FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Ordenge, souvenirs des Gevaert


Château d'Ordange - 4101 Jemeppe-sur-Meuse (Seraing)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Château d'Ordange
Ligging 4101 Jemeppe-sur-Meuse (Seraing)
Bouw
Stijl
Architect
Huidige bewoners Centres d’expression et de créativité (C.E.C)
Toewijzing
Bescherming

Laatste update : 21/07/2014


Ordenge à Jemeppe et Ordange à Ordingen


Le château de Ordenge possède le même nom que celui situé en Limbourg près de Saint-Trond (Ordange à Ordingen). Il ne faut donc pas les confondre. Ordenge tout comme le château Antoine et celui de Courtejoie évoqué ci-dessous perdure à Jemeppe dans un environnement difficile. Il est coincé dans une urbanisation intense et calé en fond de parc par une usine de génie civil puis par le chemin de fer Liège-Namur. La ligne de chemins de fer a en son temps coupé l'alimentation en eau qui venait de la colline, même de certains charbonnages et qui remplissait les douves des trois domaines. Seul Ordenge possède encore une partie de cette défense jadis aqueuse devant l'accès au château, mais le fossé est sec.


Jadis la totalité de la maison était ceinturée d'eau; il en était de même pour les deux autres demeures. Les presque cinquante ares du domaine donnent une évidente respiration à un quartier relativement bien construit dans les années 1900-1930. La petite poste de 1900 est amusante. La cure est d'époque Louis XVI et l'église Saint-Lambert des années 1870 possède un magnifique mobilier néo-gothique.


Diverses pierres tombales dont celles d'Antoine de Jemeppe et des Fourneaux et d'Englebert de Magnery se trouvent derrière l'église dans un minuscule périmètre insalubre et horriblement mal tenu. Ordange est repris dans les sources à partir du XVe siècle. On pense que le premier castel fut terminé en 1414, à l'initiative d'un descendant d'Antoine de Jemeppe. Il eut bien vite à souffrir de la présence des troupes bourguignonnes de Charles le Téméraire en 1468 et des conflits qui opposaient les La Marck et le prince-évêque Jean de Hornes, notamment vers 1490. La demeure fut pillée et brûlée cette année-là.


Puis elle fut reconstruite vers 1510-1520, mais les deux tours rondes d'accès semblent bien dater du XVe siècle. Comme au château Antoine, et sans que l'on sache trop pourquoi, le métier des cuveliers de Liège (fabricant de tonneaux et marchands de vins) en devint propriétaire au début du XVIe siècle suite à des conflits juridiques, telles que rentes sur des muids d'épeautre non payées entraînant des saisies. Ici aussi on compta un nombre anormal de locataires ou de propriétaires durant quatre-vingt ans.


A tel point que Stanislas Bormans en 1867 dans ses Seigneuries allodiales du Pays de Liège semble placer les deux châteaux sous le même historique; à moins qu'il ne s'agisse de confusion des histoires ce qui est très vraisemblable vu la proximité des lieux. Cette situation n'est pas unique dans l'actuelle Belgique. En effet, les châteaux de Saive-Méan (où est gravement menacé un important décor du peintre liégeois Walthère Damery 1614-1678, commandé par les comtes de Méan) et celui de Bellaire sont séparés par cent mètres de façade à façade et un chemin jadis constituait la frontière entre la principauté et le duché de Limbourg.

Revenons à Ordenge. Amédée de Ryckel ajouta un brin d'information en affirmant en 1892 que Ordenge est le château de Jemeppe (la logique du seul fait de l'antériorité et les droits féodaux imposent que ce soit le château Antoine). Ordenge était un alleu libre dit l'auteur, dépendant de la cour allodiale de Liège, alors que le château Antoine était vassal de la seigneurie de Seraing et donc des évêques et princes.

Ryckel est toutefois le seul à signaler qu'à Jemeppe 300 Croates aux ordres de Jean de Weert vinrent faire un carnage, en tuant 300 habitants; Jemeppe était donc un repère protestant ? C'était en 1636. Les Fourneau semblent maîtres en cette période. Puis ce fut le tour du recteur des jésuites de Trèves qui aurait reprit Ordenge le 26 octobre 1650. Il avait l'appui d'un Bocholtz et pas n'importe lequel puisque le baron Ferdinand, en tant que doyen du chapitre de la cathédrale Saint-Lambert était le deuxième plus haut personnage de l'Etat. Ferdinand dont le magnifique portrait peint par Walthère Damery précité se trouve au château d'Eysden, était aussi le fondateur du rectorat de Trèves. Celui-ci fit installer une cloche sur le toit datée de 1660 et toujours conservée dans le château.



SOURCES:
Philippe Farcy, Orgenge coïncé par des villas, Vie de Château 432, LaLibre.be 8 février 2008
Stanislas Bormans, Les Seigneuries allodiales du Pays de Liège, avec une introduction historique, J. Gothier 1867



HOMONYMIE:
Kasteel van Ordingen (Château d'Ordange), 3800 Ordingen (Sint-Truiden)