FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

De voormalige commanderij van Longpré: een waar kinderparadijs


Château du Temple - 4520 Wanze



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Vu depuis le jardin, le château est animé de diverses tours et tourelles. Précédé d’une belle terrasse,le paysage descend vers un ruisseau © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Un porche dissimule aux regards la cour de ferme de l’ancienne commanderie © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Les armes Le Tonnelier de Breteuil © Philippe Farcy



Officieel Naam Château du Temple
Ligging 4520 Wanze
Bouw 1764-1772
Stijl Klassiek
Architect
Huidige bewoners
Toewijzing Privéwoning
Bescherming Niet beschermd

Laatste update : 06/01/2013


Un domaine maltais dans la riche Hesbaye.


Le petit château de Longpré ouvre ses portes aux enfants de la vallée de la Fosseroule. Ce sont de preux chevaliers armés de leurs épées de plastique et de leurs cottes de mailles. À travers champs et bois, ils braillent. Au loin, ils semblent fixer de leurs regards impétueux le vieux donjon de Moha. Mais Moha en vit d’autres. Et moi, armé d’une seule plume, enchanté de voir ces petites canailles rentrer épuisées mais pas assez (les combats reprennent autour des canapés convertis en place fortifiée), je note les faits d’une histoire malconnue que me conte leur mère, maîtresse d’une maison dont la gloire ne fut pas éphémère. Celle-ci brilla dès l’analyse que fit de l’Ordre des Templiers le baron de Chestret de Haneffe en 1901. M. Daillez, dans un livre lui aussi consacré aux Templiers, révèle l’existence d’une commanderie avant 1313; celle-ci comptait 70 bonniers.



Style traditionnel

Longpré est en réalité une ferme-château. L’aile centrale de la bâtisse oppose briques et pierre bleue finement taillée dans un style liégeois Louis XV traditionnel. Un haut soubassement de calcaire donne de la légèreté à l’ensemble qui se prolonge au nord par les trois travées constituant le pignon de l’aile des remises. Par contre, les ailes en équerre de cette maison en U sont uniformément érigées en moellons de calcaire. Les deux niveaux inégaux des ailes sont couverts par une toiture d’ardoises d’où émergent quelques lucarnes, posées sur une corniche à modillons. Deux portails relient la partie castrale à l’aile de l’ancienne ferme, elle aussi édifiée en moellons de calcaire. Cette partie est construite en long, malgré un axe brisé. La toiture est couverte de tuiles et les baies possèdent des linteaux droits. La basse-cour et la haute-cour, pavées, ne sont séparées que par un muret où prend place une belle pompe à eau.



Tour à pans coupés

Sur le parc, le château proprement dit s’étire entre deux tours semi-circulaires engagées percées de meurtrières sur six travées en ce compris celle qui se trouve au milieu de la tour centrale. Celle-ci se divise en cinq pans coupés dont les angles sont chaînés. Cette tour est terminée par une toiture en poivrière à six pans, comme les deux autres tours. La porte d’entrée est sommée d’une pierre armoriée posée au-delà d’une belle baie d’imposte à clé passante. On retrouve cette clé passante à chacune des baies dont les arcs sont surbaissés. Une petite chapelle avait été installée en ces lieux en 1763. Les trois dalles armoriées et datées portent l’écu du commandeur François-Laure Le Tonnelier de Breteuil, frère du baron Louis-Auguste de Breteuil qui succédera à Necker comme ministre de Louis XVI. Ce commandeur siégeait principalement à Villers-le-Temple, près de Nandrin.



Histoire récente clairsemée

Du point de vue historique, Longpré, possession des Templiers passa au XIVe siècle aux Hospitaliers de Jérusalem devenus chevaliers de Rhodes puis de Malte. Les Maltais y restèrent jusqu’en 1792. On sait que le 28 mars 1707, Jean-François de Belhoste, seigneur d’Hassonville apparaît comme receveur général de la Commanderie de Villers dans un acte du notaire Froidebize. Le 22 novembre 1797, le bien était vendu publiquement. À qui ? Mystère. Jusqu’en 1931, on ne sait rien de ce que fut l’histoire de l’édifice. À cette date, le château-ferme est repris et restauré par le comte Renaud de Briey (1880-1960), fils de Louis et de Louise Kervyn de Lettenhove (fille de Joseph, ce qui nous rapporte au château Cateline). Le comte Renaud de Briey était intendant de la Liste civile du Roi. Il avait épousé en 1908 la comtesse Anne d’Ursel, fille de Charles, gouverneur du Hainaut puis de Flandre occidentale et de Geneviève Le Roux. Les Briey vendirent Longpré après la Seconde Guerre mondiale.



On ne visite pas.



SOURCES:
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003 
Laurent Daillez, Les Templiers, Perrin 2003
Baron de Chestret de Haneffe, L’ordre du Temple dans l’ancien diocèse de Liège ou la Belgique orientale, Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, tome 70, 1901, pp. 297-348, Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique