FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Acoz: van oude brouwerij tot kasteel


La Brasserie - 6280 Acoz (Gerpinnes)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Cette ancienne maison de brasseur est devenue un château pour personnes âgées. © Philippe Farcy



Officieel Naam La Brasserie
Ligging 6280 Acoz (Gerpinnes)
Bouw 1880
Stijl Neoklassiek
Architect
Huidige bewoners L'Hostellerie du Grand Âge
Toewijzing Verpleeghuis
Bescherming Niet beschermd goed

Laatste update : 03/01/2013


C’est sans doute aux Noël-Demerbe que l’on doit l’édification de cette demeure venue s’appuyer sur un site industriel qui n’était pas celui des laminoirs, postés sur la rive droite de la Hanzinne.


Ici il s’agissait d’une brasserie. Cette entreprise est déjà citée en 1855. En 1859, Eugène de Dorlodot s’en défit en faveur des époux Noël-Demerbe qui constituèrent alors la s.a. des Brasserie et Moulin à Vapeur d’Acoz. Le couple fit édifier le château actuel avec un foisonnement de décors intérieurs ce qui leur coûta une fortune; on parle de 100 000 francs, ce qui paraît déraisonnable. En tous cas, les Noël semblent avoir mené un train de vie supérieur à leurs capacités car ils finirent par plier bagages, poussés hors d’Acoz par une faillite malheureuse. Léon de Dorlodot racheta ce qui appartenait à son père, le château en plus. De 1893 à 1914, l’endroit devint résidence du régisseur, Jean-Baptiste Joachim. Cette partie ancienne du domaine de Lausprelle fut laissée, dans le partage au décès de Léon, à sa fille Wilhelmine. Celle-ci se sépara de son bien avec un terrain de treize hectares, en 1985 en faveur de Christian Godeau, citoyen français originaire de Lisieux. Ce dernier avait fait un passage éclair au château de Hourpes où Sébastien Di Luciano, actuel propriétaire s’est réinstallé au printemps 2005.

Classicisme à la française


Le château est de plan massé et presque carré. Il comporte trois travées par côté et monte sur trois niveaux inégaux. La maison est construite en briques et pierre bleue. Elle pose sur un épais soubassement de pierre bleue qui amortit la déclivité du sol. Des refends garnissent les arêtes du premier niveau vers la rue. Les toitures couvertes d’ardoises sont mansardées et animées de trois lucarnes par côté. L’entrée s’effectue par la face ouest donnant vers les trois bâtiments industriels. La porte est précédée par un escalier en demi-lune. Des bandeaux larmiers et plats – sous les baies et sous la lignée de trous de boulins – divisent l’élévation. La demeure est prolongée vers le sud par un bâtiment annexe de deux niveaux. Sur la façade est, se trouve la tourelle d’escalier octogonale dont les angles sont chaînés sur la totalité de la hauteur. Chaque niveau est séparé par un bandeau larmier.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 4, Editions Aparté, novembre 2005.