FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Grimbergen kwijnt weg door gebrek aan verbeelding


Prinsenkasteel (van Grimbergen) - 1850 Grimbergen



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Si Farciennes est la honte du Pays noir, Grimbergen est la honte du Brabant. Se moquer d’un lieu aussi chargé d’Histoire tient du scandale. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Prinsenkasteel (van Grimbergen)
Ligging 1850 Grimbergen
Bouw Van de XVe tot de XIXe eeuw
Stijl Traditioneel
Architect
Huidige bewoners Gemeente Grimbergen
Toewijzing Onbewoond en niet in gebruik
Bescherming Beschermd op 9 juli 1980

Laatste update : 05/01/2013


Le château, classé, appartient à la commune qui n’en fait rien depuis des lustres.

Voici ce qu’il reste d’un des plus beaux domaines du duché de Brabant : Grimbergen. La commune en compte trois autres : Charleroy, Vorst dit aussi « Robiano » et celui des célèbres barons d’Oyembrugge, famille native de ce village.


Fief des Berthout

L’histoire de Grimbergen remonte à la nuit des temps quand les Berthout, vassaux du duc de Brabant, rivalisaient de puissance avec leur suzerain. Cela nous place entre les Xe et XIIIe siècles. Cette famille est celle qui fonda l’une des plus belles abbayes de notre royaume, porteuse du nom de la présente localité. En 1197, les propriétés des Berthout qui possédaient des dizaines de villages et des milliers d’hectares dans les environs de Malines, furent séparées en deux pour Gérard III (mort le 12 novembre 1225 à Rumst) et Arnoud. Grimbergen allait se trouver au centre d’un nombre incalculables de conflits, détruit, reconstruit sans cesse, passant de famille en famille sans se vendre. De Gérard III, seigneur de Grimbergen et de Ninove, et qui eut deux filles, héritèrent les Perwez. Alice épousa Godefroid de Perwez et Agnès, dame de Dongelberg (en partie) se maria avec Enguerrand de Perwez. Une fille Perwez allait épouser le comte Philippe de Vianden, seigneur d’Hoboken et d’Ekeren.


Alliances royales

Toujours par descendance, le bien entra en possession du petit-fils d’Aleyde de Vianden, Jean comte de Nassau à la fin du XIVe siècle. Un siècle se passa encore dans les conflits puis arriva Henri, comte de Nassau et de Vianden, futur époux de Claude de Châlon, princesse d’Orange. Il mourra en 1538. Son fils René le suivit comme seigneur du lieu. Mort jeune en 1544, il laissa Grimberghen à son cousin Guillaume le Taciturne (Robiano) qui, trop jeune pour relever le fief, fit signer l’acte par Jean, comte de Merode, seigneur de Westerloo et de Gheel. Le XVIe siècle fut encore l’objet de destructions et de pillages par la soldatesque. Le fils du Taciturne, Philippe-Guillaume, comte de Buren, seigneur de Diest, épousa Eléonore de Bourbon, fille du prince de Condé. Il mourut sans hoir en 1618. Maurice de Nassau, stadhouder de Hollande, hérita de Grimbergen. Confisqué en 1621 pour cause politique, le domaine passa à son cousin Jean de Nassau-Vianden, seigneur de Dietz.


Aux Nassau

Après la paix de Munster qui déclara Grimbergen aux mains des héritiers du Taciturne, le château fut la proie de conflits juridiques entre cousins, dont le roi Guillaume III d’Angleterre et le roi de Prusse Frédéric Ier. Le 23 août 1706, la seigneurie était relevée par Amélie de Nassau, duchesse de Saxe, pour son fils Jean de Nassau, futur époux de Marie-Louise de Hesse.

Le fils de ces derniers, Guillaume-Friso épousa Anne d’Angleterre et céda la baronnie de Grimbergen à Maximilienne d’Ongnies, comtesse de Coupigny, dame de Pamele, baronne de Blaesveldt, princesse de Bergues qui en possédait la moitié, parce que héritière de l’autre branche des Berthout, issue de Arnoud, précité. L’oncle de Maximilienne n’était autre que le prince-évêque de Liège Georges-Louis de Bergues, en fonction de 1724 à 1743. Maximilienne héritait de sa tante, Marie-Honorine épouse du comte Louis-Joseph d’Albert de Luynes. Sous les Luynes, le parc d’une extraordinaire beauté fut gravé. En 1753, Madame s’unit à son cousin Ferdinand de Croÿ, mais ils s’en allèrent sans enfant. Le bien passa au cousin de Maximilienne, Othon-Henri d’Ongnies, comte de Mastaing, par sa mère née Jauche de Mastaing (Kruishoutem) et de Mersicourt, vicomte de Castiau. Petit-fils Merode, marié à une Merode, il vit sa fille unique épouser un Merode, Guillaume, prince de Rubempré et d’Everberg, marquis de Westerloo. Ces derniers gardèrent Grimbergen en le soignant aux petits oignons jusqu’à l’incendie de septembre 1944 qui mit fin à la viabilité du château mais jamais à sa gloire. Hérité par Jeanne de Merode (édificatrice du château neuf de Westerlo), Grimbergen fut recueilli par les comtes de Hemricourt de Grunne (Beersel), dont Colette, propriétaire de Horst. Les Grunne auraient alors donné le site à la commune. D’après Georges Martin en 1999, le domaine en ruine fut repris par Charles de Merode (1887-1977). Sa veuve, Marguerite de Laguiche, fille du marquis Pierre et de S.A.S. la princesse Alix d’Arenberg, vendit le domaine à la commune en 1978.


Cour rectangulaire

Le château est posé sur une île. Il est organisé autour d’une cour rectangulaire jadis en U mais tout le corps droit composé de quatre éléments plus la chapelle a disparu. Il reste l’aile gauche et ses deux tours. La première, irrégulière est animée d’un pont levis à crémaillières. Une aile de quatre travées mène aux restes d’une tour circulaire qui se délite. Le surplus est indescriptible. Grimbergen est en pire le Havré des Flamands. Voilà une misère à faire honte.



Visite extérieure possible dans un parc public sans reflet et mal tenu.


SOURCES
:
Comte Baudouin d’Ursel, Berghes 1686, Le Parchemin, 73e année, n° 375, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, mai-juin 2008
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004 
Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel I,  Hobonia 1985