FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Miaucourt va-t-il périr ?


Château de Miaucourt - 6180 Courcelles



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Quel avenir pour ce château imposant ? Incendié en 2002, il sera peut-être restauré par ses nouveaux propriétaires. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Dans le Pays Noir qui jadis était le jardin des Pays-Bas du Sud, Miaucourt servait de résidence à des seigneurs du capitalisme triomphant. © Philippe Farcy



Nom Officiel Château de Miaucourt
Localisation 6180 Courcelles
Construction Seconde moitié du XIXe siècle
Style Éclectique sous influence médiévale
Architecte
Occupants Chateau de Miaucourt s.p.r.l.u.
Affectation Incendié durant la nuit du Nouvel An 2001
Protection Bien non classé

Dernière mise à jour : 24/10/2012


Un vaisseau en perdition qui peut encore être sauvé



Sur la rue Paul Pastur, à Courcelles, le notaire Dumoulin était en charge naguère de la vente de ce château de briques et de pierre bleue qui ne manque pas d’allure mais qui a perdu son univers de parc et de bois. En effet, depuis la rue, on aperçoit à plus de deux cents mètres la haute tour d’angle; elle regarde vers le nord. Une drève de marronniers y mène le regard mais elle n’est plus au domaine. La plaine appartient à d’autres mains encore. Miaucourt est installé sur le sommet d’une butte qui domine une vallée où se trouve le château morcelé de Rianwelz, ancien relais de chasse des la Hamaide (XVIe siècle) avant d’être celui des marquis de Chasteler qui construisirent plus tard le magnifique château de Cambron.


Très belle vue


À Miaucourt, la vue depuis la terrasse est très belle; celle offerte depuis les étages est magnifique. Au loin, on nous disait aperçevoir Monceau, Marchienne et Mont-sur-Marchienne. Puis il y a un hic de plus. En effet, la partie inférieure de la propriété est elle aussi en d’autres mains, à savoir l’ I.O.S. (l’Intercommunale des Oeuvres sociales, pour la région de Charleroi). Un chapelet de pavillons des années 1950 occupe la bordure de l’ancienne pelouse du parc qui se termine sur un bois. Dès lors, autour d’un donjon qui pourrait faire croire à son ancienneté si les sources positives ne limitaient son existence au XIXe siècle, Miaucourt ressemble à une tête décollée de son corps d’autant plus qu’un incendie éclata durant l’hiver 2001-2002 détruisant tout le logis.



Capitalisme triomphant


Le château demeure un monument du capitalisme triomphant. L’énormité apparente du castel ne doit pas faire oublier que nous sommes en présence d’un ancien pavillon de chasse construit, semble-t-il, pour un membre de la famille Drion. Cette idée nous a été suggérée par Madame Daubie, ancienne propriétaire avec son mari, d’un domaine qui ne compte plus que 51 a et 51 ca. Mais le baron Drion du Chapois nous avouait il y a peu ne pas connaître l’existence de cette propriété.


Chapelle


Sur son flanc nord, le château est limité par la chapelle, perpendiculaire au corps de logis longitudinal. Elle est contiguë à la tour carrée qui monte sur quatre niveaux. Un bandeau d’arcatures précède une belle corniche surmontée avant l’incendie par une très impressionnante toiture d’ardoises en bâtière. Les angles sont animés de tourelles à pans coupés, percées de meurtrières et sommées d’une toiture en poivrière. Le logis aligne six travées et se termine par un pignon presque aveugle, à crénelage, bordé par deux tourelles. La façade sud, très simple, est animée par un avant-corps central de trois travées. On compte deux fois quatre travées sur trois niveaux inégaux. On remarquera les chaînages d’angle et les piédroits harpés des baies dont les linteaux sont généralement droits.


Destination sociale


L’achat des Daubie remonte à 1983. Ils poursuivirent l’activité développée par l’ I.O.S., depuis que celle-ci avait acquis le territoire en 1955 de M. et Mme Devos, de Charleroi. L’ensemble est dans un état piteux, y compris la chapelle latérale construite au début du XXe siècle par les religieuses du Pensionnat des Sacrés-Coeurs. Pour mémoire, le lot avait été retiré de la vente à l’automne de l’année 2000, à 3 millions d’anciens francs. Les règles locales de l’urbanisme imposent que cette construction conserve une affectation sociale. On ne peut donc démolir Miaucourt et y installer un immeuble à appartements.


Visites interdites.


SOURCES
:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003