FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Viola Cornuta, een paradijs op aarde


Viola Cornuta - 1180 Ukkel (Brussel)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • © Philippe Farcy fin juillet 2009.

  • Cette vue très concentrée montre bien le rythme donné à l’édifice par le jeu des volumes, la diversité des matériaux et la juxtaposition des styles. © Philippe Farcy

  • Le retour à la vie de la Viola Cornuta tient du miracle. La demeure est parfois illuminée comme dans un conte de fées. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy fin juillet 2009.



Officieel Naam Viola Cornuta
Ligging 1180 Ukkel (Brussel)
Bouw 1910
Stijl Eclectisch
Architect Jean Joseph Caluwaers (Hingene, 23 juni 1863 - Brussel, 24 maart 1948)
Huidige bewoners David Lloyd Uccle
Toewijzing Sport- en ontspanningscentrum
Bescherming Niet beschermd

Laatste update : 24/03/2012


Uccle a récemment retrouvé un brin de splendeur par la renaissance d’une fleur.
Le nom de cette maison est celui d’un lys mauve pour un bouquet de charmes.


Dans le quartier du Prince d’Orange à Uccle, les châteaux ne manquent pas. Celui de la Viola Cornuta est encore debout par miracle après un violent incendie qui le frappa en 1998. Il aurait pu être détruit et remplacé comme tant d’autres châteaux de cette commune par des rangées de buildings distingués et chers comme poivre. Il n’en fut rien et le cadre a été préservé grâce à l’achat des « ruines » par la firme britannique Whitbread, anciennement dans la bière, et versée de nos jours dans l’hôtellerie, la restauration et les loisirs. Depuis novembre 2004, le château a été transformé en club-house d’un centre sportif et de détente, immense, magnifique et élégant où l’on compte onze tennis, deux piscines, des salles de sports en tous genres et des espaces beauté pour les dames. Le site est membre de la chaîne internationale David Lloyd Leisure.


Affaire d’entrepreneurs


L’histoire de ce terrain de plus de cinq hectares débute dans l’ère moderne en 1907. C’est un petit morceau de la forêt de Soignes que l’on mangea sans doute pour y loger de futurs propriétaires très bien dans leurs papiers. En 1907 donc, Ernest-Henri Wouters fait démolir deux villas pour constituer un terrain convenable et construire un château. Monsieur est entrepreneur. En 1910, les plans furent signés par Jean Joseph Caluwaers (Hingene, 23 juin 1863 – Bruxelles, 24 mars 1948). De ce personnage, on connaît quelques œuvres marquées du sceau de l’éclectisme et du style Beaux-Arts, grâce à Marcel Celis. Élève dès 1887 de l’académie de Bruxelles où il reçut l’enseignement d’Ernest Acker (1852-1912), il entrera dans l’atelier d’Henri Beyaert en 1890 avant d’intégrer l’équipe de Paul Hankar en 1893. On doit à Caluwaers l’athénée d’Ostende en style néo-classique (1899), puis la sacristie de la cathédrale de Bruxelles (1905-1908) en style néogothique et l’église d’Hingene en 1906. Il construisit plusieurs châteaux et des maisons de maître comme celle du peintre M. Charles, rue Jordaens à Bruxelles.

Industriel néerlandais


Alors que le château n’était pas encore achevé, son commanditaire le vendit à son parent Henri-Charles Wouters, lui aussi entrepreneur ucclois. Mais la guerre sans doute bouleversa les destinées et dès 1920, le domaine entra dans les mains de Victor-Ernest Dinan, banquier de son état. Objet de convoitise, le site sera cédé un an plus tard à Hugo Stokvis, industriel néerlandais. En 1939, ce dernier quitta la Belgique de crainte de voir arriver les troupes germaniques. Il fit bien et laissa la gestion du domaine à son jardinier André Donnez. En 1940, les Allemands s’installèrent ici, suivis en 1944 par les Anglais. Dès la paix revenue, la famille Stokvis revint s’installer dans ses murs pour quelques mois seulement car en 1950, le lot fut vendu aux Assurances Générales (aujourd'hui, AG Insurance) qui en firent un centre de repos et de sports pour son personnel. En 1997, les AG vendirent leur bien à Stéphan Jourdain, en ce compris trois maisons et des dépendances modernes construites pour diverses formations.

M. Jourdain voulut installer dans le château, à travers la Financière de Lorraine constituée à l’origine à parité avec Patrice le Hodey, un club sélect pour hommes d’affaires. Pour 3ha 50a, il fut payé aux AG 60 millions de francs belges. Les trois maisons et le centre de formation furent illico revendus pour 54 millions. Le château et ses 3ha 10a ne coûtaient plus que 6 millions... À peine restauré, le château brûla 1er avril 1998 depuis les combles. L’inauguration du Cercle de Lorraine eut lieu quand même le 23 avril suivant mais dans l’autre château de M. Jourdain, au Château Fond'Roy à Uccle. C’était l’ancienne demeure du président Mobutu. La Viola Cornuta resta abandonnée de longs mois avant que les Anglais associés avec S. Jourdain, qui a revendu ses parts en septembre 2004, n’intervinssent et ne sauvassent les murs de briques et de pierre blanche pour faire de ce lieu un coin de paradis.

Mélanges renaissants et Louis XIII


Le château est en plan massé composé de plusieurs éléments imbriqués. Il comporte une tour d’angle, un bow-window et un avant-corps pour recevoir une terrasse vers le sud, juste à côté de la grande verrière menant du hall central vers l’étage. Le château monte sur deux niveaux sous une belle toiture en bâtière couverte d’ardoises et piquée de quelques lucarnes de formes diverses; elles reposent sur une large corniche à modillons.
Les baies et les décors de pierres montrent les différentes sources d’inspiration de l’architecte qui papillonna entre le style néo-Renaissance et le style Louis XIII. Les arêtes des différents éléments de la bâtisse sont limitées par des chaînages d’angles et des pilastres à refends.


SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 4, Editions Aparté, novembre 2005