FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Les charmes discrets du Launois


Le Launois - 7830 Thoricourt (Silly)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Le Launois est d’une sobriété classique qui évoque Salmonsart. L’ensemble vient d’être parfaitement rafraîchi.

  • L’accès au domaine passe obligatoirement par cette haute tour-pigeonnier en briques sur laquelle s’appuient des communs assez bas.

  • Dans la cour d’honneur, le château du Launois mélange des façades simples à une porte d’entrée joliment moulurée d’époque Louis XV.

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Les armes des comtes d'Auxy de Launois © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Nom Officiel Le Launois
Localisation 7830 Thoricourt (Silly)
Construction XVIIIe et XIXe siècles
Style Néoclassique
Architecte
Occupants
Affectation Résidence privée
Protection Bien non classé

Dernière mise à jour : 12/01/2013


A Thoricourt, le château de Launois revient à la vie.


Ath et Soignies sont les villes voisines de cette agréable demeure du Launois, proche du sublime château de Thoricourt. Le domaine compte encore un peu moins de dix hectares et possède entre autres atours un bel étang, des bois et un accès sous un porche-pigeonnier. Voilà qui installe ce lieu dans l’ordre des seigneuries anciennes. Jadis, il relevait de la pairie de Silly et de la châtellenie d’Ath. L’histoire de cette maison est fort maigre et plus personne n’est là pour raconter les hauts faits, s’il y en eut, qui s’y seraient déroulés. Les Auxy de Launois jadis propriétaires, sont à jamais éteints. Les Auxy étaient originaires de Picardie et barons en Artois. On les vit - selon l’annuaire de la noblesse de 1848 (p.93) - sur tous les champs de batailles aux cotés des souverains de France. Une des branches de la famille d’Auxy suivit le duc de Bourgogne sur ses terres de Flandres. L’autre resta solidaire des rois de France en Picardie. D’après les sources, les d’Auxis furent seigneurs de Monceaux avant d’être châtelains de Launois. Un Edouard d’Auxy est cité en 1654 comme membre de l’Etat noble du Hainaut. Un Charles-Emmanuel d’Auxy fut fait chambellan de l’empereur d’Allemagne en 1761. Plus proche de nous, un autre Edouard fut créé comte d’Auxy de Launois par Guillaume Ier, roi des Pays-Bas. Il disparut le 10 juin 1814, laissant veuve Joséphine Roose de Wolf.



Trois cents ans

Alliée aux comtes de Bousies et aux Séjournet, cette famille semble avoir conservé le Launois pendant trois cents ans, au moins. À notre connaissance, la dernière personne à perpétuer le nom vivait encore dans les années cinquante. Il s’agissait de la veuve du comte d’Auxy de Launois, née Bouvy Coupery de Saint-Georges. Ensuite, la maison - sans ses dépendances demeurées dans la descendance d’une fille d'Auxy -, fut cédée à un militaire italien du nom de Zarbato qui travaillait au Shape. Le décès prématuré du sieur Zarbato ne lui permit de profiter du Launois que huit années. Plus tard, le bien fut vendu à un particulier bruxellois qui réussit à reconstituer la propriété en récupérant la tour-porche et les annexes. L’ensemble vient à nouveau de changer de propriétaire en l’an 2000. Ce sont des jeunes, comme cela se voit assez régulièrement, qui ont repris cette belle demeure. On va donc entendre à nouveau des cris d’enfants au Launois. Tant mieux. La maison principale est composée d’un seul quadrilatère en briques peintes en jaune pâle et pierre bleue. Elle monte sur deux niveaux posés sur un soubassement de caves et placés sous une bâtière d’ardoises à coyau animées de lucarnes à linteau bombé. Une aile en retour terminée par une petite chapelle à cinq pans égaie la façade d’entrée.



Pas de surcharge décorative

Au Launois, il n’y a guère de surcharge décorative en façade, mais on lui souhaitera de retrouver ses volets afin que les sept travées de la façade sur jardin reprennent un peu d’animation. Celle-ci est limitée aux chaînages des fenêtres partout égales en hauteur et, comme sur la façade avant, par une belle porte à deux vantaux sous une baie d’imposte à petits-bois rayonnants dont les encadrements sont en pierre bleue moulurée en gorge. On notera encore, comme parallèle à ces deux bâtiments, le fait qu’ils possèdent l’un et l’autre une tour. Elle est carrée et sert d’accès au bout de l’allée venant de la rue. La tour ouvre par un arc en plein cintre et se compose de trois niveaux sous une toiture en pavillon sommée d’un lanternon.




SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté, novembre 2002