son union avec le comte Guy de Liedekerke de Pailhe. Dès lors, le bien passa à Irène Pycke de Peteghem, épouse de Pierre de la Croix d’Ogimont. Leur fils Alain s’y installa en 1954. Le golf fut aménagé dès 1975-1976, ce qui permit à Amaury de la Croix, jadis membre de l’équipe nationale belge de golf, de forger ses premières armes dans son sport favori. Le château était alors loué. En 1996, la commune d’Audenarde trouva un accord avec les de la Croix pour acheter le domaine nécessaire à l’usage du golf. La famille conserva 88 hectares de terres.


L’élancement des tours

Le château, long de quarante mètres, est ordonné autour d’un corps central rectangulaire. Il a été construit de briques et de pierre bleue pour les bandeaux, pour les tablettes des fenêtres et surtout pour le très beau décor classique du portail d’entrée. Il est limité par quatre tours carrées engagées, animées de chaînages d’angles et couvertes en bâtière, ce qui lui donne beaucoup d’élancement. Le logis monte sur deux niveaux sous une bâtière d’ardoises; il s’étire en largeur sur sept travées auxquelles il faut ajouter une travée pour les tours. On accède à la maison par un très large escalier menant à une terrasse. Les trois travées centrales poursuivies par un demi-étage en toiture font mine d’être en avancée grâce aux colonnes circulaires sur lesquelles s’appuient des arcs en plein cintre, mouluré et décorés d’une clé. Les baies du second niveau sont coiffées par des frontons triangulaires et arondis. Une puissante corniche à modillons vient accentuer l’effet linéaire de la demeure et créer une césure très nette avec la partie sous toiture.


Un million d’euros

Le château de Peteghem compte nonante pièces. Il a été totalement restauré par la volonté du bourgmestre d’Audenarde, Lieven Santens, industriel et président du golf. Il en coutât près d’un million d’euros. D’après Alain de la Croix : « le château avait été très abîmé par des combats qui se déroulèrent dans la propriété et au sein de la maison, entre Allemands et Anglais, parfois à la baïonnette. Le parc a servi pendant plusieurs mois de cimetière pour les soldats ». Désiré Limbourg, s’il est l’architecte de Peteghem est certainement l’inventeur des châteaux de Louvignies et de Cambron-Casteau. Coppens, s’il est le créateur de Peteghem est certainement l’architecte du château d’Elseghem (brûlé).

Le château de Peteghem est par ailleurs bordé par un autre château qui vient d’être restauré. Il date du XVIe siècle. On dit que Charles le Chauve y passa, de même que Guy de Dampierre, comte de Flandre. A l’extrémité des terres se trouvent quelques beaux bâtiments qui appartinrent à l’ancienne abbaye de Beaulieu; ils datent du XVIIe siècle.


Le château de Peteghem ne se visite pas; c’est un club de golf privé. Il se voit de la Kortrijkstraat.



SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002