FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Houtain, aux sources de la Dyle


Château d'Houtain-le-Val - 1476 Houtain-le-Val (Genappe)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Voici le magnifique accès au château de Houtain-le-Val, entre guérites, chasses-roues, piliers et rosiers dont les épines sont les ultimes défenses de la résidence. © Philippe Farcy

  • L’allée d’entrée est animée de quatre tours. Celles du centre sont anciennes. Celles des côtés ont été joliment ajoutées par l’architecte Balat au XIXe siècle. © Philippe Farcy

  • La cour intérieure du château dessine un L. Les bâtiments sont de style Louis XV. © Philippe Farcy



Nom Officiel Château d'Houtain-le-Val
Localisation 1476 Houtain-le-Val (Genappe)
Construction Du XVIe au XXe siècle
Style Classique et Beaux-Arts
Architecte Inconnus, sauf Octave Flanneau pour la galerie-patio de 1903 et Alphonse Balat pour les petites tours circulaires accolées aux ailes basses en retour de l'entrée
Occupants
Affectation Résidence privée          
Protection Bien non classé

Dernière mise à jour : 12/04/2015


Derrière ses murs, se cache un parc étagé en cinq terrasses.


Ce château de moellons de grès et de briques ornées d’un peu de pierre bleue est un des plus beaux du Brabant wallon. Il n’est curieusement pas classé. Houtain appartint, d’après Christian de la Croix d’Ogimont (Petegem), à la famille de seigneurs de Houtain au XIIe siècle. Vers 1345, l’un d’eux vendit la seigneurie à Jean III, duc de Brabant. Celui-ci légua ce bien à l’une de ses filles batârdes qui épousa Costin de Ranst, seigneur de Canticrode, conseiller du duc et gouverneur de Vilvorde. Vilvorde était le siège d’un château considérable, sorte de Bastille, détruit en 1776. Costin était issu d’une branche cadette des fameux et puissants Berthout, de Malines, qui possédèrent le château « des Princes » à Grimbergen.


Pour un conseiller de Brabant

Toujours d’après notre interlocuteur, « la dernière » Ranst convola à la fin du XVIe siècle avec un sieur de Zoete, dit « de Laken ». Le 21 juillet 1674, les successeurs Zoete nés Schuyll de Walhorn vendirent le château à Godefroid de Mutsenich, conseiller de Brabant. Depuis lors, le château n’a plus été vendu. On y vit les de la Tramerie, les comtes de Wynants, juristes originaires de Ruremonde, les Baesen, originaires de Bois-le-Duc, toujours en Brabant. À leur suite, les Waha établis à Bruxelles dès le XVIIe siècle entrèrent à Houtain. Le comte (1859) Aquila Aymé d’Hanins de Moerkerke (1805-1869), grand écuyer de Léopold Iier et de Léopold II, ne vit pas son fils Fernand épouser en 1873 la jeune Marie de Waha, dernière de cette branche. De cette union, naquirent trois enfants dont le comte Henri (1881-1963). Il épousa Marie Le Boeuf, fille d’Henri, homme célèbre dont le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar) perpétue le souvenir, et de Louise Thys. Leur fille Anne, épouse de Christian de la Croix d’Ogimont hérita enfin du château où elle cultive de délicieuses tomates, un évident sens de l’humour et un optimisme à tous crins.



Flèches piriformes

La façade ouest est celle du passage obligé vers la cour intérieure en L. En tournant le dos au pont qui surplombe la source de la Dyle, on découvre d’abord les guérites d’accès reliées par de belles grilles. Au bout de l’allée pavée pointe le châtelet; il date du XVIe siècle. Une porte en anse de panier moulurée, couronnée d’un larmier et surmontée par un écu donne sur un passage couvert voûté d’ogives. Les baies des étages sont néo-gothiques. Les deux tours qui la flanquent possèdent trois niveaux divisés par des cordons larmiers et clos par des toitures fort jolies en brisis finissant en poivrière sous des flèches piriformes.



Église toute proche

La maison porte la date de 1763. Elle comporte deux niveaux sous une toiture mansardée couverte d’ardoises. Les façades donnant sur la cour intérieure sont d’une parfaite ordonnance. L’accès à la maison s’effectue par une très belle porte d’époque Louis XVI sous imposte à petits-bois. On y compte dix travées. L’aile d’équerre compte sept travées sous arcatures. Elle est poursuivie par une aile de communs qui jouxte l’église du village. Des lucarnes rythment les bâtières. Sur la face nord, se trouve la galerie de 1903 décorée de marbre blanc et rose; elle ouvre par des baies à guillotine. On l’érigea pour que Madame, née Waha, puisse s’y promener dans sa chaise roulante. L’architecte Flanneau en dessina les plans. C’est lui qui construisit le château du Vorst à Grimbergen pour le vicomte d’Overschie de Neerysche. Le château de Houtain-le-Val faillit brûler par la faute des Allemands en 1944; le feu fut vaillamment éteint par les villageois.


On ne visite pas. Deux toutous fort bien dentés montent la garde.


SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 

 

GRAVURES: Harrewyn en 1694; Cantillon au XVIIIe siècle;