FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Aertrycke ou la plénitude du néo-gothique


Kasteel d'Aertrycke - 8820 Torhout



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • S’élevant vers le ciel et la lumière,le fronton armorié répond aux tours d’angle © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels n° 296

  • Aertrycke est un superbe vaisseau inspiré de la France renaissante © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Nom Officiel Kasteel d'Aertrycke
Localisation 8820 Torhout
Construction 1869 à 1874
Style Néogothique français
Architecte Joseph Schadde (1818-1894)
Occupants Hotel d'Aertrycke
Affectation Maison de bouche, centre de congrès et centre culturel
Protection Bien non classé

Dernière mise à jour : 11/01/2013


À Aertrycke, l’œil est toujours aux aguets d’une belle chose

Dans le Houtland et au sein d’un superbe parc de 45 ha dessiné par le célèbre concepteur de jardins Eugène Fuchs, s’élève le magnifique château d’Aertrycke. Le découpage des communes a placé cette résidence de prestige sur l’entité de Torhout et en sa partie de Wijnendaele qui compte donc deux châteaux. Le village de Aartrijke (Aertrycke) est pour sa part situé sur Zedelgem. Il y a de ces bizarreries depuis les fusions des communes qui laissent pantois ! Le château est posé au cœur du parc en léger surplomb. Il domine une pièce d’eau. Sa façade nord est elle aussi refléchie dans un miroir d’eau, plus grand encore que le premier évoqué. La demeure est une des plus belles créations de Joseph Schadde, architecte anversois de grande réputation, chargé des édifices publics de la province d’Anvers; il restaura la cathédrale de la Métropole.


Belles alliances


Le domaine est sorti du néant quand Joseph de Pottere ou Edouard de Potter (selon Paul Arren), propriétaire local acheta la terre en 1825. Entre 1830 et 1841 il se fit construire une résidence de campagne déjà dans le style néo-gothique; il appela sa demeure « d’Aerdenhutte ». En 1865 l’ensemble des biens situés ici fut cédé à Camille-Charles-Auguste (dit Auguste) de Maere d’Aertrycke (1826-1900). Il était fils d’un homme d’affaires orangiste qui prospéra dans le coton en province d’Overijssel en Hollande où il résida de 1832 à 1856 et prénommé Charles-Louis (1802-1885). Celui-ci fut fait baron en 1871. Son épouse était Cécile (des barons) van Remoortere (1802-1883). Auguste de Maere fut l’infatigable promoteur du projet « Bruges port de mer » et un pionnier enthousiaste de la renaissance de la culture flamande. Auguste s’était marié en 1850 avec Coralie Limnander de Zulte (1830-1893). Veuf, il épousa Léonie Heynderickx (1836-1908), fille de Charles-Louis, échevin de Saint-Nicolas et d’Anne-Françoise de Maere. Au décès du baron Auguste (titre de 1896), le domaine d’Aertrycke passa à son neveu Maurice, fils du frère aîné d’Auguste, prénommé Émile. Émile avait d’abord épousé Léonie Grenier, ce qui nous évoque le château de Gavere. Veuf, il convola avec la baronne Laure van Zuylen van Nyevelt du lit desquels est issu Maurice (1864-1941). Ce dernier, uni à sa parente Jeanne Janssens de Bisthoven (1870-1931), eut six enfants. Leur fils aîné, le baron Baudouin (1894-1967) reprit le domaine et convola en justes noces avec la baronne Madeleine d’Huart, née à Etalle en 1893 et retournée à Dieu en 1990 (voir Tintigny). Leur héritier, Xavier reprit le domaine en laissant une part de la gestion à la province de Flandre occidentale. Sur une île, une chapelle rouge et blanche abrite le caveau de la famille des barons de Maere d’Aertrycke.

Architecture animée

Le château qui s’étire sur quatre travées inégales est posé sur un soubassement de jours oblongs en pierre blanche. Il est construit en briques, sauf pour les décors dont les chaînages d’angles, et monte sur deux niveaux sous des toitures diverses couvertes d’ardoises. Latéralement, il se présente comme deux massifs longitudinaux accolés d’inégales longueurs et limités par des pignons à rampants droits. Le château ressemble à quelques prestigieuses demeures du Val de Loire et l’un de ses charmes est issu de la variété de ses motifs décoratifs. On accède à la maison par un large perron menant à une terrasse couverte précédée. Cet ensemble central est en pierre blanche comme à Blankaart. Les panneaux qui surmontent les arcs sont sculptés de motifs végétaux d’une ciselure très nerveuse. Au centre on trouve une paire de baies à croisées limitées par des panneaux sculptés verticaux à motifs de chasse et de pêche, à nouveau comme à Blankaart.

Au-delà la partie centrale se poursuit par une lucarne à deux baies jumelées couronnées par un fronton armorié assorti de pinacles et piqué d’une fleur de lys. Le corps central du bâtiment est limité à droite par une puissante tour carrée animée au deuxième niveau par une loggia. À gauche se trouve une tourelle ajourée en échauguette à pans coupés dont le décor supérieur est une vraie dentelle. Les faces latérales comptent trois travées. Celle donnant vers l’ouest centrée sur un petit escalier est augmentée d’une tour trapue à six pans en hors d’œuvre. Au second niveau s’y trouve la chapelle. La façade arrière s’étire sur quatre travées et se termine au nord par une très haute tour de quatre niveaux sous une toiture en cloche sommée.


SOURCES
Provincie koopt domein d'Aertrycke, Nieuwsblad.be 31 maart 2012 http://www.nieuwsblad.be/article/detail.aspx?articleid=DA3O77LN
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004

Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel VI, Hobonia 1995