FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Beersel, des Witthem aux Merode


Château-Fort de Beersel - 1650 Beersel



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • À Beersel, le Temps s’arrêta pour jamais grâce à des mécènes enthousiastes qui reconstruisirent le château.

  • La beauté des volumes et l’usure des vieilles briques ajoutent de l’importance à ce site remarquable.

  • Timbre-poste, série Antituberculeux, 17 décembre 1951, dessin William Goffin, gravure Léon Janssens, Catalogue Officiel de Timbres-Poste (COB) n° 872

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Nom Officiel Château-Fort de Beersel
Localisation 1650 Beersel
Construction De 1491 à 1508 puis au XXe siècle
Style Renaissance flamande
Architecte
Occupants Association Royale des Demeures Historiques et Jardins de Belgique, depuis 1948
Affectation Musée - Locataire : Commune de Beersel via un bail emphytéotique depuis 2000
Protection Bien classé le 25 mars 1934 (monument et site)

Dernière mise à jour : 04/01/2013


Un sauvetage remarquable pour un château romantique.


Il est en Belgique des châteaux immanquables par les leçons qu’ils peuvent apporter sur l’art de vivre en des temps reculés. Beersel, sentinelle du Brabant contre les attaques hennuyères comme Gaesbeek, fait partie de ce lot d’exception même si les grands prêtres et les ayatholas de la vérité historique vous rétorqueront que le château a été incorrectement reconstruit après 1928. C’est oublier que, grâce à une volée de gens généreux en tête desquels se trouvaient MM. Pelgrims de Bigard et Mertens, Beersel, « la demeure des ours » en français, a été relevée et présente toujours fière allure. Il en fut de même à Reinhardstein sous l’impulsion du professeur Overloop ou à Vianden, au Luxembourg ou plus récemment encore à Saint-Jean d’Angle en Charente-Maritime, couronné en mai 2003 d’un prix Europa Nostra. Ces châteaux ressuscités donnent au tourisme un point d’appui salutaire; voilà de quoi faire méditer les pouvoirs publics entre Havré et Grimbergen. La commune de Beersel, dirigée par Hugo Casaer, a très bien compris ce rôle et va engager des travaux de conservation pour redynamiser le site.



Bastion de la puissance ducale

Beersel, château de plaine, est un point central de l’histoire du Brabant. Sa première mention remonte à 1292. Le premier vrai châtelain semble avoir été Godefroid de Hellebeke, originaire de Hal, alors en Hainaut. Godefroid fut sénéchal de Brabant. Sa fille Elisabeth offrit en mariage ce fief aux sires de Stalle. À nouveau par union, le bien échut au fils de Jean de Cosselaer, bâtard du duc Jean II de Brabant, de la Maison de Louvain. Cosselaer, lui aussi sénéchal du duché, fut doté par son demi-frère le duc Jean III du fief de Witthem (Limbourg hollandais actuel). Cela donna naissance à une dynastie qui régna ici dès 1362 quand son fils Jean II de Witthem épousa Marie de Stalle. Les Witthem, déjà seigneurs d’Yssche, Waltwilder, Houtem et Mechelen (Limbourg), allaient rester à Beersel jusqu’à la fin du XVIe siècle tandis qu’une autre branche pris en charge le comté de Dalhem (Visé). Henri III de Witthem, mort le 17 septembre 1515, devint un des plus hauts seigneurs du Brabant. Il possédait en outre les châteaux ou terres de la Follie à Ecaussines, Braine-l’Alleud, Plancenoit, Petit-Roeulx, dont dépendaient Bousval et Arquennes, et de Ruysbroeck, hérité des Taye. Il fut aussi avoué de Couvin.



L’arrivée des Merode

En 1591, les Witthem mâles s’éteignirent en la personne de Jean, époux de Marguerite de Merode. Elle était la fille de Jean, sire de Petersheim et de Westerloo et de son épouse Mencie, marquise de Berg-op-Zoom. Beersel était alors occupé par les religieux de Sept-Fontaine de 1585 à 1606. Leur fille Mencie de Witthem, marquise de Berghes, comtesse de Walhain et dame de Perwez par sa mère, épousa un Hollandais, comte de ‘s Herenberg; elle hérita d’un domaine divisé à Beersel. L’essentiel des terres échut par mariage aux ducs de Lorraine tandis que le castel passa à une nièce de Mencie, Marie-Henriette de Cusance, comtesse de Champlitte. Celle-ci épousa en 1660 Charles-Eugène, prince-comte puis deuxième duc d’Arenberg. Les héritiers du duc occupèrent le château jusqu’en 1745 puis le louèrent, notamment à une fabrique de coton. En 1849, Marie d’Arenberg épousa Charles de Merode. En 1928, la comtesse Henriette de Grunne, née Merode, offrit le château à la « Ligue des Amis du Château de Beersel ».



Restauration ambitieuse

Les travaux de restauration débutèrent le 10 mars 1928. Le château, entouré d’eau, est élevé en briques, en grès lédien et pierre d’Ecaussines. Il présente une forme elliptique d’où a disparu la chapelle. Il fut reconstruit entre 1491 et 1508. À l’époque, les trois tours hautes de quatre niveaux étaient plates. Les trois niveaux du bas sont habitables (cheminées et latrines). C’est au XVIIe siècle que les d’Arenberg leur offrirent les superbes toits en bâtière et à pans coupés appuyées sur des façades à pignons crénelés, posés sur des encorbellements. L’accès s’effectue par un pont dormant en bois, au nord, venu remplacer un pont-levis.


Site accessible au public.


SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel III,  Hobonia 1989