FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Le Saulchoy, een allegaartje van prestigewoningen


Château du Saulchoy - 7060 Soignies



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Château du Saulchoy
Ligging 7060 Soignies
Bouw 1958 tot 1984
Stijl Eclectisch; neorenaissance
Architect Raymond Thirionet; aannemer: Georges Morleghem
Huidige bewoners Château du Saulchoy (Immo Saulchoy s.a.)
Toewijzing Zaalhuur voor evenementen
Bescherming Niet beschermd

Laatste update : 04/12/2012


Le Saulchoy a été édifié par Raymond Thirionet, maroquinier, né dans une famille namuroise. Les Thirionet sont originaires de Trèves. Ceux du Saulchoy sont arrivés ici en 1957. Avant eux, les biens étaient aux mains des Parthon de Von. Ces derniers vivaient au XIXe siècle au château du Cornet. Nous trouvâmes, pour évoquer le Saulchoy, Berthe Parthon de Von, née en 1929 quelques semaines après la mort en mer de sa sœur aînée, elle aussi prénommée Berthe, née en 1906. Elles avaient une sœur Suzanne et un frère, le chevalier Etienne Parthon de Von, né à Tournai en 1916 et marié en 1962 à Françoise de Bonnières. Il décéda en France en 1989, nous disait son fils, le chevalier François Parthon de Von installé en Charente avec son épouse Sophie Béchet de la Peschardière. D’après Berthe Parthon de Von, « notre famille est originaire de Châteauroux. Nous avions aussi la ferme du Fays à Beclers, près de Tournai où mon frère Etienne s’installa après la guerre ». Du temps de leurs parents, à savoir Édouard (dit Émile) Parthon de Von (1881-1945) et Amélie de Coopman Yoldi – les comtes de Yoldi donnèrent des ministres au roi du Danemark, raconte François Parthon –, le Saulchoy était une très belle ferme.

Son nom actuel est récent et issu d’une petite rivière qui coule derrière le parc et nommée le Saussois. La ferme a disparu il y a plusieurs décennies dans un incendie.

L’accès au château du Saulchoy s’effectue par une allée qui contourne une petite plaine où surgit un magnifique platane. Puis apparaît la demeure, oblongue. Le Saulchoy présente la particularité d’avoir été édifié à partir de matériaux anciens récupérés sur des chantiers de démolition. Il en fut ainsi du château de Seraing-le-Château près de Liège. De là proviennent diverses pierres dont un superbe médaillon armorié (Radzitzky-Laminne) et des ferronneries de toiture. Monsieur Thirionet alla acheter des éléments à l’ancien hôtel de Cartier à Marchienne et en trouver d’autres sur la place du Millénaire à Soignies. Puis dans une sucrerie du Brabant, il trouva 50 000 tuiles.

Le parc est assorti d’une baignoire dite des Lépreux, d’une chaire de vérité néogothique et d’une très intéressante fontaine éclectique. Le château fut donc construit en fonction des éléments découverts. Le budget fut de 3,5 millions d’anciens francs. Le château est essentiellement construit en briques et pierre bleue. Le corps de logis à chaînages d’angle et fenêtres à croisées est constitué d’un vaisseau de cinq travées. Les deux travées intérieures sont occupées par un avant-corps rectangulaire posant sur un soubassement de pierre bleue non réglées dont le pignon est orné des armes Thirionet. Plus à l’est, on trouve un donjon lui aussi de deux niveaux animé d’une frise d’arcatures à arcs brisés sous la corniche. 


SOURCES:
Philippe Farcy