FR - NL - EN
ACCUEIL AGENDA CONTACTEZ-NOUS FAQ CONNEXION CHÂTELAINS

Hodbomont, fief des Pinto


Château de Hodbomont - 4910 Theux



Contacter

Catégorie : Informations Business Evénements
Prénom
Nom
E-mail
Téléphone
Veuillez écrire CASTLE dans le champ ci-dessous:

  • Le château de Pinto qui est tout près de Mont-Theux © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Les armes des Pinto © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Nom Officiel Château de Hodbomont
Localisation 4910 Theux
Construction XVIIIe siècle (1779-1781); XIXe siècle
Style Eclectique
Architecte Henri Douha
Occupants Anke Gerkens et Herbert Wingens, antiquaires à Aix-la-Chapelle
Affectation Chambres d'hôtes
Protection

Dernière mise à jour : 06/01/2013


Hodbomont, fief des Pinto


Un peu avant Theux en venant de Liège, se trouve la fameuse côte de Mont-Theux que les cyclistes redoutent. Au pied de celle-ci une petite route prend son départ à gauche. Elle file en jolis lacets à flanc de colline vers Hodbomont et en tournant dans les bocages qui ont des airs normands, la route retrouve Theux via Jevoumont. A Hodbomont se situe un intéressant château-ferme dont l'ensemble fut érigé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le château lui-même fut nettement aménagé dans la seconde partie du XIXe siècle. Cela nous donne un ensemble éclectique où briques et moellons de calcaire et de grès cohabitent avec un certain charme. D'après le volume 12 du patrimoine monumental, la bâtisse ancienne fut érigée sur les plans de l'architecte Henri Douha, célèbre à Verviers sous Charles de Lorraine, comme le furent certains Vivroux.

Douha est l'auteur de la magnifique maison des Biolley située à Verviers sur la place Sommeleville. Quant aux Vivroux, ils constituèrent une passionnante dynastie d'architectes verviétois depuis le début du XVIIIe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle. Une première maison existait à Hodbomont semble-t-il avant que Douha n'y intervienne. Elle était alors dans les mains d'un monsieur de Marteau. Douha travailla ici de 1779 à 1781 pour ce qui était une maison de campagne à qui il donna des lignes sobres et des dimensions plus importantes. Le commanditaire des premiers agrandissements était Edmond Fyon, bourgmestre de Theux, dont le fils fut propriétaire du château démoli de Juslenville (le fameux château Rittweger, construit lui aussi par Douha et retouché par un des Vivroux). Il reste dans ce village de Juslenville situé entre Theux et Pepinster une petite chapelle néogothique dite chapelle Fyon, construite en 1821 par J. Vivroux.

Le château de Hodbomont est construit en U. Sa façade principale est constituée de plusieurs éléments qui regardent vers le parc dont les surfaces herbeuses descendent vers un grand étang et vers un petit ruisseau nommé le Wayot. Les bâtiments de la ferme calent la composition à gauche et sont séparés du terre plein oriental par une paire de beaux piliers en pierre bleue à grilles. Cette disposition des bâtisses impose de nos jours une servitude vers les différents éléments privatifs du site qui est coupé en plusieurs propriétés d'autant que le domaine est situé en cul-de-sac et qu'une seule entrée dessert l'ensemble.



Contre la ferme se trouve en retrait une travée comportant un portail en anse de panier qui servait jadis de garage; on s'en sert de nos jours comme accès aux deux chambres d'hôtes. Une importante clé sculptée fait le lien avec un second niveau caractérisé par une puissante baie aux montants moulurés. Le toît est plat. Puis se distingue le massif principal du logis limité par ses pilastres chaînés situés aux arêtes. Deux travées occupent cette partie de la maison qui monte sur deux niveaux posés sur un soubassement ajouré. Le cordon larmier qui débute contre la ferme se poursuit ici et limite les niveaux. La pierre bleue utilisée pour les décors est la marque de cette maison agrandie par les Simonis. Les encadrements des baies jumelées sont proéminents de même que les boiseries des corniches et pour accentuer le goût médiéval on a décoré la façade avec de fausses archères. Entre ces deux éléments se trouve une dalle armoriée aux armes des comtes de Pinto. En haut, la corniche est brisée par une lucarne passante qui aurait pu être un fronton. La façade orientale en briques se poursuit en profond retrait amoindri toutefois par un jardin d'hiver aménagé par les Pinto vers 1860. Trois travées prennent place derrière les grandes baies vitrées. La toiture comporte un très intéressant clocheton ajouré et de belles lucarnes complètent l'ensemble. Puis la maison se termine par une tour d'angle à trois pans avant de filer au nord vers le flanc de la colline qui vient clore la cour intérieure du château. L'aspect du XVIIIe siècle est plus flagrant ici qu'en façade orientale. Une chapelle a été aménagée dans la partie centrale.

Le château appartint donc aux Fyon, puis il aboutit chez les Ludwig venus d'Aix-la-Chapelle. Les Plomteux suivirent, auxquels succédèrent les Simonis et à travers eux les comtes de Pinto, originaires du Portugal et qui virent une de leurs branches partir vers la Prusse. De là, le comte Charles-Frédéric, né à Potsdam le 22 août 1784 vint s'établir à Verviers en épousant Marie-Elisabeth-Joséphine de Grand Ry, née le 5 janvier 1783. Elle était la fille d'André et de Marie Simonis. Les Pinto, éteints dans les comtes de Kerchove dont certains relevèrent le nom, gardèrent cette propriété dans son intégralité jusqu'en 1937. Elle fut alors vendue avec 30 hectares contre 5,5 millions au docteur Potelle, venu de Houffalize. Il voulait en faire une maison de cure. Le fils du docteur vendit le domaine à un certain Jonas, de Welkenraedt. Enfin, Anke Gerkens et Herbert Wingens, antiquaires d'Aix-la-Chapelle ont repris les destinées de la demeure le 11 décembre 2000. Depuis lors ils se dépensent sans compter pour redonner du lustre à la maison et la faire vivre, notamment par l'aménagement de chambres d'hôtes très courues en été et lors des compétitions automobiles à Francorchamps.



SOURCE:
Philippe Farcy, Hodbomont, fief des Pinto, LaLibre.be, Vie de Château 466, 3 octobre 2008 http://www.lalibre.be/archives/divers/article/450046/hodbomont-fief-des-comtes-de-pinto.html
Le patrimoine monumental de la Belgique, Volume 12, Tome 4, sous la direction de Ghislaine De Bièvre, Ministère de la Communauté Française, Liège/Verviers-arrondissement S-W, Pierre Mardaga 1985