FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Vêves, une merveille entre ciel et terre


Château de Vêves - 5561 Celles (Houyet)



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • © Jean-Pol Grandmont 3 June 2007

  • Carte postale ancienne, ed. Nels

  • © Jean-Pol Grandmont 3 June 2007



Nom Officiel Château de Vêves
Localisation 5561 Celles (Houyet)
Construction VIIe siècle; 1230; début du XVe siècle; XVIe siècle; XVIIIe siècle
Style
Architecte
Occupants Ligue des Amis du Château de Vêves a.s.b.l.
Affectation Locations
Protection Classé en 1941

Dernière mise à jour : 04/01/2013

 

Un des plus beaux châteaux de Belgique domine de loin la Lesse et surveille le Condroz. Le Ry et la Mirande y coulent à ses pieds, entre des forêts de feuillus généreuses.

 
Vêves figure sans doute parmi les châteaux les plus publiés de notre royaume. C'est mérité. Tout ici est de qualité. L'architecture médiévale et les apports du temps à cette demeure magnifique valent le déplacement. La nature, vaste et généreuse, invite à la rêverie et aux promenades. Les gens des environs, sont accueillants et chaleureux. On tomberait dans le romantisme pour un rien. Le château semble imprenable. Encore fut-il incendié, en 1200 et en 1466 suite au siège de Dinant. 

Outre les falaises qui le protègent, Vêves était ceinturé par des enceintes, tours et remparts, disparus de nos jours. La bâtisse est de forme irrégulière, un peu comme à Waroux, près de Liège. Il tient du triangle et ménage en son centre une cour. Six fines ou grosses tours circulaires plus ou moins engagées et de hauteurs variables cantonnent les angles. Elles sont toutes sommées de toitures en poivrières couvertes d'ardoises. La tour la plus haute est caractérisée par un encorbellement.

Galerie renaissante

Les tours de quatre ou cinq niveaux ouvrent par de petites baies aux linteaux parfois mitrés. La plus petite tient du «tourillons» et fait presque office de contreforts. Elle est située à droite du portail d'entrée, à bossages, d'époque Renaissance. L'accès actuel à la cour fut aménagé au XVIIIe siècle pour les voitures à cheval. De cette époque datent aussi les jardins en terrasses, décrits en 1742 par Saumery pour ses Délices du païs de Liège.

Tout le château pose directement sur le rocher, ce qui évita de constituer une motte ou de creuser des fossés. Il fut bâti en pierre calcaire et son édification remonte aux XIIIe et XIVe siècles. Il y eut assez vite des aménagements sans doute dès la fin du XVe siècle. Et l'un des plus réussis tient dans la mise en place dès ce moment d'une double galerie couverte qui court sur deux niveaux et qui semble avoir été plus longue à l'origine. On l'aurait remplacée en partie pour installer une vraie salle d'armes, signale J.-L. Javaux. Une façade dans la cour a été remontée en briques, sans doute au XVIIIe siècle. Une chapelle privée et une ferme existaient sous le château, vers la zone d'accès. Elles ont été détruites au début du XXe siècle.

Quant à l'histoire de cette demeure prestigieuse, elle est comme souvent en Belgique, peu marquée de faits saillants.

L'histoire de Vêves aurait débuté avec un château construit par Pépin de Herstal (640-714). Il n'en reste rien. A partir du XIIe siècle, le site est lié pour des siècles avec les Beaufort. Wauthier, mort en 1196, est le premier cité. Son parent Théodore, fonda en 1211 l'ordre des Croisiers, installés à Huy, ville dont les Beaufort étaient avoués. Les Beaufort, sires dudit lieu, l'étaient aussi de Fallais, de Spontin et de Goesnes.

Statue miraculeuse

C'est aux Beaufort que l'on doit la construction de la magnifique église Notre-Dame de Foy au début du XVIIe siècle. Une statue miraculeuse avait été découverte dans le tronc d'un chêne planté sur leurs terres. Par le mariage de Marie-Robertine de Beaufort, fille d'Engelbert et d'Isabelle de Jacquier de Rosée, le château passa aux comtes de Liedekerke. L'époux était Jacques-Ignace (1725-1807). Pour perpétuer le nom de cette branche Beaufort qui s'éteignait, ils devinrent Liedekerke Beaufort. Leur fils Hilarion (1762-1841), allait épouser Julie Desandrouin (1769-1836), une des plus riches héritières de Belgique à cette époque. Leur descendance fut propriétaire du domaine jusqu'au don fait par le comte Hadelin, à la Ligue des Amis du Château de Vêves, au milieu du siècle dernier.

Le domaine est classé depuis 1941, de même que le site.

Visites possibles presque toute l'année. En saison, tous les jours de 10 à 18 heures.


SOURCES:
Philippe Farcy, Vêves, une merveille entre ciel et terre, LaLibre.be, Vie de Château 360, 11 août 2006  http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/300446/veves-une-merveille-entre-ciel-et-terre.html
Comte Christian de Liedekerke Beaufort, Une Irlandaise et la Belgique. La marquise de La Tour du Pin (1778-1846), épouse du préfet de la Dyle (1808) puis ministre plénipotentiaire du roi de France à Bruxelles (1814), Le Parchemin, n° 235, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, janvier-février 1985

J.-L. Javaux & D. Finet, Vêves, in L.F. Genicot, Het groot kastelenboek van België, Burchten en Hoevekastelen 1976

Pierre Lambert de Saumery, Les Délices du Pais de Liège ..., chez Everard Kints 1738