FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Sint-Michiel of la dolce vita


Sint-Michielskasteel - 2860 Sint-Katelijne-Waver



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Un château et un site pleins de charmes. © Philippe Farcy



Officieel Naam Sint-Michielskasteel
Ligging 2860 Sint-Katelijne-Waver
Bouw Rond 1800
Stijl Neoklassiek
Architect
Huidige bewoners Gemeente Sint-Katelijne-Waver
Toewijzing Kantoren en feestzalen voor culturele activiteiten
Bescherming Kasteel en park beschermd op 13 april 1981

Laatste update : 05/01/2013


Au cœur de la petite cité de Wavre-Sainte-Catherine, commune au demeurant immense, le domaine du château Saint-Michel est un havre de paix et une réserve de nature pour les banlieusards qui naviguent au gré des flots routiers et ferroviaires entre Anvers, Malines et Bruxelles. La périphérie de Malines où nous sommes est terriblement construite. Avoir conservé un parc de près de cinq hectares dans cette zone tient du miracle. La commune a acheté ce domaine en 1971. Elle le loue ou le prête – la Croix Rouge y possède une antenne – pour des fêtes municipales ou privées et pour des événements culturels. Les renseignements sur l’histoire de cette petite propriété sont maigres. Entre 1943 et 1945, elle était aux mains de l’industriel malinois Louis de Roeck et son épouse née Marguerite Lombaert. Les plans de Popp et Vandermaelen signalent la présence d’une maison en équerre en 1835. Il s’agissait sans doute déjà des écuries et des communs qui se font face afin de créer une cour d’honneur à laquelle on arrive entre une haie de châtaigniers et après avoir passé une grille qui semble dater des années 1830-1850. La seule indication historique visible est celle d’un blason posé avec discrétion et modestie vers le parc alors que tant de maisons les arborent sur la façade d’accès. Ces armes sont celles de la famille des barons van Ypersele de Strihou.

Comme le dit Wauters dans sa description du village en 1855, on trouve ici de jolies villas. Saint-Michel en est une au regard des grandes demeures historiques et plus encore pour un auteur du milieu du XIXe siècle. L’édifice de goût français se limite à huit travées et il monte sur deux niveaux dégressifs posés sur un soubassement de caves ajouré. La toiture d’ardoises est en bâtière. Elle est fleurie d’un fronton pignon à œil-de-bœuf ovale à petits-bois. Ce fronton est soutenu par une paire de pilastres qui isolent les trois travées centrales. Au rez, on accède à la maison par un perron précédé de dix degrés en pierre bleue. La porte d’entrée est limitée par deux pilastres qui soutiennent un entablement. La porte à double vantail est couronnée par une baie d’imposte à petits-bois rayonnants. Aux extrémités, le bâtiment est bordé par deux pavillons d’un seul niveau et d’une seule travée, à toit plat, précédé par un garde-corps à balustres. Latéralement, on compte deux travées. À l’arrière, la façade est organisée autour d’un avant-corps très proéminent de deux travées de profondeur dont les niveaux sont nettement limités par des cordons larmiers et un bandeau plat. Le pignon de cette avancée est composé de trois baies au rez et d’une porte-fenêtre en haut. Les travées latérales du second niveau sont aveugles et animées de deux oculi obturés, à clé et guirlande. Au sommet, se trouve un fronton à œil-de-bœuf. Entre les deux éléments finaux, on aperçoit le blason des van Ypersele de Strihou.
 

Visites possibles. Le château se voit parfaitement de la rue.



SOURCES
:
Philippe Farcy