FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Kamperen in Oteppe


Château d'Oteppe - 4210 Oteppe (Burdinne)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Le château accroché à la colline vieillit un peu. Les terrasses ont été perverties par l’usage public mais le château a conservé sa prestance. Le site est toujours remarquable. © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Le pavillon d’entrée d’Oteppe annonce une belle propriété. © Philippe Farcy



Officieel Naam Château d'Oteppe
Ligging 4210 Oteppe (Burdinne)
Bouw XVIIe en XVIIIe eeuw
Stijl
Architect
Huidige bewoners L'Hirondelle (Campings FranceLoc)
Toewijzing Hotel-restaurant & hoofdkantoor van een camping
Bescherming Niet beschermd

Laatste update : 23/07/2013


Un des plus beaux domaines de la vallée de la Mehaigne est devenu un camping.


Dans la charmante vallée de la Burdinale, protégée comme site ornithologique, le château-ferme d’Oteppe est le fruit de la volonté d’une vieille famille locale, les Lochon. On les trouve à Lamontzée dès le XIVe siècle où ils forment une branche de la famille Wayaulx. Ils furent écuyers et obtinrent au XVIIIe siècle le titre de baron de Lochon; ils étaient déjà seigneurs de Beauraing-sur-Mehaigne, Avin et Autrive, petits villages des environs. La maison actuelle, en forme de U, date des XVIIe et XVIIIe siècles. Le domaine compte encore 65 hectares dont la plupart s’étendent au sommet de la colline vers Vissoul, alors que le château est plutôt placé au début de la pente. Il jouit d’une vue très dégagée menant vers le château de Marneffe.



Tour carrée

Sur la façade sud, longue de sept travées et s’élevant sur trois niveaux, se trouve au centre du fronton un double blason Lochon; il est daté de 1616. 1616 est un moment possible pour une première époque de construction. Le corps de logis est précédé par une tour en carré grimpant sur quatre niveaux. Les trois premiers sont constitués de moellons de calcaire, percés de baies modernisées. Suit un niveau en brique aux angles chaînés, sous une large corniche qui devance une toiture à six pans joliment sommée d’un clocheton hexagonal couronné par une toiture en poivrière qu’animent de superbes épis. La maison est protégée par une toiture en bâtière à coyaux, garnie de trois cheminées et de quatre lucarnes. La terrasse sert de restaurant. Elle repose sur huit arches. Le parement cimenté dissimule de plus en plus mal les briques et les colonnes métalliques. La maison est par ailleurs prolongée par le corps de ferme dont on ne voit sous cet angle que la toiture. Le reste est gâté par une construction en béton parfaitement indigeste.



Passage couvert


Les bâtiments donnant vers la colline, au nord, sont accessibles par un passage ouvert dans l’aile est-ouest. Les bâtiments résidentiels de ce flanc ne montent que sur deux niveaux posés sur un fin soubassement de calcaire. Le deuxième niveau de l’aile est-ouest comporte cinq travées ouvrant par des baies à croisées. Il y en a sept dans le corps principal, si l’on tient compte des ouvertures ménagées dans l’avancée du XVIIIe siècle de la travée centrale à pans coupés et placée en ressaut. Les baies sont aussi à croisées. Un fronton est animé des armes Lochon et quatre lucarnes égaient cette partie de l’édifice qui se poursuit à l’est vers le corps de ferme à travers une adjonction du XIXe siècle, tout en moellons de calcaire. On y voit une petite tour carrée. À l’extrémité de l’aile de ferme se trouve une belle grille d’accès menant vers l’église du village. Une petite tour ronde engagée et en briques clôt l’élévation sud. De l’autre côté de la grille, une haute tour ronde engagée au joli toit hexagonal précède un long corps de ferme du XVIIe siècle, jadis en V. La cour du château bénéficie en outre d’une très belle tour esseulée, en moellons de calcaire et de briques sous une toiture en poivrière.



Lochon et compagnie


Les Lochon furent maîtres d’Oteppe jusqu’en 1768 quand mourut Jean-François-Louis (1700-1768), époux de dame Marie-Catherine Lemaire. Elle mourra en 1817 après avoir convolé dès 1770 avec Pierre-Louis de Monin de Rendeux (+1779). Veuve à nouveau, sans hoir, Madame laissa son bien à sa soeur Anne-Marie, épouse de Pierre-Joseph Decerf. Les Decerf, d’une vieille famille d’Olne, furent châtelains d’Oteppe jusqu’en 1938 au décès du dernier de cette branche, Charles. Celui-ci épousa Laure Preud’homme dont les parents, qui refusèrent le mariage obligeant l’amant à enlever sa belle, possédaient le château de Fallais. Les héritiers vendirent au comte Philippe d’Oultremont (1879-1959). Le domaine qui comptait plus de 120 ha, fut partiellement cédé dès 1962, et avant la disparition de la comtesse Philippe, née Juliette Le Bègue de Germiny (1888-1965) (Froyennes), à W. Martens, fondateur d’un immense camping nommé L’Hirondelle.


Visites souhaitées.


SOURCES
:
Ludo Maertens, « L’historique du château d’Oteppe & les festivités du 50e anniversaire 23 juillet 2013 » http://hannut.blogs.sudinfo.be/archive/2013/07/22/l-historique-du-chateau-d-oteppe-les-festivites-du-50em-anni.html
Philippe Farcy, 100 Châteaux de Belgique, connus et méconnus, volume 2, Editions Aparté, novembre 2003