FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Ronchinne, souvenirs impériaux


Château de la Poste - 5330 Maillen (Assesse)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • Collection AdB



Officieel Naam Château de la Poste
Ligging 5330 Maillen (Assesse)
Bouw 1888-1890
Stijl
Architect Semaille
Huidige bewoners Domaine de Ronchinne s.a., depuis 2007
Toewijzing Hotel, seminars, sinds 2009
Bescherming

Laatste update : 04/01/2013


Ronchinne compte deux châteaux et le plus jeune appartient à La Poste. Dans un site remarquable, pointent les tours d'un château impérial.

Dans le Condroz namurois, juste au-dessus de Mont-Godinne et dominant le Bocq, se trouvent les châteaux de Ronchinne. Le vieux château, posé un peu plus haut que celui qui nous occupe, est en mains privées. Il ne se visite pas mais se voit de la rue. Le château de cette semaine fut la résidence de l'illustre princesse Clémentine (1872-1955), troisième fille du roi Léopold II, et de Marie-Henriette d'Autriche. Comme on le sait, Clémentine avait épousé, en 1910, après la mort de son père qui refusait cette union, le prince Victor Napoléon (1862-1925), petit-fils de Jérôme, roi de Westphalie par la volonté de son frère l'empereur. Victor et Clémentine eurent deux enfants. Louis (1914-1997) épousa Alix, la fille du comte de Foresta. Sa soeur, la princesse Clotilde, née en 1912, avait épousé le comte Serge de Witt (1892-1990). La fille unique de ces derniers, Geneviève, loue des maisons d'hôtes sublimes dans le Périgord noir avec son mari le marquis de Commarque. Mais c'est une autre histoire.

Démembrement

Ici, le château est d'une belle ampleur et la vue moins profonde que celle du Périgord n'est pas sans charme; ce serait même le contraire. Le château, agrandi par l'architecte bruxellois Semaille après le mariage des princes, est isolé dans une immensité de bois qui ondulent. Il semblerait qu'une partie de ces bois ait appartenu à un moment méconnu de nous aux comtes de Dave, soit Alphonse de Solis Wignacourt, duc de Montellano, ou son gendre, Carlos Guttierez de los Rios, duc de Fernan Nunez. Ces derniers possèdent toujours plus de 800 ha dans la région de Dave et vers Lustin. Avant l'arrivée des princes, le site n'était occupé, dit-on au château, que par une grosse maison d'un personnage assez puissant de Crupet. Il s'agissait d'un certain Philibert Mahy. Ensuite, la propriété fut reprise par la comtesse Ferdinand du Monceau de Bergendael (1853-1920) née Julie van Volxem. A la mort de la princesse Napoléon, le château fut repris par un comte le Grelle qui ne le garda pas longtemps. Dès le 30 janvier 1957, le domaine, qui comptait 233 ha sous les princes, fut vendu avec seulement 42 ha au Fonds Spécial d'Assistance aux Postiers. Le service social de la Poste est encore maître de nos jours de ce bel espace quelque peu démembré. Le château, ses dépendances et son parc, fort bien planté, sont conservés en parfait état.

Unité de couleur

Le château, posé sur sa butte, est devenu un ensemble de quatre éléments imbriqués. L'édifice du sieur Mahy est sans doute la partie composée de trois travées précédées d'un porche en pierre bleue à bossages. Ce perron non carrossable offre une terrasse à la chambre centrale soulignée par une porte-fenêtre ornée de montants chaînés et coiffée d'un fronton à arc surbaissé doté d'une clé. Les deux niveaux de cet édifice sont couverts par une toiture mansardée où prennent place trois lucarnes; celle du centre est à volutes. Cet édifice s'est vu accoler une tour carrée presque en hors-d'oeuvre, large d'une travée et profonde de deux travées. La tour monte sur trois niveaux. De l'autre côté, le logis file sur six travées et monte sur deux niveaux. Il se termine sur une aile en retour caractérisée par un pignon crénelé. La totalité du château est constituée en moellons de grès ornés de quelques pierres bleues, ce qui offre beaucoup d'unité à l'ensemble. Pour ce qui concerne la face sud, on y compte dix travées d'une tour à l'autre. Le château aligne ici trois tours carrées, y compris celle citée plus haut. Les éléments constructifs sont juxtaposés et jouent sur les décrochages. Par devant, la vue d'en bas est brisée par une considérable terrasse qui sert d'orangerie. Elle est profonde de quatre travées et longue de huit travées.


On visite parfois; on peut y organiser des séminaires et diverses activités.


SOURCES:
Philippe Farcy, Ronchinne, souvenirs impériaux, LaLibre.be 15 septembre 2006 http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/306203/ronchinne-souvenirs-imperiaux.html