FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Heks


Kasteel Hex - 3870 Heers



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • Carte postale ancienne, ed. Ern. Thill & Nels



Officieel Naam Kasteel Hex
Ligging 3870 Heers
Bouw 1772-1784; 1915; 1930
Stijl Lodewik XV
Architect 1915: Jules Janlet
Huidige bewoners Comte et Comtesse Ghislain d'Ursel
Toewijzing Privéwoning & bloemenfestival
Bescherming

Laatste update : 06/01/2013


Dans cet endroit hors du temps on hume les parfums des milliers de roses et les souvenirs d'un évêque.


Chaque année au mois de juin puis encore en septembre, pour ceux qui ne seraient pas au courant, le parc du château d'Hex ouvre ses grilles pour un festival de fleurs où les roses sont reines. Plus de quatre-vingt stands de spécialistes venus de cinq pays alentours vous proposent des choses divines pour aménager vos jardins.



Jamais vendu, le domaine écclésial entra dans le monde pour n'en plus sortir. A vous d'y entrer.

Hex est arrimé à la commune de Heers, non loin de Tongres, là où gît dans la misère le château de Heers du même nom. La Hesbaye est dans cette région truffée de domaines castraux et il ne sera pas vain d'affirmer que Hex est la perle de ce très riche patrimoine jadis totalement liégeois faut-il le rappeler ? Ses propriétaires successifs ont voué et vouent un culte sans borne à cette terre privilégiée que Jean Overath, guide passionné nous a récemment décrit (en 2008) lors d'une journée à vélo, parfait moyen de transport pour découvrir ce pays fruité.


Velbrück

Hex était jadis un bien allodial qui dépendait de l'abbaye de Villers-la-Ville. En 1582, les sources signalent que Hex passa au chapitre cathédral de Liège. Le principal personnage semble avoir été au début du XVIIe siècle le chevalier Jean Schotte, époux de Marie Strauven (ce nom sera célèbre deux siècles plus tard grâce à l'architecte Art Nouveau qui travaillait à Bruxelles, mais le lien de parenté n’est pas certain).

Puis à une date indéterminée après 1750, le chapitre fit en sorte que l'un de ses membres, à savoir François-Charles, comte de Velbrück, né près de Düsseldorff au château de Garath en 1719 et qui allait décéder ici en 1784, prenne en charge la gestion des domaines ecclésiaux sur la commune. Velbrück était chanoine de Saint-Lambert depuis 1735. Chanoine de Munster, abbé de Cheminon en Champagne, sorte de premier ministre du prince évêque Jean-Théodore de Bavière, ce haut personnage était un homme éclairé. ll devint lui-même prince évêque de Liège de 1772 à sa disparition, imposant la couleur violette de son statut, aux rosiers qu'il fit planter déjà et dont il reste trois plants, importés à sa demande de Chine. A Hex, il fit de ce qui était un pavillon de chasse, un véritable petit palais de campagne. Mais partant du pavillon, il imposa à son architecte (inconnu) des pièces de dimensions moyennes dont le raffinement de la décoration fut extrême.


Château en U.

D'après notre guide, "Hex est une maison entre cour et jardin, érigée sur les principes de l'architecte Blondel, ménageant parties privées et salles de représentation autour de l'axe central du vestibule. La salle à manger fut créée par De Tombay, ébéniste liégeois. Les décors feuillagés témoignent d'un souci de retour à la nature, prôné par J.-J. Rousseau". Le château est assorti de dépendances dans lesquelles on trouvait jadis outre les écuries, une boulangerie, une brasserie, une menuiserie. Mais celles-ci ont brûlés en partie au XIXe siècle et ne furent que partiellement reconstruites en 1930. Il manque 1/3 des bâtiments originels. Le château de briques et de pierre bleue est érigé en U. Il monte sur deux niveaux égaux. La largeur des ailes de retour n'est pas égale par contre. Ces ailes présentent des piliers à refends aux angles extérieurs. Les baies possèdent des piédroits plats et des linteaux bombés à clés. Les toitures couvertes d'ardoises sont en pavillon à brisis et coyaux. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le château a vu son aspect Louis XV renforcé au début du siècle passé. La cour d'honneur était en effet barrée d'une galerie couverte à toit plat longue de deux fois quatre travées, centrée sur un portique à bossages de trois travées.

De plus sur la façade sud qui domine le parc anglais, on trouvait jadis aux extrémités d'une aile qui compte quand même 17 travées deux tours sommées de toitures brisées en pavillon. La toiture de l'axe central ne comptait d'autre décor que les lucarnes tandis que l'élévation de la façade comportait cinq travées en fort ressaut couronnées par une galerie à balustres. Les tours d'angle ont désormais perdu leurs hautes toitures; elles furent alignées sur le corps central ancien qui lui s'est vu augmenter d'une toiture en pavillon brisée, ornée de trois oeil-de-boeuf ovales à petits-bois. Une partie des dépendances touchait cette section, formant un L vers l'est. L'architecte Jules Janlet en 1915 avait présidé à tous ces travaux. Il égalisa la cour devant laquelle se trouvait précédemment une pelouse circulaire unie. La cabane qui se trouve à l'orée du bois touchant l'esplanade très architecturée désormais, était une maison du village tombant en ruine; elle fait encore les délices des enfants.

Dans les parcs (60 ha de nos jours, outre les terres) où le paysagiste Louis Fuchs travailla sur le versant anglais, on comptait jadis diverses fabriques. Velbrück commanda de casser la pente donnant vers l'église pour ménager le potager. Cela permit de créer des caves de culture de choux et de cardons toujours d'usage, ce qui n'est plus le cas des deux glacières. Le potager profite de trois ou quatre degrés centigrades de plus que le voisinage. En 1958, les pompiers obligèrent de créer dans cette zone une piscine afin de profiter d'une ressource d'eau.

Quant à la dévolution du bien, après le prince évêque, Hex passa à sa soeur, qui allait épouser le comte Lambert-Joseph de Marchant et d'Ansembourg (1706-1768); ils sont inhumés à Tintange. Leur fils Joseph-Romain reprit le bien. Il était l'époux de Marie-Anne de Hayme de Bomal, dont le grand-père Michel Willems était marchand et banquier et l'édificateur du musée d'Ansembourg à Liège (1738-1741). Des d’Ansembourg jusqu'aux actuels propriétaires le comte Ghislain d’Ursel, fils du comte Michel d'Ursel, il n'y a qu'un pas à franchir comme on peut parfois franchir les grilles du parc pour découvrir la célèbre roseraie du château et tous les charmes de cet endroit merveilleux. Le château ne se visite pas sauf exception.

Le Fonds Mercator a publié un magnifique livre en 2008 sur le parc du château d'Hex.



 


SOURCES:
Philippe Farcy, Châteaux et manoirs de charme en Belgique, Editions Aparté 2008

Paul Arren, Van Kasteel naar Kasteel III, Hobonia 1989