FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Het bejaardentehuis van Ampsin wacht op betere tijden


Château d'Ampsin - 4540 Ampsin (Amay)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Ampsin aura connu bien des destinées depuis le XVIIe siècle. Sa réaffectation est à l’étude. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Château d'Ampsin
Ligging 4540 Ampsin (Amay)
Bouw Van de 17de (1655 en 1666) tot de 20ste eeuw
Stijl Traditioneel uit de Maasstreek
Architect
Huidige bewoners Office National de l'Habitat et de l'Urbanisme a.s.b.l. (ONHU)
Toewijzing
Bescherming Niet beschermd goed

Laatste update : 06/01/2013


L’ancienne résidence des Woot de Trixhe et des Dumont attend des jours meilleurs


Le domaine est inscrit dans une petite vallée où ruissellent, dans le parc en terrasses, les flots de la Bende à une demi-lieue de la Meuse et contre une carrière appartenant à la firme Dumont-Wautier (Groupe Lhoist-Bénélux s.a.). La demeure était anciennement entourée de douves. Elle est attenante à une vaste ferme. Vu depuis le parc, l’ensemble est pour le moins peu homogène mais il ne manque pas de charme. On remarque d’entrée la tour carrée en moellons de calcaire; elle est en léger ressaut et date au moins du XVIIe siècle. Elle monte sur trois niveaux sous une toiture en pavillon à quatre pans terminée par une jolie flèche que tient un clocheton ajouré en bois. La tour est enserrée entre deux ailes de briques et de pierre bleue pour les décors des baies, des chaînages d’angle et pour le soubassement. À gauche, on ne compte qu’une travée dans l’alignement. En retrait, l’aile se poursuit en moellons de grès par trois travées centrées sur un ancien passage couvert. Il était précédé d’un pont en bois. Toujours plus à gauche, prend place l’ancienne grange de quatre niveaux sous une toiture à croupettes. Elle servait au XIXe siècle de distillerie et de moulin dont la roue était actionnée par la Bende. À droite de la tour, on compte deux travées puis l’aile se poursuit au sud par cinq travées toutes identiques. Les baies sont bombées à clés et leurs appuis sont enjolivés par de petits dés. Au centre du corps de logis, prend place une porte d’entrée.



Pierres armoriées


L’entrée principale est toutefois située dans la tour côté ouest. Les montants de la porte placés sous un fronton triangulaire, proviennent de Seraing-le-Château. Le tout est sommé d’une pierre armoriée aux blasons de Servais Woot de Trixhe et de son épouse Laurence Bauvin (ou Bauwin ou Bawin). La pierre est datée de 1655, soit deux ans après l’achat opéré par Servais Woot. À en croire Léon Dumont, ce passage date de 1952. Il fut ménagé par Jules Dumont pour faciliter l’accès des salons vers le parc. La pierre provient de l’ancienne entrée postée à droite de la tour, là où se trouvait un pont de bois précédant un arc en plein cintre. L’aile sud est prolongée depuis le début du XXe siècle par un vaisseau d’un seul niveau divisé en cinq travées. Les travées sont caractérisées par de trop grandes lucarnes passantes en bâtière. Cette suite faisait partie sans doute des étables donnant sur la cour. L’aile se termine par un massif de deux niveaux posés sur un haut soubassement de grès sous une toiture en bâtière à coyaux. On compte ici quatre travées et des chaînages d’angles irréguliers. L’alignement à rue vers l’est conserve son aspect du XVIIe siècle. Il s’agit de l’entrée principale de la ferme. Elle est centrée sur une tour porche dont l’arc est animé de refends. La partie haute présente les souvenirs des glissières d’un ancien pont-levis. On y retrouve une pierre armoriée comme la précédente; elle est datée de 1656.


Une foule de gens


En ce qui concerne les gens passés en ces lieux peu bousculés par l’histoire, les sources anciennes reprises par Léon Dumont citent Gilles de Berlaymont de Floyon, seigneur de Haultepenne et de Kermt. Il défuncta en octobre 1468, sans doute dans le flot des 600 Franchimontois. Le 12 avril 1540, on effectua le partage des biens de Jean de Haultepenne. La terre qui nous occupe comptait dix hectares. Elle resta dans la descendance jusqu’en 1653 quand elle fut vendue par un Jamblinne à Servais Woot de Trixhe, châtelain de Sart (Amay). Avec sa Laurence bien-aimée, il aura dix enfants. Leur fils Jérôme en hérita. Il fut receveur général des domaines en Flandre pour le roi d’Espagne. Il sera fait chevalier.
 
Le bien resta aux Woot de Trixhe puis passa par alliances aux Charlier puis aux Halloy via des héritières uniques. Léocadie Halloy épousa Désiré de Rochelée décédé en 1867. Madame convola à nouveau avec le baron Louis de Villenfagne d’Ingihoul. Elle retournera au Père en 1897 et sa famille vendra le domaine aux enchères. Les Laminne à travers la société anonyme Louis de Laminne (1789-1858), – dates du fondateur de l’affaire spécialisée dans l’extraction d’alun – en profitèrent et firent de la grange au nord une salle de fêtes et de cinéma. En 1924, les Laminne cédèrent le bien à la société Dumont-Wautier créée par les enfants d’Hippolyte Dumont. Léon Dumont, auteur d’une plaquette sur l’histoire des lieux est le petit-fils d’Hippolyte. La société Dumont-Wautier vendra le domaine en 1984; il devint alors une seniorie dirigée actuellement par M. et Mme Servais. La seigneurie s’est vue retirer sa licence à la fin de mars 2004 et a fermé le 31 mai 2004. Des projets d’appartements ou d’hôtels sont en cours, mais le bourgmestre, le ministre Robert Collignon, attendait toujours les dossiers de réaffectation en août 2004.




Le château se voit partiellement de la rue.


SOURCES:
La Seigneurie d'Ampsin en quête d'avenir, LaLibre.be 31 juillet 2007  http://www.lalibre.be/actu/gazette-de-liege/article/362181/la-seigneurie-d-ampsin-en-quete-d-avenir.html
L'ONHU s'installe à la Seigneurie d'Ampsin, La Meuse, 5 mars 2005
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 3, Editions Aparté, novembre 2004